Oeuvres de Rabaut-Saint-Étienne: précédées d'une notice sur sa vie, Volume 1

Front Cover
Laisné frères, 1826 - France
 

What people are saying - Write a review

User Review - Flag as inappropriate

Rabaut Saint Etienne naquit à Nîmes en 1753. il était le fils d'un émionent pasteur réformé qui fut persécuté. Une notice sur sa personne fut rédigée par le marquis Boissy d'Anglas page V.Le 5 décembre 1793, il est conduit à l'échafuad

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 360 - ... que dans les dispositions à faire pour subvenir à l'entretien des ministres de la religion, il ne pourra être assuré à la dotation d'aucune cure moins de douze cents livres par année, non compris le logement et le jardin.
Page 351 - Pwîs , voyant défiler ses milices, qui vont chercher et lui amener son roi. La capitale ne doutait pas que ses peines ne fussent enfin terminées. Les femmes, conduites par la faim , s'avançaient à Versailles, et Maillard, qui les gouvernait, les engagea, chose difficile, à ne se présenter qu'en suppliantes à l'assemblée nationale ; c'était au moment où l'assemblée insistait encore auprès du roi, où elle attendait l'acceptation tant retardée des articles constitutionnels. Le roi accordait...
Page 348 - Je suis fort aise d'avoir donné des drapeaux à la garde nationale de Versailles. La nation et l'armée doivent être attachées au roi , comme nous le leur sommes nous-mêmes. J'ai été enchantée de la journée de jeudi.
Page 360 - Elle trouva dans son sein les plus violentes oppositions: mais enfin il fut décrété que tous les biens ecclésiastiques étaient à la disposition de la nation, à la charge de pourvoir d'une manière convenable aux frais du culte , à l'entretien de ses ministres , et au soulagement des pauvres.
Page 239 - ... brouille les familles , dans l'espoir de diviser l'état : tant il est difficile à ce genre d'hommes de savoir se passer de richesses et de pouvoir ! Mais les lumières, en se communiquant bientôt aux dernières classes des citoyens, les affranchiront de la plus dangereuse de toutes les servitudes, l'esclavage de la pensée. Alors , ou les prêtres seront citoyens, ou l'on ne voudra plus de prêtres.
Page 114 - ... dans celui où le soleil semble marcher comme elle et retourner sur ses pas; et le capricorne, cet animal grimpant, au moment où le soleil remonte le long de l'écliptique. Cette observation de Macrobe est d'ailleurs très-ancienne; on l'a répétée plusieurs fois depuis, et véritablement elle est frappante. Le verseau épanche son urne dans le ciel au mois où les pluies inondent les campagnes ; et le scorpion lance son venin dans la saison des maladies. Le centaure, qui était peint autrefois...
Page 254 - Rousseau présenta à la vénération des ames fières, à l'amour des atnes sensibles, cette liberté dont l'idole était dans son cœur. Il en peignit les charmes, et l'enthousiasme enchanteur, et les saintes austérités., et les éternels sacrifices. Jamais il ne la sépara de la vertu , sans laquelle la liberté n'a qu'une existence passagère. Enfin il en traça le code dans son Contrat social; et ce livre immortel fixa toutes les idées. Là se trouvèrent réunis...
Page 335 - ... sur vingt-six mille lieues carrées d'étendue. Mais , lorsqu'on en vint à discuter la part que le roi aurait dans la législation, et à calculer l'équilibre entre le monarque et le corps législatif, il s'établit une grande lutte dans le sein de l'assemblée nationale. D'un côté étaient ceux que l'habitude avait formés à une tendresse aveugle pour le nom...
Page 296 - ... pas souffrir. Les plus hardis des communes , en pensant que les représentants du peuple étaient vraiment les représentants de la nation , mais sachant aussi quels assauts ils auraient à supporter , cherchaient un mot qui conservât l'idée sans effaroucher la cour. Ils ignoraient si la nation était assez avancée pour...
Page 322 - Nulle ville au monde ne peut offrir un spectacle semblable à celui de Paris agité par une grande passion, parce que, dans aucune, la communication n'est aussi prompte , ni les esprits aussi actifs. Paris renferme dans son sein des citoyens de toutes les provinces , et du mélange de ces caractères divers se compose le caractère national, qui se distingue par une étonnante impétuosité. Ce qu'ils veulent faire est fait.

Bibliographic information