Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

Chiryfippe (Philofophe Stoïcien) fes fer nes de la liberté du Commerce en Confarréation: ce que c'et. VI. 1.10, cimens. Pref. 8. 27.

tre tous les Peuples. III. 3: 11, 12. Oitoien : ce que c'est proprement. VII. IV. 5. 1o. VIII. 3. 4. diverses fortes Confédération : une Confédération pero

2. 20. idée d'un bon Citoien. VU. 1. d'Aliances au sujet du Commerce. pétuelle ek la plus étroite de toutes 4. D. 2. VIII. 6.14.1.8. Devoirs géné VIII. 9. 3. Traitez de Commerce les Alliances. VIII. 9. 6. raux, & particuliers, des Citoiens. roulent fur une chose favorable. Confédérer : comment on doit régles VII. 8. 10, n. 2. Un Citoien doit Ibid. 5.7.

l'ordre des rangs , & la Préféance, malgré fon Sermont, découvrir les Commis: celui qui s'est accommode entre plusieurs Puissances Confédé entreprises qu'il fait qui fe trament avec le Créancier de son Maître, ne rées. VIII. 4. 22. contre le Prince, ou contre l'Etat. doit pas garder pour lui ce qu'il a Confance : celle qui entretient le comIV. 2. 9. s'il doit facrifier fon hon fait rabattre de la dette. V. 11. 4 merce de la vie, a'eft pas fondée neur pour le bien de l'Etat, ou Commision : diverses maniéres de don sur la fuppoficion, que ceux à qui du Souverain. VIII. 4. 10. s'ils ont ner une commiffion. V. 4. 5. Com l'on parle , doivent toûjours en droit d'exiger quelque dédommage. ment on doit s'en aquitter. V. 4.2.3. conscience sous découvrir fincérement des pertes qu'ils ont faites à li on peut le faire par un équivalent. ment tout ce qu'ils pensent. IV. 1. la Guerre. VIII. 8. 3. quel rang doi Ibid. 5. s. celui qui donne commis 7. A. I. vent tenir entr'eux les Citoiens de fion de commettre un Crime, eft Confidence : ce que c'est qu'un Condivers Etats. VUI. 4. 24. fi chaque auffi coupable que l'auteur même tract de Confidence. V. 10. 8. on ne Citoien eft Débiteur des sommes de l'action. I. s. 14.

doit pas le faire en fraude de la Loi. cmpruntées au nom de l'Etat. VIII. Commun : en combien de manières ane Ibid. s. 11. n. 1. s'il peut être livré à quel chose eft dire commune à plusieurs. Confifcation : à qui appartient le droit que Puissance étrangére, qui le de IV. 4. 3. 1. 13.

de Confiscation. VII. s.11. mande. VIII. 2. s: s'il lui est per- Communauté : comment la communau Confufson (en

ftile de Jurisprudence) ce mis de se retirer ailleurs, quand bon té primitive des biens a été abolie. que c'eft. V.11.14 lui semble. VIII. 11. 2, 3, 4. s'il IV. 4.6. combien elle feroit préju Conjectures : Jeur ufage pour l'interpeut être banni fans l'avoir mé diciable à la Société. Ibid. $. 7. de prétation des actes. v. 12. s, é fuiv. rité par aucun Crime. Ibid. 5. 6,7. combien de fortes on en peut con Conjonctions : celles qui se font contre li quelques Citoiens réchappez en cevoir. Ibid. 5. 2.

nature, font illicites, aussi bien que fi petit nombre , qu'ils ne fau- Compassion : est un sentiment intéressé. les Conjon&ions vagues. VI. 1. #05 roient faire un Corps d'Etat, con III. 3. 4. N. 9.

Connoissance : une médiocre connoirservent les droits de l'ancien Peu Compensation : ce que c'eft , & en quel fance des choses utiles, vaut mieux ple. VIII. 12. 8. Voiez d'autres cho les choses a lieu. V. 11.526.

qu'une science parfaite d'un grand Tes, sur le mot Sujets.

Complimens : ne doivent pas être pris nombre de choses inutiles. II. 4.13. Civilité : on ne doit pas la pousser trop au pié de la lettre, comme s'ils en nécessité de la connoillance de foiloin. VIII. 4. IS. n. 1. gagcoient à quelque chose. III. s.

même. 1. 4.5 Claufe : diverses fortes de Clauses ajoû

Conquérans : n'ont aucun droit fur cées aux Promesses. III. 8. 1. 0. l. Compromis: ce que c'est. V. 13. 3. ceux qui ont été les compagnons de quel est l'effet de celles où l'on dé Compte: én combien de maniéres on leurs Conquêtes. VIII. 6. 21. n. 1. clare, que toute Loi ou Ordonnan send compte de la conduite. VII. Conquêtes : fondement du Droit de ce poftérieure fera nulle. I. 6.6. 6. 2.

Conquêtes. VIII. 6. 21. ConquêClause Commiffoire, ce que c'eft. Concours : dans un concours de plu tes Juftes. VII. 7. 3. Jojuftes. Ib. 5. 4. V. 5. 4. n. 4. VII. 5. 17. n. 3.

Lieurs personnes à une même A&ion, Consanguinité : quels degrez de ConClé: en la donnant, on est censé dé comment chacun en est responsable. sanguinité font défendus, & pourlivrer ce qu'elle cicat serré. IV.9. 9. III. J. S.

quoi. VI. I. 32, 34 0.7. Concubine : ce qu'on entend par là. VI.

Confcience : ce que c'eft, & ses divers Clémence : combien elle a de parties. 1. 36. quelle part ont les Enfans actes. I. 3. 4. ses différentes fortes, VIII. 8. 23. n. 6.

d'une Concubine à la Succeflion du Ibid. .3, do fuiv. Regles qu'elle Cocuage : s'il doit attirer du mépris & Pére. IV. 11.9.

doit suivre. ibid. ses sentimens ne du deshonneur à un Mari, qui n'en Condi&tio indebiti : Voicz Attion de l'in font pas un frein fuffisant pour répricft pas la cause. VL 1. 10. į la crain .

mer la malice de tous les Hommes. te du Cocuage est ridicule. Ibid. Condition : ce que c'eft. HII. 8. 2. quels VII. 1. II. 9. IS. 1. 2.

en sont les effets. Ibid. $. 2. n. 2. fi Conseil : eft quelque chose de sacré. Cognati: ce que c'est dans le Droit Ro

elles se rapportent quelquefois au III. 3.3. n. 2, en quoi il différe de la main. V. 12. I 1. n. 2.

présent, ou au pafle. Ibid. 5.3. Con Loi. I. 6. 1, comment ceux qui donColére: cette Pallion doit être répri ditions tacites. III. 6. 2. & III. 8. 1. nent un Conseil qui engage à pé

mée avec beaucoup de loin. 11. 4. 12. n. 1. Conditions onéreuses ne peu cher, participent au Crime d'autrui. Collatéraux : quand c'est qu'ils sont vent être ajoûtées à une Promesse , 1.5. 14. comment ils font responsa

appellez à la Succession. IV. 11, 14, du moment qu'elle a été offerte & bles du Dommage. III. 1. 4. 17.

notifiée. III. 9. 7. Conditions Polli Conseillers d'Etat : leurs Devoirs. VII. Collégues: de combien de fortes il y bles, ou Impossibles. III. 8. 4, s. 8. 10.n. 2. s'ils sont responsables du en a. VII. 2. 19.

Condicions Casuelles, Arbitraires, Dommage, pour ne s'éire pas oppoColonies : leur usage , & leurs différen & Mixtes. Ibid. S-4. Conditions qui sez aux desseins pernicieux du Prin

tes sortes. VIIL 11. 6. & VIII. 12. S. reaferment quelque chose d'illicite. ce. III. 1. 4. n. 7. fi une Colonie , qui forme un Etat Ibid. S. s. Une Condition est tenue Consentement : conditions essentielles : nouveau, doit aquitter les dettes de pour accomplie , lors que l'autre tout vrai Copsentement. III. 6. 3,

celui d'où elle est fortie. VIII. 12. S. Contractant en empêche l'exécu e fuiv. lignes de Consentement, Ib. Combat : fi les Combats finguliers, ou tion. Ibid. 5. 4. n. 4.

$. 16. le Consentement est le fondeceux d'une Armée catiére, faits pour Condirion : (état de vie): la différence ment de toute Obligation imposée vuider un différent, sont légitimes. des Conditions ne rend pas l'un plus par les Promesses ou les ConvenVIII. 8. s. ceux qui se louoient pour honnête homme que l'autre. VIII. tions. Ibid. §. 1. Consentement er un Combat avec des Bêtes, étoient 4. 3. n. 1. d'où vient que certaines près, & Consentement tacite. Ibed. declarez infames parmi les Romains. Conditions passent pour deshonnê . 2. s'il est nécessaire de supposer un VIII. 4. 6.

tes, quoi qu'elles ne renferment Consentement presumé, ou feint, Commerce : Loi generale établie dans

rien de vicieux par elles-mêmes. comme font les Jurifconsultes Role Commerce. V. 3.10. Juftes bor Ibid. 5. 6.

maios. Ibid. §. 2. 2. 3.

Congo

Confentement (accord de plufieurs per Conventions, & les Promelles Con. : PBfprit Humaia , & entiérement

fonnes à reconnoitre la même chose) dirionnelles. III. 8. 8. Convencions inutile. Il. 4. 12. quelle est la Crainli le consentement des Peuples cft lé Accessoires. V. 10. I. Ajoûreos. Ib. te qui a obligé de former des Sociéfondement du Droit Naturel. II. 3. 9.2, do fwiv. Affirmatives, ou Né tez Civiles. VII. I. 7. fi la Crainte 7, 8.

gatives. V. 2. 2, 3. Personnelles, ou annulle les Sermens qu'elle a conConfervation : soin de notre propre Réelles. VIII. 6. 19. & VIII. 9. 6. traint de faire. IV. 2. 8. fi la crainte Conservation, pourquoi on y eft te

n. 2. Momentanées , ou Succeflives. d'être trompé, ou une crainte inqu. l. 6. 7. II. 4. 16.

III. S. 9. n. Ş. Tacites. Ill. 6. 2. du juste de quelque mal, annullent les Consolidation (en tile de Droit) ce que

condiz de deux Conventions. V. 12. Conventions. III. 6. 9, 10, 11. fi la c'eft. IV. 8. 7. 8. 26.

23. Conventions sans cause, ce que crainte de la puissance d'un Voisin, Conftitutum (ou Pecunia conftituta) ce d'eft, & li elles obligent. III. s. 9. fournit un jufte fujet de Guerre. II.

que l'on entend par là dans le Droit V. 2. 3. qu'est-ce qui annulle une 5. 6. VIII. 6. s. Romain. V. 10. 7. n. 1.

Convention. III. 6. 3, á fuir. fi une Créancier: ce qu'on entend par là dans Contrad: différence qu'il y a entre un Convention nulle dans ton origine le Droit Romain. V. il. i. n. 4. en

Contraâ , & une simple Conven peut être ensuite validée. Ibid. S. 14. rendant le billet d'obligation, il tion. V. 2. 1. Qualitez effentielles, & S. S. n. 2. fi, dans une Conven tiont quitte le Débiteur. III. 6. 2. naturelles, ou accidentelles, d'un tion illicite de part & d'autre, on n. 6. & §. 16. comment il doit user Contra&. V. ro, 1. Contracts obli peut répéter ce que l'on a deja don des gages qu'il a reçus. V. 10. 14. gatoires d'une part seulement, ou né. Ibid. §. 9. D. 1. les Conventions Créatures : c'est avec la permission de des deux côtcz, ou mixtes. V. 2. s.

des Particuliers n'ont aucune force, Dieu que l'Homme s'en sert. IV. Réels, ou de fimple consentement , lots qu'elles routerment quelque

3. 2. ou Verbaux. Ibid. 5. 6. Sans nom, ou chose de contraire aux droits du Crédis : ce que c'eft. V. s. 4. ceux qui qui ont un nom particulier. Ibid. 5.7. Souverain, ou de l'Etat. VIII. 3. 16. vendent à credit, peuvent mettre Bienfaisans, ou Ondreux. Ibid. 5. 8. n. 7. li les Convenrions Publiques un plus haut prix à leurs marchandide bonne foi , & de droit étroit. ibid. qui ne tendent pas à rétablir la Paix ses. v. 1, 10. $. 9. & IIL 6. 8. n. 4. différentes entre deux Ennemis , sont valides. Crime : toue Crime oft personnel. VIII. fortes de Contracts onéreux. V. 2. 9. VIII. 7. 2. Conventions avec un 3. 33. n. 1. les Légisateurs ne peuContra&s Mixtes. Ibid. 5. 10. Il Etranger, par quelles régles on juge vent pas déterminer à leur fantaisie doit y avoir de l'égalité dans les de leur validité. ill. 6. 4. Conven la nature des Crimes. VIII. 1. 3. Il Contra&ts Onéreux. V. 3.1, & fuiv. tions entre deux Concicoiens, mais faur diftinguer dans tout Crime, le mais non pas dans les Bienfaisans. dans quelque lieu qui ne releve de Vice, & la peine. IV. 1. 20. Par quelIbid. l. 7. Dans un Contract One. la jurisdiction de personne. Ib. les circonstances on juge de la granreux , rien n'est présumé gratuit. Conversation : fi, dans la Conversation, deur & de l'énormire d'un Crime. Ibid. §. 8. Contract d'estimation, on peut s'exprimer d'une maniére VIII. 3. 18, & Suiv. Eo quel sens les ce que c'eft dans le Droit Romain. qui false concevoir quelque fausse Crimes sont achevez, avant même V. 2. 9. n. 3. Contra&ts où il entre opinion à un tiers. IV. 1. 18.

l'exécution. I. 7. 4. VIII. 3. 18. les du hazard. v. 9. Contracts Volon Cornard : antiquité de ce mot. VI. I. Crimes avenir ne peuvent point être taires, ou Involontaires , quel est 1o. n. s.

imputez par un effet retroa aif. I. s. le sens de cette diftin&tion dans de Corps: en quoi consiste le soin que cha 12. on ne doit pas être puni pour un riflote. l. 7. 12. VIII. 3. s. un Con cun doit avoir de son Corps. II. 4 Crime d'autrui. VIII. 3. 33. Comtra& au sujet de quelque chose ap 14. Combien il y a de fortes de ment on peut être aussi coupable que partenante à autrui, mais dont on Corps. VIII. 12. 7.

l'auteur même d'un Crime. 1. s. 14. eft en possession de bonne foi, eft Corps (communauté) comment eft ré quand c'est que l'on punit un Crime, nul. IV. 13. 5. Voicz d'autres choses duit à une seule personne. VI. 2. 19. qui n'est que commencé. VIII. 3. 14. sur le mot de Convention.

on lui attribue diverses choses qui n, 2. quels Crimes portent infamie. Contra&tans : infidélité de l'un, dégage lui conviennent différemment. viii. VIII. 4. 7. s'il y a proprement des

l'autre. V. 11. 9. doivent & sont 3. 29. Comment on le punit. Ibid. Crimes Publics. VIII. 3. 28. n. 2. en cenfez connoitre l'état & les inté 9. 28. les Crimes commis par un

combien de maniéres un Crime peut rêts l'un de l'autre. VIII. 9. s. n. 4 Corps s'effacent par la longueur du s'aboljr. I. 9. 6. on ne doit jamais Contrainte : il y en a de deux sortes. I. tems. Ibid. 9. 29. diverses fortes de commettre de Crime, pour obeïr à

S: 9. en quoi différe de l'Obliga Corps Subordonnez d'un Etat. VI. 2. un Supérieur. VIII. 1. 7. ce n'est pas tion. I. 6. . III. 4. 6. fi elle empê 21, 22.

un Bienfait, ni un Merite , que de che toûjours qu'on n'impute les ac Corporel : choses corporelles , ou incor s'abstenir d'un Crime, I. 9. 4, So tions auxquelles on cft forcé. I. porelles, en Atile de Droit. Voiez quand c'est que la poursuite d'un S. e. Choses.

Crime devant les Tribunaux Civils a Contradi&ions : comment on doit con Correáion: si chacun peut en user en prescrit. IV. 12. 2. n. 6. les Crimes, cilier les Contradi&ions apparentes. vers tout autre, VIII. 3. 10.

qui demeurent souvent impunis, V. 12. 6. & les manifeftes. lbid. Corsaires : sont entiérement infames. doivent être punis plus sévérement. Contrée : comment on se rend maître VIII. 4. s. on les poursuit par droit II. s. 17. ceux qui sont commis de

d'unc Contrée déserte, par droit de de Guerre. VIII. 3. 13. fi on doit puis long-tems, ne doivent pas être prémier occupant. IV. 6.3.

leur garder la foi , & les Sermens punis fi exactement ni avec tant de Convention : ce que c'eft. V. 2. 2. 0. l. qu'on leur a faits. III. 6. 11. IV. rigueur , que ceux qui sont tout releur nécessité dans la vie. III. 4. I. 2, 8,

cens. Vili. 3. 29. les Princes punison doit les tenir inviolablement. 16. Courtisanes: sur quel pié doivent être fent quelquefois les Crimes mêmes 9. 2. elles ont la vertu de produire regardées dans le monde. VIII. 4. S. dont ils retirent de l'ayantage, comune Qualité Morale, qui n'existoit les Enfans qu'elles mettent au mon me la trahison &c. III, 7. 8. ceux pas encore. VI. 1. 12. chaque article de , leur sont adjugez par le Droit qui tirent quelque profit d'un Crime de la Convention eft infeparable Romain. VI. 2. s. n. 1, si l'on peut commis de leur consentement, ne ment attaché aux autres, en forine redemander ce qu'on a donné à une sauroient se plaindre de l'auteur du de condition. III. 8.8. Régles pour Courtifane. III. 7. S. 8. 4. & 8. 9.

Crime, Ibid. n. s. les Crimes, conles interpréter. V. 12. combien il y 1. I.

tre lesquels il est le plus difficile de a de fortes de Conventions en gé Coutumes: si celles qu'on rapporte au fe précautionner, sont ceux qui ménéral. III. 9. 8. diverses divisions Droit des Gens, Tont obligatoires. ritent le plus de rigueur. V. 8. 4. selon les Jurisconsultes Romains. V.

m. s. 2. 2. Difference qu'il y a entre les crainte: celt unc Paslon canemic de Criminel: s'il peut , pour éviter la Pei

Ppp 2

II. 3. 23:

[ocr errors]

le que

3. 2.

VIII. S..7.

[ocr errors]

ne, s'enfuir, ou nier son crime. des Loix Civiles. VIII. 1.'4. ne par rain, aussi bien que dans les autres IV. 1. 20. VIII. 3. 4. n. 9. ce n'est

des Crimes les plus énormes formes de Gouvernement. VII. 2. 8. pas pour lui une excuse valable, que de chaque espece. Ibid. li le partage VII.S.S. d'avoir des complices ou des com des biens est un précepte dů Decalo Démonftration : ce que c'est, & quels. pagnons de son Crime. Ibid. §. 17. gue. IV. 4. 4.

en sont les principes. I. 2. 2, 3. queln. s. fi celui qui marche de lui-mê Decimation des Soldats, pourquoi se le est celle qui se fait à pofteriori. II. me au lieu du supplice, ou qui mon fait. VIII. 3. 28. 1. I.

3. 7. n. 2. te sur l'échelle , eft cause de la mort. Déclaration de Guerre : si le Droit Na. Dépenses: quelles il faut mettre en I. S. 3. Criminels à qui l'on ordon turel l'exige indispensablement. ligne de compte dans le reglement ne de se tuer eux-mêmes. VIII. 3. 1. VIII. 6. 9. n. 1. si elle est nécessaire

du prix des marchandises qu'on n. I. li un Criminel peut être puni après le terme expiré d'une Trêve. 5 vend. V, 1. 10. par une autre personne aussi coupa

VIII. 7. 6.

Dépositaire : ses engagemens. V. 4. 7. ble que lui. ibid. 6. 7. fi on doit Découvertes : on doit communiquer s'il peut se servir

du Dépôt. Ibid. laisser aux Criminels le choix de la celles qui sont utiles à la vie. III. Dépôt : comment on peut recevoir en Peine. Ibid. 6.4. n. 7. pourquoi on

dépôt une chose qui nous appartient. punit ceux qui les laissent sauver. Dédit : le dédit mutuel des Parties IV. 4. 2. n. 10. à quelles personnes Ibid. §. 32. li on peut quelquefois

éteint leur engagement. V, 11. 8. on peut refuser de se rendre. V. 4. 7. faire grace à un Criminel. Ibid. g. 15, Défaut : on doit découyrir de bonne

n. 3, 4.. li on doit le rendre à un & suiv.

foi les defauts de la chose au sujet homme, dont les biens sont confifCritique : Régles générales de cette de laquelle on traite. V. 3. 2. & suiv. quez. IV. 13. $. 1. 3. ou à un VoScience. V. 12. 3. n. 1. quel est

li un défaut apperçû depuis, rompt leur. Ibid. n. 2. & III. 6. 11. 1. 13. fon usage & la nécessité. Il. 4, 13. le Contract. III. 6. 7.

on peut contisquer une chose dépon. 6.

Défendeur : dans une égalité de voix, sée, sans préjudice de la Loi qui orCulte : en quel sens la Loi Naturelle eft renvoie quitte & absous. VII. 2. donne de rendre le Dépôt. 11. 3. 5. exige le Culte extérieur de la Divi 17. n. 1.

si, dans un besoin prestant, le Sounitě. II. 4. 3. n. 2. & II. 6. 2. n. 2. Défense de soi-même : si la défense de verain peut se servir d'un argent mis Dieu consent lui-même, que, dans soi-même par des voies de fait eft en dépôt dans la Maison de ville. une nécessité pressante, on suspen permise, ou preferite, par le Droit

de les actes de ce Culte, VIII. 3. 18. Nacurel. 11. s. 1, 2. li on peut la Descendans : ce qu'il faut entendre par Curieux : comment on peut dupper les pousser à l'infini. Ibid. Jusques où là. v.12I3. n..

gens fottement curieux. IV. 1. 18. on peut en user dans l'indépendan- Desertion malicieufe : fournit un juste Cyniques (Philosophes) leurs sentimens ce de l'Etat de Nature. Ibid. l. 3. sujet de compte le Mariage. VI. I. refutez. Pref. $. 21. & dans une Société Civile. Ibid.

21. Cyrénaïques (Philosophes) leurs opi S. 4. sur quoi est fondé ce droit. 16.

Déserteurs: si l'on peut innocemment nions en matiére de Morale. Préf. f. s.

les recevoir, & se servir d'eux. VIII. 9..22, Défenses (prohibition) on eft responsa

6. 16. ble de ce qui arrive faute d'en avoir Defors: doivent être proportionnez au D.

fait défenses expresses. I. s. 14. n. 7. juste prix des choses. II. 4 I.

Défance : sa necessité, & les justes Destin : l'opinion qui, l'établit, est DANGER: aucun ne doit nous faire bornes, dans l'independance de l'E- contraire à la Religion, & à la Moabandonner nótre Devoir. II. 4. tat Naturel. VII. 1, 7, & fuiv,

rale. II. 4. 4. 18. n. 1. il ne faut avoir aucun égard

Délareurs: doivent bien prendre gar Détroit : comment on a commencé à à ceux où une personne s'est expo

de de n'être pas eux-mêmes coupa s'emparer des Détroits. IV. s. 8. fi fée, & dont il ne cient qu'a elle de bles des Crimes dont ils accusent les l'on peut exiger quelques droits des se délivrer. II. s. 2. n. 3. III. 7. 8. autres. VIII. 3. 7. n. 2. quand mê Vaiseaux qui y paffent. III. 3. 7. n.3,

me ils seroient appostez par le Sou e suiv. à qui appartient un Detroit, Dard : si avec cet instrument on peut verain, ils ne laillent pas de com lors que divers Peuples ont des ter

prendre possession d'un Immeuble, mettre une mauvaise action. VIII. res sur ses côtes. IV. S. 8.
par droit de premier Occupant. IV.

Detres actives: sont mises au nombre
Délégation : ce que c'est. V. 11. 13, des biens du Créancier. I. 6. 14. fi
David (le Roi) s'il pouvoit révoquer la Délir: ce que c'eft. 1. 7. 12. n. 4, par on peut, les aquérir par droit de

parole qu'il ayoit donnée avec Ser où l'on juge de son énormite, vill. Gucrre. VIII. 6. 20.
ment à Semé: ; & s'il viola fon Ser 3. 18, « Suiv.

Dettes paffives : ce que c'est dans le ment par les ordres qu'il donna à Délivrance : eft ou réelle, ou feinte. Droit Romaio. V. II, 1. n. 4. fi og Salomon en mourant. VIII, 10. S. IV.9.9. se fait par main breve, ou peut les abolir, ou donner du délai

par main longue. Ibid. li elle est ab aux Debiteurs, lors que ce sont des Débiteur : ce que l'on entend par là Tolument neceifaire pour l'Aliena gens dont on a grand besoin en tems dans le Droit Romain. V, 11. 1. D. 4.'

tion d'une chose, Ibid. s. s, é suiv, de Guerre. Vui. s.7. n. 2. ou dans quand c'est qu'il est quitte pour li, lors qu'elle n'est fondée sur au quelque autre circonstance où le bien avoir recouvre son billet. 111. 6. 16. cun titre, elle transfere la Proprie de l'Etat le demande. VUL 10. 7. s'il peut s'aquitter par une cession té. Ibid. s. s. n. 2., 1

Dettes, contractees au nom d'un de biens. V. 10. 10. n. 3, celui qui Demande : comment on l'elude quel Corps ,, comment les Membres en jure de ne pas paier, n'est pas quitte quefois. Ill. 8. 5.

sont cenus. VII. 2. 22. Dettes des pour cela. IV. 2. 6. fi un autre peut Demander : celui qui demande, eft Rois , fi leurs Successeurs, ou le le dégager. V, 11. 1. n. 3. à quoi est dans une plus grande obligation, Peuple, doivent les aquitter. VIII. tenu un Debiteur insolvable. III. 7.3. que le poflefleur, de tencer toutes 10. 8. les changemens qui arrivent tous les biens d'un Debiteur sont ta les voies poflibles d'accommode dans l'Etat , n'aneantiffent pas les citement hypotbéquez au Créancier. ment. V. 13. 3.

Dettes Publiques. VIII. 12. 2. fi une V. 13. 10. s'il est tenu de rembour Démence : fi une démence survenant Colonie doit contribuer à l'aquic ser ceux qui ont paie fans son ordre, agnulle les Conventions. Ill. 6.3, des Detres de l'Etat, d'où elle est ou à son insû. V. 11. 2. Debiteurs Démérite: ce que c'est, & quel en est fortie. Ibid. 5. s. ,fur qui combent privilégiez, qui ne sont tenus qu'a le fondement. I. 9.'S.

-les Detres, lors que deux ou pluce qu'ils peuvent faire sans s'incom Démocratie; ce que c'est. VII. s. 3, sa fieurs Etats diftin&s . se formient moder. llI. 7. 3. n. 2.

constitution & ses caractéres pro d'un seul, ou se réunissent en un. Décalogue : fi ses Commandemens sont pres, Ibid. 6..6,7. H. y a un Souve, Ibid.

:

n, I.

1. 7.

6. 8.

n. I.

[ocr errors]

31.

II. 4. 4.

D. I.

[ocr errors]

Devoir : il y a des Devoirs Abfolus, & Divinitez du Paganisme : les idées que rect, ou causé par accident. VIH. 32

des Devoirs Conditionnels. II. 3. 24. l'on s'en forgeoit , sont pernicieu

III. I. n. 1. Regles générales pour ses, & contraires à la bonne Mora. Donataire : à quio il est tenu envers le · déterminer quels Devoirs doivent le, aufli bien qu'à la vraie Religion. Donateur. V. 4. I. n. 1. fi celui qui l'emporter, lors qu'il paroit en

a reçû de bonne foi la chose donnée tr'eux une espece de conflia. II. 3. Division: bénéfice de Division, en fti. d'un poffesseur de bonne foi, à qui Is. n. s. II. s. l. n. I.

le du Droit Romain, ce que c'eft. elle n'appartenoit pas véritableDévotion : sans la Probité, & la prati V. 10. I 1. n. 4.

ment, profite du tems de la Presque exacte des Devoirs envers le Divorce : s'il est entiérement contraire cription déja écoulé. IV. 12. 4. n. 3. Prochain, ce n'est qu'une hypocri au Droit Naturel, & à l'Evangile. Donateur : quand c'est qu'il peut relie, également contraire à la Reli VI. 1, 22, d suiv.

prendre ce qu'il a donné. V. 4. I. gion, & à la bonne Morale. II. Doctrines : comment & jusqu'où le 4. 4.

Souverain a droit de les examiner, Donation : ce que c'est qu'une DonaDévouemens : ceux qui se pratiquent & de défendre celles qui lui parois tion entre vifs, & si elle peut quel

dans le Japon, & ailleurs, sont con sent fausses ou nuisibles. VII. 4. 8. quefois être revoquée. V. 4. 1. n. I.

traires au Droit Naturel. II. 4. 18. Docteur : on ne doit pas recevoir un si elle est valable, lors que le DonaDeú: ce qui est dû par Contract, va Ane Docteur. V. l. s. l'intention teur vient à mourir, avant que le

devant une simple Promesse, ou un de celui qui installe un Docteur, Donataire l'aît acceptée. III. 9. 4. engagement de Reconnoissance. v. n'empêche pas qu'il ne soit reçû dans si le motif, qui a porté à donner, 12. 23. si l'on peut repérer ce que les formes. IV. 2. S.

tient lieu de condition d'où dépenl'on a donne pour une chose qui étoit Dol: ce que c'est. lll. 6. 8. n. 1. Dol de la validité de la Donation. V, 12. důe fans cela. ill. 7.9. li l'on peut réel (dolus re ipsa) opposé à Dol per 10. n. 3. si, après qu'elle est accomprendre au delà de ce qui nous eft sonnel. Ibid, n. 2. comment le Dol plie, on peut imposer au Donateur dů. I. s. 3. n. s. un simple refus de annulle une Convention. Ibid. S. 8. quelque nouvelle condition, qui lui ce qui nous est dû par les Loix de la Domaine : ce que c'est. IV. 4. 2. Do soit onereuse. III. 9. 7. n. 1. DonaCharité, ne fournit pas un juste su maine direct, ou Utile. ibid. Do tions à cause de mort. IV. 10. 9. li jet de Guerre. VIII. 6. 5.

maine éminent du Souverain, en une Donation en faveur de Mariage Dictateurs: s'ils étoient Souverains à quoi il consifte, & jusqu'où il s'é eft nulle lors que les Noces ne s'egRome. VII. 6. IS. tend. VIII. S. 7.

suivent pas. V. 12. 10, n. 2. Dieu : quoi qu'il ne puisse pas faire Domaine de la Couronne : ce que c'est. Dot: est une chose favorable & privi

certaines choses , il n'en est pas VIII. s. 8. G le Roi peut en disposer légiée. V. 12. 12. n. 2. répétition de moins Tout-puissant. II. 3. 4. li lon absolument, ou l'engager. Ibid. en

la Dot. IV. 9. 4. n. 7. Empire Souverain est uniquement quel cas il eit comme hypothéqué au Douleur : la crainte de la Douleur agit fondé sur sa Toute-puissance. 1.6.10. Roi, Ibid.

plus fortement, que l'esperance du il a en abomination toute fraude , & Domaine de l'Etat : ce que c'eft. VIII. Plaisir. I. 6. 14. & rend auli les Critoute injustice, selon les plus sages S. 8. le Roi en a un plein Usufruit. mes plus excusables. vill. 3. 21. Paiens. IV. 13. 1. n. 2. il n'est pas la Ibid. les biens incorporez au Do jusqu'où il est permis de fuïr la Doucause de la malice des Actions Hu maine de la Couronne tont entiére. leur. Il. 4. 11. son amertume est maines. I. 7. s. quel est le fonde ment inaliénables. lbid. . 9. fi les capable d'oter la douceur du Crime, ment du culte qu'on lui rend. 1. 6.

biens du Domaine s'aquierent par VIII. 3. 9. si, dans la réparation du 11. 11. 2. il est seul souverainement droit de Prescription. IV. 12. 2. n. 2. Dommage, la Douleur causée par libre. II. 1. 3. en quel sens il se cient Domestiques : devoirs réciproques des une blessure, peut être mise à prix. lieu de Loi, à lui-même. Ibid. s'il y Domestiques, & des Maîtres. VI. III. I. 8. n. 1. a un Droit commun à lui & aux

3. 4. I.

Doure: Regle générale pour se conduiHommes. II. j. s. îi les Hommes Dommage : ce que c'est. III. 1. 3. en rc dans le doute. 1. 3. 8. peuvent faire quelque chose de me quoi il différe de l'Injure. I. 7. 13. Droit: différens sens de ce terme. I. ritoire par rapport à lui. I. 9. s. idée en combien de manieres on cause du 1. 20. sens de la maxime qui porte, générale des Devoirs de l'Homme Dommage. III. 1, 6. Regle pour ju. que celui qui ufe de son droit, ne envers lui. II. 4. 2. sa volonté est le ger, si l'on eft tenu, ou non, de le fait tort à personne. I. 5. 3. VIII. 3. fondement de l'obligation où nous réparer. 16. 9. 4. Dommage émer 31. n. 1. li, quand on ne fait qu’usommes d'observer la Loi Naturelle. gent. Ibid. S. 3. n. il. Qui lont ceux fer de son droit, on est toûjours teII. 3. 20. on ne doit jamais abuser de que l'on doit regarder comme les nú de s'abstenir de ce qui peut jetter sa langue au prejudice de la gloire Auteurs du Dommage. Ibid. 3. 4. les autres dans quelque erreur innode Dieu bien entendue. IV. 1. 7. quel est l'ordre suivant lequel ceux centé. IV. 1. 12. l'l'on doit toû

qui concourent à causer du Domma jours accorder aux autres le mêine Différens : il y a deux manieres de les ge, sont tenus de le réparer. Ibid. droit qu'on s'attribue à soi-même.

vuider. V. 13. 3. n. 1, si, dans l'E S. S: neceslité indispensable de répa III. 2. 4. fi, en usant de son droit , tat de Nature, il y a quelcun qui rer le Dommage qu'on a causé. Ibid. on eft forcé à quelque chose , puisse prononcer avec autorité sur S. 2. Régle generale que doit obser n'est responsable de rien. I. 4. 10. les differens. lbid. S. 2.

ver l'Auteur du Dommage, pour en on peut faire aquerir à autrui un Dignitez: quand c'est qu'elles sont vé faire l'estimation. Ibid. 5.7. n. 2. li droit que l'on n'a pas foi-même.

ritablement honorables. VIII. 4. 23. le Magistrat peut dispenser de cette VIII. 3. 1. n. 2, en quel fens on peut n. S.

réparation du Dommage. VIII. 3. 4. dire, que le Droit eft la volonté du Discipline militaire : doit être très-ri n. 4. fi, dans la réparation d'un plus fort. I. 6. 12. fi un droit se perd

goureuse. VIII. 2. 1. pourquoi cela. Dommage causé fans dessein, on du moment que la Loi, en vertu de VIII. 3, 26. n. 2.

doit tenir compte de l'attachement laquelle il avoit été aquis, vient à Discussion : benefice de Discussion, en qu'avoit la personne lézée pour ce être abrogée. 1. 6. 6. n. 2. en quoi

Nile de Jurisprudence, ce que c'eft. qui est perdu, ou détérioré. V. 1. consiste le transport ou fa cesion de V, 10. il. n. 2.

7. n. 2. Dommage qui n'est pas en droit. 111. S. 2,6 Juiv. droit sur les Dispenses': ce que c'est, & comment core arrivé, mais que l'on a à crain Personnes, coin ment s'aquierr. Ibid. on doit les ménager. I. 6. 17.

dre, ( Damnum infe&tum), a&ion 6.4. & sur les Choses. Ibid. Droit Dissimulation: eft une suite nécessaire que l'on avoit , par le Droit Ro à la chofe, &, Droit sur la Chore,

du Silence & du Secrct. IV. 1. 7. n. 1. main, pour obliger celui de la part ce que c'eft. IV. 9. 8. n. 2. Droits en quels cas elle est permise, ou mê duquel on l'apprehendoit, à le pre négatifs. Ibid. 6. 7. n. 9. Personme louable. Ibida venir. II. 6. 8. 1. 7. Dommage di nels, ou Réels. VII. 6. 4. 1. Droie

PPP 3

Oblis

n. 1.

on

[ocr errors]

Obligatotte, & Droit de fimple Per pable. VIIF. 3.20. million. I. 6. 15. 1. 2. Droit Parfait, Echange : ce que c'eft. V.5.1. il y en & Droit Imparfait. l. 1. 19. 1.7.7.

a de deux fortes. Ibid. c'eft le plus ce qui nous est dû en vertu d'un ancien commerce. Ibid. n. 1. fi c'est Droit Parfait , est censé actuelle un Contra& qui aît un nom propre ment nôtre. 1. 4. 11. n. 1. le Droit, & particulier. V. 2.7. & l'Obligation, sont deux idées ré Eclectiques (Philosophes) ce que c'est. latives. I. 1. $. n. 2. Droit étroit, en Pref. 8. 27.

qaoi diffère de l'Eguiré. I. 2. 8. Ecoles publiques : font néceffaires dans Droit Civil: ce que l'on entendoit par

un État. vll. 9.4. là chez les Romains. III. 4. 5. n. 6. Ecrits : sont les signes les plus sûrs de Droit des Gens : s'il est différent du consentement. 111. 6. 16. obligaDroit Naturel. II. 3. 23.

tions par écrit, quelle cn eft la forDroit Naturel: quel en est le véritable ce. V. 2. 6. fi un Contract fublifte,

fondement. IL 3. 14. en quel sens après que l'ađe par écrit eft perdu. est éternel. 1. 2. 6. 11. 13. s'il eft lil. 6. 16. n. 6. li, nonobftant cetcommun à Dicu, & aux Hommes. te perte, on peut maintenir son 11. 3. s. ou aux Hommes, & aux droit, dans l'indépendance de l’EBêtes. Ibid. §. 2. tous ses principes tar Naturel. V. 13. 8. & toutes ses conséquences n'ont pas Ecrivain : lâcheté criminelle de ceux la même évidence pour toutes fortes qui, pour un bas intérêt , emploicnt de geas. VIII. 6. 3. n. 1. division des leur plume & leurs talens à publier choses qui se rapporteat au Droit des mensonges. V. 1. s. Naturel. II. 3. 22, 24

Edifice : on n'en peut point bâtir de Droit de vie door de mort (ou droit de permanent sur un rivage, sans la

Glaive): fi les Particuliers ont pû le permission du Souverain du Païs. conférer sur eux à l'Etat. VIII. 3. I.

III. 3. 8. Duel: antiquité des Duels. VIII. 4. 8.

Education : eft le Devoir propre des 2. I. il n'y a point de véritable des Péres & Méres, & unc chose de la honneur à refuser un Ducl. VIII. 4. derniérc conséquence. VI. 2. 6. fort $. celui qui, dans un Duel, tuc ou importante pour le bien de l'Etat. blesse son homme, ne lui fait point

VII. 9. 4. n. i. c'est aufli le fondede tort à lui proprement. I. 7: 13.

ment de l'Obligation perpétuelle & n'est pas tenu de le faire traiter à

des Enfans. VI. 2. 12. ses dépens. III. 7. 8. ni de dédom Effer : comment les Effets Naturels mager la Femme, & les Enfans du peuvent être impurez. l. 5. 6. Effet défunt. V. 9. 3. il est néanmoins retroactif : voicz Papi, & Loix Cia coupable d'homicide, quand même viles. il n'auroit eâ defcin que de le bler Egalité : quelle il doit y avoir dans les ser. I. 7. 16. 8. 10. celui qui va au

Contra&ts. V. 3. rendez-vous , ne sauroit alléguer Egalité d'ame : on doit se la procurer. pour excuse la nécessité d'une juste

II. 4. 6. défense de soi-même. II. S. 9. moica Egalité Naturelle des Hommes : eft ou de prévenir les Duels, & de rendre Physique, ou Morale. III. 2. 2. a. 3. les Loix efficaces. II. 5. 12. VIII. 4.

& 9.9. la dernière doit être recon$. n. t. Pourquoi on les a permis au Due de chacun par rapport à tout autrcfois. V. 9. 3.

tre, & commcat. Ibid.

Eglise : ce que c'eft. VII. 4. 11. n. 2. E.

Egour: droit de faire décharger un E

goût dans une maison voisine. IV. EAU: si on peut se rapproprier. IV.

III. n. 13. S. 2. droit d'en puirer dans le Eledion : comment se fait celle des fonds ou le puits d'un voisin. IV. 8.

Souverains. VII, 7. 6. 12. n. 1. servitudes pour les Eaux Eloquence : cet Art est le plus souvent courantes. Ibid. s. 11. n. 12. G on pernicieux. II. 4. 13. doit y laisser puiser tout le monde. Emancipation : comment se faisoit parIII. 3. 3. 8. 1. & J. 4.

mi les Romains. V. 10, 8. n. 3. Ecclefiaftiques : leurs Devoirs. VII. 8. Empereurs Romains : quelle écoit leur

1o. n. 2. leur négligence & leur Dignité & leur Autorité, lors qu'il ignorance en ce qui concerne l'éru y en avoit plus d'un à la fois. VII. de de la Morale.' Pref. .6, Suiv. 3. IS. s'attribuent mal à propos le pré Emphytéose: ce que c'est. IV. 8. 3. mier rang dans les Allemblées, tant Empire: quelles raisons obligent de se Politiques, qu’Ecclésiastiques. VIII. soûmettre à l'Empire de quelcun. 4.22. & dans les Prières Publiques. VII. 6. s. li tout empire est fonde Ibid. n. 4. austi bien que dans l'enu

sur le consentement de ceux qui y mération des divers Ordres ou Etats

sont foůmis. Ill. 4. 4. s'il y a pard'un Roiaume. Ibid. n'ont point de mi les Hommes, quelque Empire privilégé particulier qui les autori naturel, qui excluc ici-bas toute Te à dilpenser des Vaux & des Ser Liberté absolument indépendante. mens. iv. 2. 24. le même péché commis notoirement par un Eccle- Emploi: quels Emplois sont les plus fiaftique , est plus grand , que li

honorables. I. i. 9. Emplois Puc'étoit une personne de quelque au blics, comment on doit les conféi Ire Ordre, qui s'en fût readu cou. sor, & qucl degré d'honneur il faut

attacher à chacun. VIII. 4. 23. O ne doit pas les donner uniquement à caufe de la Naiffance. Ibid. $. 31. c'eft une mauvaise Politique, que de a'y élever que des gens d'un certain Ordre. ibid. aucun Citoien n'a un droit parfait de prétendre être revêtu des Emplois , préférablement aux autres , quelque mérite qu'il puiffe avoir, mais il a droit seulement de poftuler. VII. 1. 3. ceux qui les ont donncz à des personnes indignes , sont responsables envers PĚcat, ou le Souverain , du mal qui en revient. Ibid. G ceux qui ont quelque Emploi Pablic, peuvent le quicter & fe recirer ailleurs, fans le consentement de l'Etat. VII. 11. 3. Emplois Eccléfiaftiques , combien leur vénalité eft pernicieuse & blåmable. V. 1. s. Emploi Honoraire ,

ce que c'eft. I. 1. 6. 7. 1. Emprunteur : ses engagemens. V. 4.6.

V.7. 1. Encan: ce que c'eft. V. 5. 6. Loi de

cette sorte de vente. V. 1. 1o. Enclavé : fi l'on eft tenu de donner

gratuïtement le paffage au maitre d'un héritage enclavé dans le nôtre,

III. 3. 7. 8.7. Enfant: fi on peut lui faire du cort, pendant qu'il

eft cncore dans le sein dc fa Mére. I. 1. 7. pourquoi on bat les Enfans. I. s. 10. fi un Enfant peut avoir quelque droit de Proprié ié. IV. 4. is. . z. 8. G fes Promeffes font valides. III. 6. 3. 8. 3. pour quoi il faut prendre un foin extrêm me de les empêcher de mentir. IV. 1. 7. n. 1. combien dure l'âge où ils sont incapables de contracter quelque obligation valable. III. 6. to s'il eft permis de leur dire quelque chose de faux. IV. 1. Is. d'où vient la facilité qu'ils ont de discerner le Juste d'avec l'Injuste. II. 3: 13. di l'on doit faire mourir ceux du parti ennemi. VIII. 6. 7. 8. 1. an Enfant , qui n'est que conçâ, eft regardé, en plusieurs matiéres de Droit , commc étant déja au monde. IV. 12, 10, des droits qui devoient passer à un Enfant encore à paitre , & pas mê

me conçû. Ibid. Enfant (Fils ou Fille) ce que l'on en

tend par là, dans le Droit. IV. 11.6. on peut le faire périr pour sauver la Mére, mais non pas le tuer, ni l'exposer. VI. 2. 6. à qui appartient un Enfant exposé. IV. 6. 14. VI. 2. 3. fi le Pére peut prétendre a fa Succefsion. IV. 11. 13. 0. 14. les Enfans ne ressemblent pas toujours à leurs Péres. VIII. 3. 33. n. 3. & VIII. 4. 25. en quoi conlifte leur dépendance de leurs Parens, & quel en eft le fondement. VI. 2. 1, 6.Suiv, s'ils petvent fe marier sans le confentement de leurs Parens. VI. 2. 14. Devoirs des Enfans émancipez. ibid. S. 12, Enfans Légitimes , doivent avoir été reconnus pour tels de leur Pére. IV. 11. 10. sont préférez aus Enfans Naturels, dans les Successions abinteftat. Ibid. S. 9. les Enfans passent

de

II. 2. 4.

« PreviousContinue »