Page images
PDF
EPUB

l'envie, leur donnent aussi de la crainte; c'est pourquoi jamais on ne doit s'abstenir de bien faire, pour éviter cette sorte de haine; et il n'y en a point qui leur puisse nuire, que celle qui vient de l'injustice ou de l'arrogance que le peuple juge être en eux. Car on yoit même que ceux qui ont été condamnés à la mort, n'ont point coutume de haïr leurs juges, quand ils pensent l'avoir mérilée, et on souffre aussi avec patience les maux qu'on n'a point mérités, quand on croit que le prince, de qui on les reçoit, est en quelque façon contraint de les faire, et qu'il en a du déplaisir, quant à ce qu'on estime qu'il est juste qu'il préfère l'utilité publique à celle des particuliers. Il y a seulement de la difficulté, lorsqu'on est obligé de satisfaire à deux partis qui jugent différemment de ce qui est juste, comme lorsque les empereurs romains avoient à contenter les citoyens et les soldats; auquel cas il est raisonnable d'accorder quelque chose aux uns et aux autres, et on ne doit pas entreprendre de faire venir tout d'un coup à la raison ceux qui ne sont pas accoutumés de l'entendre; mais il faut tâcher peu à peu, soit par des écrits publics, soit par les voix des prédicateurs, soit par tels autres moyens semblables, de la leur faire concevoir: car enfin le peuple souffre tout ce qu'on peut lui persuader être juste, et s'offense de tout ce qu'il imagine être injuste. Et l'arrogance des princes, c'est-à-dire, l'usurpation

m

de quelque autorité, de quelques droits, ou de quelques honneurs qu'il croit ne leur être point dus, ne lui est odieuse que parce qu'il la considère comme une espèce d'injustice. - Je ne suis pas aussi de l'opinion de cet auteur dans ce qu'il dit en sa préface, que comme il faut être dans la plaine pour mieux voir la figure des montagnes, lorsqu'on en veut tirer le crayon, ainsi on doit être de condition privée pour bien connoître l'office d'un prince : car le crayon ne représente que les choses qui se voient de loin; inais les principaux motifs des actions des princes sontsouvent des circonstances si particulières, qu'à moins qu'on ne soit le prince lui-même, ou bien qu'on ait été fort long-temps participant de ses secrets, on ne les sauroit imaginer....

Je crois que c'est le dessein de louer César Borgia, et de justifier des actions particulières de ce prince, très – peu susceptibles d'excuses, qui a porté Machiavel à établir ces maximes générales, dans son traité du Prince. Je n'ai rien remarqué de mauvais dans ses Discours sur Tite-Live.

Au reste, dans tous les Etats et toutes les situations de ce monde, on sera heureux si on pra-tique les maxiines qui enseignent, 1°. que la félicité de chaque individu dépend de lui-inême; 2°. qu'il faut tellement se tenir hors de l'empire de la fortune, que, quoiqu'on ne perde pas les occasions de retenir les avantages qu'elle donne, on

Occa

ne croie pas cependant être malheureux quand elle les refuse; 3°. que, puisque, dans toutes les affaires de ce monde, il y a toujours beaucoup de raisons pour et contre, on doit s'arrêter principalement à considérer les raisons qui tendent à faire approuver les choses qui arrivent.

FIN.

TABLE.

XII. Les attributs de Dieur se déduisent facilement des dé-

monstrations précédentes, ainsi qae la nécessité de croire

aux mystères qu'il nous a révélés.

Page 55

XIII. Les notions générales et l'idée de Dieu ne viennent poi uit

des sens : réfutation anticipée de Locke..

57

XIV. Impuissance de l'attaque que livre Regius aux preuves

de l'existence de Dieu, inventées par Descartes. 63

XV. Raison qu'a eue Descartes de ne point ipsister sur l'ar-

gument tiré de la suite des causes efficientes, ou de l'absur-

dité du progrès à l'iüfini. D'où vient la force de la preuve

tirée de l'idée de Dieu ?".

*." "house for barna 65

XVf. La Méilíode du dökte, à l'égard même de l'existence

de Dieu, employée par Descartes, justifiée contre ses ca-
lonitiateurs. - Home

.68

XVII. Pourquoi Descartes n'a point répondu à certains ar-

gumens des athées ,

WT 95 Unicio G'zOne, i 7 !

XVIII. Nous avons une connoissance de l'infini assez distincte

pour raisonner sur l'existence de l'être infini. . 7.2

XX. Réfutation de l'argument d’un athée, tiré de l'idée, de

Pinbai.

gen' ..

;. 75

XX. On ne sauroit se former une trop haute idée des oeuvres

de Dieu, et on présumeroit trop de soi-même, si on entre-

prenoit de connoitre toutes les fios que Dieu s'est propostes

en créant le monde.

.307 janvi, 177

XXI. Dien n'est point la cause de nos erreurs.: nous sommes

essentiellement capables de nous tromper; mais nos errenrs

sont toujours volontaires, ab u so

89

XXII. Confirmation de la même vérité, gratis!.. 90

XXII. Continuation du même sujet : Dieu ne peut vouloir

XXIV. Solutio

sainle, contre la thèse précédente. i was .. 99

XXV. Dien cause de toutes les aotions qui dépendent du libre

arbitre de l'homme, i . : une : 109

I

[ocr errors]
[ocr errors]

• Solution de quelques dificuti

« PreviousContinue »