Page images
PDF
EPUB

peu de

les

pour le comique & pour la mascarade, ce qui leur a servi de parure grave, & d'ornemens les plus serieux; & que

fi temsen fallela difference.

* N.. eft riche, elle mange bien, elle dort bien; mais les coëffures'changent, & lors qu'elle y pense le moins & qu'elle se croit heureuse, la sienne est hors de mode.

* Ipbis voit à l'Eglise un foulier d'une nouvelle mode, il regarde le fien, & en Fougit, il ne fe croit plus habillé; il étoit venu à la Messe pour s'y montrer, & il fe cache; le voilà retenu par le pied dans fa chambre tout le reste du jour: ila la main douce, & il l'entretient avec une pâte de fenteur: il a soin de rire pour montrer ses dents; il fait la petite bouche, & il n'y a gueres de momens où il ne veüille sourire

regarde ses jambes, il se voit au miroir, llas l'on ne peut être plus content de personne, te qu'il l’elt de luy-même: il s'est acquis une

S voix claire & délicate, & heureusement il parle gras: il a un mouvement de téte, & je ne fçay quel adoucissement dans les yeux, dont il n'oublie pas de s'embellir:ila une démarche molle & le plus joli maintien qu'il est capable de se procurer: il met du rouge, mais rarement, il n'en fait pas habitude: il est vray aussi qu'il porte des chausses & un chapeau, & qu'il n'any boucles d'oreilles ny colier de perles ; aussi ne l'ayje pas mis dans le chapitre des femmes.

* Ces

[ocr errors]

* Ces mêmes modes que les hommes suivent li volontiers pour leurs personnes, ils affectent de les negliger dans leurs portraits, comme s'ils sentoient ou qu'ils prévissent l'indecence & le ridicule où elles peuvent tomber dés qu'elles auront perdu ce qu'on appelle la fleur oul'agréement de la nouveauté; ils leur préferent une parure arbitraire, une drapperic indifferente, fantaisies du Peintre qui ne sont prises ny sur l'air, ny sur le visage, qui ne rappellent ny les moeurs ny la personne; ils aiment des attitudes forcées ou immodestes, une maniere dure, fauvage, étrangere, qui font un Capitan d'un jeune Abbbé, & un Ma. tamor d'un homme de robe; une Diane d'une femme de ville, comme d'une femme {imple & timide une Amazone ou une

Pal. las; une Laîs d'une honnête fille; un Scyte, un Attila d'un Prince quiest bon & magnanime.

Une mode a à peine détruit une autre mode, qu'elle est abolie par une plus nouvelle, qui cede elle-même à celle qui la suit, & qui ne sera pas la derniere; telle est nôtre legereté: pendant ces revolutions un Liecle s'est écoulé qui a mis toutes ces parures au rang des choses passées & qui ne sont plus; la mode alors

la plus curieuse & qui fait plus de plaisir à voir, c'est la plus ancienne; aidée du temps & des années, elle a le mê. me agréement dans les portraits qu'a la faye

[ocr errors]

ου

armes

ou l'habit Romain sur les theatres, qu'ont * Habits la mante*, le voile * & la tiare * dans nos des Orien- tapisseries & dans nos peintures.

Nos peres nous ont transmis avec la connoiffance de leurs personnes, celle de leurs habits, de leurs coëffures, de leurs

& des autres ornemens qu'ils Offenfi. ves & dé: ont aimez pendant leur vie: nous ne sçaufensivos. rions bien reconnoître certe forte de bien

fait, qu'en traitant de même nos descendàns.

* Le Courtisan autrefois avoit ses chepeux, étoit en chauffes & en pourpoint, portoit de larges canons, & il étoit liber. tin; cela ne fied plus: il porte une perruque, l'habit serré, le bas uni, & il est derot, tout se regle par la mode.

* Celuy qui depuis quelque temps à la Cour étoit devot, &

par

là contre toute raison peu éloigné du ridicule, pouvoit-ilesperer de devenir à la mode?

* Dequoy n'est point capable un Courtisan dans la vûë defà fortune, si pour pas manquer il devient devot?

* Les couleurs font préparées , & la toile est toute prête ; mais comment le fixer, cet homme inquiet, leger, inconftant , qui change de mille & mille figures: je le peins devot, & je crois l'avoir attrapé, mais il m'échape, & déja il ett libertin ; qu'il demeure du moins dans cette mauvaise situation, & je sçauray le

prendre

nela

*

prendre dans un point de déréglement de caur & d'esprit où il sera reconnoiffable; mais la mode presse, il est devot.

Celuy quia penetré la Cour, connoît ce que c'est que vertu, & ce que c'est que devotion *, il ne peut plus s'y tromper.

Faulle Negliger Vêpres comme une chose devotion. antique & hors de mode, garder sa place Dy soy-même pour le Salut, sçavoir les êtres de la Chapelle, connoître le flanc, sçavoir ou l'on est vû & oùľon n'est pas vû: réver dans l'Eglise à Dieu & à ses affaires, y re.cevoir des viGites, y donner des ordres & des commissions, y attendre les réponfes: avoir un Directeur mieux écouté que l'Evangile; tirer toute sa sainteté & tout fon relief de la reputation de son Di. recteur , dedaigner ceux dont le Directeur a moins de vogue , &.convenir à peine de leur salut; n' aimer de la parole de Dieu que ce qui s'en prêche chez soy ou par son Directeur, préferer sa Meffe aux autres Messes, & les Sacremens donnez de fa main à ceux qui ont moins de cette circonstance: ne fe repaître que de livres de spiritualité, comme s'il n'y avoit ny Evangiles ny Epîtres des Apôtres, ny Morales des Peres; lire ou parler un jargon inconnu aux premiers siecles : cir.constancier à confesse les défauts d'autruy, y pallier les fiens; s'accuser de ses souffrances, de fa patience: dire comme

un

• Faux derot

un peché son peu de progrés dans l'heroïsme: être en liaison secrette avec de certaines gens contre certains autres: n'e. stimer que soy & sa cabale, avoir pour suspecte la vertu même; goûter, favourer la prosperité & la faveur, n'en vouloir

que pour soy, ne point aider au mérite, faire servir la pieté à son ambition , aller à son falut par le chemin de la fortune & des dignitez; c'est du moins jusqu'à ce jour le plus bel effort de la devotion du temps.

Undevot * est celuy qui sous un Roy athée, seroit athée.

* Les devots * ne connoiffent de crimes que l'incontinence, parlons plus précisément, que le bruit ou les de. hors de l'incontinence: fi Pberecide palse pour être guéri des femmes , Pberenice pour être fidele à son mari , ce leur est assez: laissez-les jouer un jeu ruineux, faire perdre leurs créanciers, se réjour du malheur d'autruy & en profiter , idolatrer les grands, mépriser les petits, s'enyurer de leur propre mérite, fecher d'envie, mentir, médire', cabaler, nuire, c'est leur état ; voulez-vous qu'ils empietent sur celuy des gens de bien, qui avec les vices cachez fuyent encore l'orgueil

& l'injustice? Le Duc de * Quand un Courtisan sera humble, Bauvilliers guéri du faste & de l'ambition; qu'il n'e

tablira

ou

« PreviousContinue »