Page images
PDF
EPUB

Il lit au front de ceux qu'un vain luxe environne
Que la fortune vend ce qu'on croit qu'elle donne.
Approche-t-il du but, quitte-t-il ce séjour,
Rien ne trouble sa fin, c'est le soir d'un beau jour.

La Fontaine.

II.

[ocr errors]

6

[ocr errors]

Questions Grammaticales. 1. Il est certain ' 'C'est ce que vous pourrez voir.' (See I, A.) 'C'est le soir d'un beau jour. (I, B.)

' Expliquez par la règle grammaticale la différence de signification et d'emploi de il est et de ce est) c'est dans la syntaxe française. Donnez des exemples.

2. Voyons, savaient, pourrez, vit, croit.' Dites les temps primitifs de ces verbes, et indiquez, en les citant, les différents temps qui en sont dérivés (la première personne du singulier seulement). 3. "Les Gaulois

montrèrent plus de hardiesse que ne firent les Romains. Comment expliquez-vous l'emploi de ne dans la seconde partie de cette phrase ? Est-il toujours indispensable ? Quand faut-il l'employer, quand l'omettre, soit dans la première ou dans la seconde partie des phrases de cette nature ? Citez des exemples.

4. “Quelque déterminés qu'ils fussent.' Donnez les règles sur le sens et sur l'emploi de quelque et de quel que dans les différentes positions qu'ils peuvent occuper: devant un adjectif, un adverbe, ou un nom de nombre; devant un substantif; devant un verbe. Citez des exemples.

5. Ecrivez le féminin, au singulier et au pluriel, des mots suivants : certain, Romain, Gaulois, déterminé, inférieur, heureux, tranquille, éternel, favori, roi, ceux, vain.

6

III.

Either, Write a short Essay in French on the pleasures of travelling, and name, with the reasons in support of your choice,

, ' the country where you would particularly wish to travel ;

Or, Translate into French :

In the midst of these my musings, the lady desired me to reach her a little salt upon the point of my knife, which I did in such a trepidation and hurry of obedience, that I let it drop by the way; at which she immediately startled, and said it fell towards her. Upon this I looked very blank; and observing the concern of the whole table, began to consider myself, with some confusion, as a person that had brought a disaster upon the family. The lady, however, recovering herself after a little space, said to her husband, with a sigh, • My dear, misfortunes never come single.' My friend, I found, acted but an under part at his table, and being a man of more good-nature than understanding, thinks himself obliged to fall in with all the passions and humours of his yoke-fellow. Do not you remember, child,' says she, that the pigeon-house fell the very afternoon that our careless wench spilt the salt upon the table ?' 'Yes,' says he, .my dear, and the next post brought us an account of the battle of Almanza.' The reader may guess at the figure I made, after having done all this mischief. I dispatched my dinner as soon as I could, with my usual taciturnity. --Addison, Popular Superstitions.'

[ocr errors]

SECOND PAPER.

I.

Translate into English :

A.

L'exemple fut donné par la grande Amsterdam. Elle lâcha les écluses d'eau douce, perça les digues, livra à l'Océan l'admirable campagne qui l'entoure. Enorme sacrifice ! Ce n'était pas là, comme ailleurs, des prairies qu'on mettait sous l'eau. C'étaient les villas, les palais, les plus riches maisons de la terre, les serres, les jardins exotiques, ces trésors qui déjà faisaient de ce pays l'universel musée du monde. Cela fut grand. Car la ville est un comptoir, un magasin ; chacun a sa chère petite terre, et son foyer aimé dans la campagne voisine. Ce peuple qui vit d'intérieur, quand il a couru au Japon, à Surinam, partout, y rapporte tout ce qu'il peut et enterre là son âme. Voilà ce qu'on donna à la mer. Au prix de cette amère douleur, la Hollande affranchie se connut, et sentit que cette âme libre n'était pas enterrée, mais qu'elle planait sur l'Océan même et sur cette invincible flotte qui vint majestueusement entourer Amsterdam.-Michelet,

B.

Sur la neige des monts, couronne des hameaux,
L'Espagnol a blessé l'aigle des Asturies,
Dont le vol menaçait ses blanches bergeries ;
Hérissé l'oiseau part et fait pleuvoir le sang,
Monte aussi vite au ciel

que

l'éclair en descend,
Regarde son soleil, d'un bec ouvert l'aspire,
Croit reprendre la vie au flamboyant empire;
Dans un fluide d'or il nage puissamment,
Et parmi les rayons se balance un moment:
Mais l'homme l'a frappé d'une atteinte trop sûre ;
Il sent le plomb chasseur fondre dans sa blessure;
Son aile se dépouille et son royal manteau
Vole comme un duvet qu'arrache le couteau;
Dépossédé des airs, son poids le précipite;
Dans la neige du mont il s'enfonce et palpite,
Et la glace terrestre a d'un pesant sommeil
Fermé cet oil puissant respecté du soleil.

Alfred de Vigny.

II.

[ocr errors]

Questions Grammaticales. 1. Ecrivez le participe présent de résoudre et de boire ; le participe passé de vaincre, taire, ouir, mourir, conquérir; le présent de l'indicatif, avec toutes les personnes, d'appeler, recéler, inquiéter, dire, maudire, redire, médire, contredire ; le prétérit ou passé defini de craindre, naître, tenir, première personne du singulier.

2. Indiquez en anglais la signification des mots suivants : un souris et une souris, un tour et une tour, un livre et une livre, un pendule et une pendule, un poêle et une poêle, un voile et une voile, un jeune mousse et une mousse naissante, une fleur dans un vase et une fleur dans la vase.

3. Comment traduisez-vous : His Majesty the King, Her Majesty the Queen, His Grace the Duke of Northumberland, Her Grace the Duchess of Sutherland ? Indiquez à ce propos la différence entre l'accord du pronom possessif en anglais et l'accord de cette même partie du discours en français.

4. Quand un verbe doit-il prendre la forme du subjonctif? Répondez à cette question en citant des exemples à l'appui de la règle.

5. Expliquez l'usage de tout dans les phrases suivantes : Elle était tout en sang.

Ils sont tout âme, tout yeux, tout

ne

oreilles. Tout Venise est ici réuni. Ne faudrait-il point toute Venise, tous yeux, toutes oreilles, &c. ? 6. Indiquez le sens de ces gallicismes : À ces mots le corbeau

se sent pas de joie. Ainsi dit le renard, et flatteurs. d'applaudir. J'ai beau faire; je n'y vois que du feu. Vous avez la tête trop près du bonnet. Mirabeau se porta fort pour les intentions du roi. Il faut plier bagage.

III.

Ecrivez un essai d'une demi-page sur Chelsea Hospital, les traits extérieurs de l'édifice, les jardins et le but pour lequel cette institution a été fondée.

IV.

resources,

Meanwhile reports about the state of the king's health were constantly becoming more and more alarming. His medical advisers, both English and Dutch, were at the end of their

He had consulted by letter all the most eminent physicians of Europe, and as he was apprehensive that they might return flattering answers if they knew who he was, he had written under feigned names. To Fagon he had described himself as a parish priest. Fagon replied somewhat bluntly, that such symptoms could have only one meaning, and that the only advice which he had to give to the sick man was to prepare himself for death. Having obtained this plain answer, William consulted Fagon again without disguise, and obtaine.. some prescriptions which were thought to have a little retarded the approach of the inevitable hour. But the great king's days were numbered.-Macaulay.

COMMISSARIAT.

January 1861.

I.

Traduisez en anglais:

Il y avait un homme qui possédait un champ assez fertile, qu'il cultivait avec grand soin : deux de ses voisins s'unirent

sures.

[ocr errors]

ensemble, le chassèrent de sa maison, occupèrent son champ : ils firent entre eux un pacte pour se défendre contre tous ceux qui voudraient l'usurper, et effectivement ils se soutinrent parlà pendant plusieurs mois. Mais un des deux, ennuyé de partager ce qu'il pouvait avoir tout seul, tua l'autre, et devint seul maître du champ. Son empire ne fut pas long : deux autres envieux vinrent l'attaquer; il se trouva trop faible pour se défendre, et il fut massacré.

Un Troglodyte presque tout nu vit de la laine qui était à vendre; il en demanda le prix. Le marchand dit en lui-même : Naturellement je ne devrais espérer de ma laine qu'autant d'argent qu'il en faut pour acheter deux mesures de blé ; mais je la vais vendre quatre fois davantage, afin d'avoir huit me

Il fallut en passer par là et payer le prix demandé. "Je suis bien aise,' dit le marchand, 'j'aurai du blé à présent. Que dites-vous?' reprit l'acheteur; 'vous avez besoin de blé ? j'en ai à vendre: il n'y aura que le prix qui vous étonnera peut-être; car vous saurez que le blé est extrêmement cher et que la famine règne presque partout: mais rendez-moi mon argent, et je vous donnerai une mesure de blé ; car je ne veux pas m'en défaire autrement, dussiez-vous crever de faim.'-Montesquieu, Lettres persanes.

II.

Questions Grammaticales. 1. Ecrivez les cinq parties primitives des verbes voudraient, soutinrent, partager, devrais, fallut, saurez. 2. Il y

avait un homme.' -1. De quelle autre manière rait-on rendre cette phrase, en lui conservant exactement le même sens ?—2. Changez cette phrase (a) en phrase négative, (6) en phrase interrogative affirmative (was there a man ?), et en phrase interrogative négative.

3. Pourquoi les verbes avait, possédait, cultivait (dans la première phrase du morcau I.) sont-ils à l'imparfait; et pourquoi mirent, chassèrent et occupèrent, sont-ils au prétérit? Expliquez la règle à ce sujet.

4. Quel est le singulier de voisins, et quel en est le féminin, au singulier comme au pluriel ? Quel est le singulier de mois et le pluriel de prix ? Quel est le féminin de maître, et le pluriel de l'un et de l'autre ? Quel est le féminin de envieux, et le pluriel de l'un et de l'autre ? Quel est le féminin de marchand et de 'acheteur' ?

5. Car je ne veux pas m'en défaire.”—Pourquoi m'en (me en) s'ont-ils placés avant le verbe défaire ? Dites la règle grammaticale sur ce point, et expliquez-vous sur les exceptions qu'elle peut subir. Donnez des exemples.

pour

[ocr errors]
« PreviousContinue »