Philosophie de Thomas Reid: sér. Essais sur les facultés intellectuelles de l'homme

Front Cover
Librairie classique de Perisse frères, 1844
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 97 - Je crois que tout le monde tombe d'accord que nous n'apercevons point les objets qui sont hors de nous par eux-mêmes. Nous voyons le soleil, les étoiles et une infinité d'objets hors de nous ; et il n'est pas vraisemblable que l'âme sorte du corps et qu'elle aille, pour ainsi dire, se promener dans les cieux pour y contempler tous ces objets.
Page 190 - ... étendue infinie et nécessaire, qui demeure immobile, tandis que les corps s'y meuvent en tous sens. Le temps se perd dans l'éternité, l'espace dans l'immensité.
Page 219 - En quoi il n'est pas vraisemblable que tous se trompent; mais plutôt cela témoigne que la puissance de bien juger et distinguer le vrai d'avec le faux, qui est proprement ce qu'on nomme le bon sens ou la raison, est naturellement égale en tous les hommes...
Page 278 - ... la nature, la distinction et la classification des espèces finiront par acquérir ce degré de précision qu'il importe d'atteindre. Quand les espèces sont en si grand nombre qu'elles accableraient la mémoire, on les distribue en genres, les genres en familles , les familles en ordres , les ordres en classes ; et de la sorte l'intelligence se trouve soulagée. Cette échelle de divisions et de subdivisions a reçu le nom de système. Ce n'est pas un système de vérités , c'est un système...
Page 367 - Le dernier des principes métaphysiques que nous examinerons, et que Hume a également contesté, est celui-ci : Les marques évidentes de l'intelligence et du dessein dans l'effet, prouvent un dessein et une intelligence dans la cause.
Page 391 - SENS COMMUN, la disposition que la nature a mise dans tous les hommes ou manifestement dans la plupart d'entre eux, pour leur faire porter, quand ils ont atteint l'usage de la raison, un jugement commun et uniforme sur des objets différents du sentiment intime de leur propre perception; jugement qui n'est point la conséquence d'aucun principe antérieur.
Page 297 - ... ou l'absurdité de la question, n'est-ce pas ce que j'appelle mes idées? Les voilà donc ces idées ou notions générales que je ne puis ni contredire ni examiner; suivant lesquelles, au contraire, j'examine et je décide de tout; en sorte que je ris au lieu de répondre, toutes les fois qu'on me propose ce qui est clairement opposé à ce que mes idées immuables me représentent.
Page 361 - N'est-ce pas là l'expression d'une croyance irrésistible, d'une croyance qui est la voix de la nature et contre laquelle nous lutterions en vain? Voulons-nous pénétrer plus avant, demander à chacune de nos facultés quels sont ses titres à notre confiance, et la lui refuser jusqu'à ce qu'elle les ait produits? Alors, je crains que cette extrême sagesse ne nous conduise à la folie, et que, pour n'avoir pas voulu subir le sort commun de l'humanité, nous ne soyons tout à fait privés de la...
Page 97 - ... d'une telle ou telle façon. Mais pour les choses qui sont hors de l'âme, nous ne pouvons les apercevoir que par le moyen des idées, supposé que ces choses ne puissent pas lui être intimement unies.
Page 186 - ... je l'ignore : je l'appelle mémoire ; mais le nom n'est pas la cause. En même temps que je me souviens , je crois à mon souvenir : d'où me vient cette foi donnée à ma mémoire? c'est Dieu qui me l'inspire; je n'en sais pas davantage.

Bibliographic information