Page images
PDF
EPUB

ne raconterai pas les nombreuses balourdises que je fis durant le premier service, ni l'embarras que j'éprouvai quand on me pria de découper un poulet ou de servir de divers plats qui se trouvaient dans mon voisinage, répandant une saucière et renversant une salière ; je me hâte d'arriver au second service, où de nouveaux désastres m'achevèrent.-Alexandre Dumas.

II.

Questions Grammaticales 1. Quel est le pluriel de sapeur-pompier, lieutenant-général aide-de-camp, porte-drapeau, garde national, cent-Suisses, arcboutant, Monseigneur ?

2. Quel est le sens de ces mots pris au masculin ou au féminin?

—un enseigne et une enseigne, un cornette et une cornette, un garde et une garde, un trompette et une trompette, un manoeuvre et une manouvre, de grands aigles ou des aigles victorieuses.

3. Dans quel cas jamais signifie-t-il ever, et dans quel autre cas signifie-t-il never? Donnez des exemples de l'un et l'autre

4. Ecrivez la première personne du pluriel, présent de l'indicatif, des verbes menacer, voyager, boire, faire, mourir, périr, fuir.

5. Citez la plupart des cas où vous faites usage en français du subjonctif. Quand employez-vous ce mode au présent ou à l'imparfait ?

6. Par quoi remplacez-vous le futur et le conditionnel après si ? Quand maintenez-vous au contraire ces deux temps après la même conjonction ? Appuyez votre réponse par des exemples.

sens.

III. Traduisez en français :

I wish and propose to open the campaign on the 1st of May, and to aid the several Spanish corps ; but, from all I hear, I am afraid that none of them will be ready. We shall be so, I hope, completely: and if there were money, I should entertain no doubts of the result of the next campaign: but I have certainly the most obstinate and worst-tempered people to deal with that I have yet met in my

life. The next campaign depends upon our financial resources. I shall be able in a month to take the field with a larger and more efficient British and Portuguese force than I have yet had; there are more Spanish troops clothed, armed, and disciplined than have ever been known; and we are making daily progress towards getting out of the chaos in which I found matters.

I never saw the British army so healthy and so strong; we have gained in strength 25,000 men since we went into cantonments in the beginning of December, and infinitely more in efficiency.Duke of Wellington.

CIVIL SERVICE OF INDIA.

July 1861.

I.

· Translate into English:

A.

Le Massacre des Français à Palerme.
Du lieu saint, à pas lents, je montais les degrés,
Encore jonchés de fleurs et de rameaux sacrés.
Le peuple, prosterné sous ces voûtes antiques,
Avait du Roi-Prophète entonné les cantiques :
D'un formidable bruit le temple est ébranlé.
Tout-à-coup sur l’airain ses portes ont roulé.
Il s'ouvre ; des vieillards, des femmes éperdues,
Des prêtres, des soldats, assiégeant les issues,
Poursuivis, menaçants, l'un par l'autre heurtés,
S'élancent loin du seuil à flots précipités.
Ces mots : ‘Guerre aux tyrans !' volent de bouche en

bouche ;
Le prêtre les répète avec un œil farouche ;
L'enfant même y répond. Je veux fuir, et soudain
Ce torrent qui grossit me ferme le chemin.
Nos vainqueurs, qu’un amour profane et téméraire
Rassemblait pour leur perte au pied du sanctuaire,
Calmes, quoique surpris, entendent sans terreur
Les cris tumultueux d'une foule en fureur.
Le fer brille, le nombre accablait leur courage
Un chevalier s'élance, il se fraie un passage ;

[ocr errors]

Il marche, il court; tout cède à l'effort de son bras,
Et les rangs dispersés s'ouvrent devant ses pas.
Il affronte les coups sans casque, sans armure
«C'est Montfort !' À ce cri succède un long murmure.
Oui, traîtres, ce nom seul est un arrêt pour vous !
Fuyez !' dit-il, superbe et pâle de courroux,
Il balance dans l'air sa redoubtable épée,
Fumant encor du sang dont il l'avait trempée.

... Un envoyé de la Divinité
Ellt semblé moins terrible au peuple épouvanté.

C. Delavigne, Les Vépres Siciliennes.'

Il frappe

6

B.

La Forêt vierge.

Il nous est souvent arrivé d'admirer sur l'océan une de ces soirées calmes et sereines, alors que les voiles, flottant paisiblement le long des mats, laissent ignorer au matelot de quel côté s'élèvera la brise. Ce repos de la nature entière n'est pas moins imposant dans la solitude du nouveau monde que sur l'immensité des mers. Lorsque, au milieu du jour, le soleil darde ses rayons sur la forêt, on entend souvent retentir dans ses profondeurs, comme un long gémissement, un cri plaintif qui se prolonge au loin. C'est le dernier effort du vent qui expire ; tout rentre alors autour de vous dans un silence si profond, une immobolité si complète, que l'âme se sent pénétrée d'une sorte de terreur religieuse ; le voyageur s'arrête, il regarde. Pressés les uns contre les autres, entrelacés dans leurs rameaux, les arbres de la forêt semblent ne former qu'un seul tout, un édifice immense et indestructible, sous les voûtes duquel règne une obscurité éternelle. De quelque côté qu'on porte ses regards, on n'aperçoit qu'une scène de violence et de destruction, des arbres rompus, des troncs déchirés ; tout annonce que les éléments se font ici perpétuellement la guerre : mais la lutte est interrompue. On dirait que, sur l'ordre d'un pouvoir surnaturel, le mouvement s'est subitement arrêté. Des branches à moitié brisées semblent tenir encore par quelques

liens secrets au tronc qui ne leur offre plus d'appui ; on écoute, on retient sa respiration avec crainte pour mieux saisir le moindre retentissement de l'existence; aucun son, aucun murmure ne parvient jusqu'à vous. Tout est immobile, tout est silencieux; on dirait que le Créateur a, pour un moment, détourné sa face, et que les forces de la nature sont paralysées.

A. de Tocqueville, 'Souvenirs d'un Voyage en Amerique.'

[ocr errors]

was fired

6

II. Translate into French :

The Last of the Incas. Pizarro saw that the hour had come. He waved a white scarf in the air, the appointed signal. The fatal gun from the fortress ; then springing into the squares, the Spanish captain and his followers shouted the old war-cry of St. Iago, and at them !! It was answered by the battle-cry of every Spaniard in the city, as, rushing from the avenues of the great walls in which they were concealed, they threw themselves into the midst of the Indian crowd. The latter, taken by surprise, stunned by the report of artillery and muskets, the echoes of which reverberated like thunder from the surrounding buildings, and blinded by the smoke, were seized with a panic; they knew not whither to fly . . All were trampled down under the fierce charge of the cavalry, who dealt their blows right and left without sparing, while their swords carried dismay into the hearts of the wretched natives, who now, for the first time, saw the horse and his rider in all their terrors . . The fight, or rather the massacre, continued hot around the Inca, whose person was the great object of the assault. His faithful nobles, rallying about him, threw themselves in the way of the assailants, and strove, by tearing them from their saddles, or, at least, by offering their own bosoms, to shield their beloved master The Indian monarch, stunned and bewildered, saw his faithful subjects falling round him, without hardly comprehending his situation. .

The struggle now became fiercer than ever round the royal litter. It reeled more and more, and at length several nobles who supported it having been slain, it was overturned . . . and the unhappy monarch, strongly secured, was removed to a neighbouring building, where he was carefully guarded. All attempt at resistance now ceased. Every man thought only of his own safety.-Prescott, Conquest of Peru.'

[ocr errors]

6

III.

Questions Grammaticales. 1. Ouvre, assiégeant, poursuivis, s'élancent, répète, répond, fuir, grossit, surpris. La 2e pers. sing. et la 1re pers. plur, de l'impératif

Avait, vécu, court, aperçoit, parvient. La 1re pers. du futur?

2. Fleur, voûte, cantique, airain, issues, bouche, porte, terreur,

6

courage, casque, armure, voiles, solitudes, immensité, rayons, violence, destruction, cruauté. Quel genre ?

3. Écrivez en toutes lettres 200 hommes ; 210 hommes; 80 hommes ; 90 hommes ; chapitre 80 ; chapitre 200.

4. Quel est, dans la conjugaison française, l'affixe qui désigne la 3e pers. sing. ? Quelle est l'origine de cet affixe ? Pourquoi est-il disparu à certains temps ? Comment le retrouve-t-on dans “il ouvre, il va, il donna, il aura'?

5. Quelle est la nature de l'imparfait en français ? Pourquoi se rattache-t-il, dans sa forme, au participe présent ? Par quelles formes intermédiaires l'affixe latin (abam, ebam, etc.) a-t-il passé pour donner naissance, en définitive, à la terminaison ais ?'

6. Quelle est la règle qui gouverne le genre de fleurs, terreur, voiles, pouvoir, courage ?

7. Quel est l'affixe latin qui a donné naissance à la terminaison

age
dans

courage, voyage e ? 8. La grand'rue, la grand mère, la grand'chambre; j'ai grand' peur ; pas grand'chose. Quelle est la raison de cette ortographe du mot grand ?

9. Paisiblement, perpétuellement. Expliquer pourquoi l'affixe ment s'ajoute à la forme féminine de l'adjectif pour faire un adverbe. Comment se sont formés les adverbes constamment, prudemment ?

10. “Nous sommes plus riches que nous ne pensons.” (J.J. Rousseau.)- Depuis l'invention de la poudre, les batailles sont moins sanglantes qu'elles ne l'étaient.' (Montesquieu.)« On se voit d'un autre æil qu'on ne voit son prochain.' (Lafontaine.) — Je ne leur donnai point de repos, qu'ils ne m'eussent fait venir un fripier.' (Lesage.)—‘Que faire en un gîte, à moins que l'on ne songe?' (Lafontaine.)—Gardez qu'une voyelle à courir trop hầtée, ne soit d'une voyelle en son chemin heurtée.' (Boileau.)— Craignez que le ciel ne vous haïsse assez pour exaucer vos vœux. (Racine.)-Pourquoi la particule ne dans toutes ces phrases ?

11. 'De quelque côté qu'on porte ses regards.' 'Qui que vous soyez, quoi que vous fassiez, quels que soient vos talents, quelque honnête que vous puissiez être, vous aurez toujours des détracteurs.' – Pourquoi les expressions quelque, qui que, quoi que, quels que, quelque, gouvernent-elles le subjonctif ?

Quel est le mode que gouverne la conjonctive quoique ? Pouvez-vous donner la raison ?

12. L'étymologie de dorénavant, désormais, lendemain.

Note.—The first three questions should be answered by all the candidates. The full number of marks allowed for the scientific part of the examination will be given for good answers to any two of the remainder.

6

[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]
[ocr errors]

6

« PreviousContinue »