Page images
PDF
EPUB

* Il n'y a pour l'homme qu'un vray malheur, qui est de se trouver en faute, & d'avoir quelque chose à se reprocher.

* La plupart des hommes pour arriver à leurs fins sont plus capables d'un grand effort, que d'une longue perseverance : leur paresse ou leur inconstance leur fait perdre le fruit des meilleurs commencemens ; ils se laissent souvent devancer par d'autres qui sont partis aprés eux, & qui marchent lentement , mais conftam. ment.

* J'ose presque assurer que les hommes sçavent encore mieux prendre des mesures que les suivre, resoudre ce qu'il faut faire & ce qu'il faut dire, que de faire ou de dire ce qu'il faut: on se propose fermement dans une affaire qu'on negocie , de gaire une certaine chose, & ensuite ou par paffion, ou par une intemperance de langue, ou dans la chaleur de l'entretien, c'est La premiere qui échape.

* Les hommes agissent mollement dans les choses qui font de leur devoir, pendant qu'ils se font un mérite, ou plûtôt une va, nité de s'empresser pour celles qui leur sont étrangeres, & qui ne conviennent ny leur état, ny à leur caractere.

* La difference d'un homme qui se revêt d'un caractere étranger à lui-même, quand il rentre dans le sien, est celle d'un masque à un visage.

à

* Te

1

* Telepbe a de l'esprit, mais dix fois moins, de compte fait, qu'il ne presume d'en avoir : il est donc dans ce qu'il dit , dans ce qu'il fait, dans ce qu'il medite, & ce qu'il projette; dix fois au delà de ce qu'il a d'esprit, il n'est donc jamais dans ce qu'il a de force & d'étenduë; ce raisonnement est juste: il a comme une barriere qui le ferme, & qui devroit l'avertir de s'arrérer en decà; mais il passe outre, il fe jette hors de sa fphere; il trouve lujmême fonendroit foible ; & le montre par cet endroit ; il parle de ce qu'il ne sçait point, ou de ce qu'il fçait mal; il entreprend au dessus de fon pouvoir, il desire au delà de la portée; il s'egale à ce qu'il y a de meilleur en tout genre: il a du bon & du louable qu'il offufque par l'affectation du grand ou du merveilleux; on voit clairement ce qu'il n'est pas, & il faut deviner ce qu'il est en effet. C'est un bomme qui ne fe mesure point, qui ne fe connoit point: son caractere est de ne sçavoir pas fe renfermer dans celuy qui lui elt propre, & qui est le fien.

* L'homme du meilleur esprit eft iné. gal, il souffre des accroissemens & des diminutions, il entre en verve, mais il en fort: alors s'il est fage, il parle peu, il n'écrit point, il ne cherche point à imaginer ny à plaire. Chante-t-on avec un rhume? 'ne faut-il pas attendre que la voix revienne?

Le

Le fot eft Automate, il est machine, il : eft reffort, le poids l'emporte, le fait mou

voir, le fait tourner , & toûjours, & dans le même sens, & avec la même égalité ; il eft uniforme, il ne fe dément point, qui l'a vû une fois, la vû dans tous les inftans & dans toutes les periodes de fa vie; c'eft tout au plus le boeufqui mengle ou le merle qui Ghe, il est fixé & déterminé, par fa nature, & j'ofe dire par son espece : ce qui paroit le moins en lui, c'est lon ame, elle n'agitpoint, elle ne s'exerce point, elle ferepofe.

* Le sot ne meurt point; ou cela lui arrive selon nôtre maniere de parler, il est Vray de dire qu'il gagne à mourir, & que dans ce moment où les autres meurent, il commence à vivre: son ame alors pense; raisonne, infcre, conclut, juge, prévoit, fait précisement tout ce qu'elle ne faisoit point; elle se trouve dégagée d'une maffe de chair, où elle étoit comme ensevelie fans fonction, fans mouvement, sans aucun du moins qui fût digne d'elle : je dirois presque qu'elle rougit de son propre corps, & des organes brutes & imparfaits, ausquels elle s'est vûë attachée filong-temps, & dont elle n'a pû faire qu'un for ou qu'un fupide: elle va d'égal avec les grandes ames, avec celles qui font les bonnes tétes ou les hommes d'esprit. L'ame d’Alain ne se dérnele plus d'avec celles du grand

CON

CONDE', de Richelieu, de PASCALI de LINGENDES.

* La fausse délicatesse dans les actions libres, dans les moeurs ou dans la conduite n'est pas ainsi nommée, parce qu'elle eft feinte; mais parce qu'en effet elle s'exerce sur des choses & en des occasions qui

n'en méritent point. La fausse délicatesse de goût & de complexion n'est telle au contraire que parce qu'elle est feinte ou affeetée: c'est Emilie quicrie de toute la force für un petit peril qui ne lui fait pas de peur: c'est une autre qui par mignardise pâlit à la vûë d'une fouris, ou qui veut aimer les violettes, & s'évanoüir aux tubereuses.

* Qui oferoit se promettre de contenter les hommes ? Un Prince, quelque bon & quelque puissant qu'il fût, voudroit-il l'entreprendre? qu'ilsesfaye. Qu'il se fafse lui-même une affaire de leurs plaisirs, qu'il ouvre son Palais à fes Courtisans, qu'il les admette jusques dans son domeftique, que dans des lieux dont la vûë seule est un fpectacle, il leur fafle voir d'autres spectacles, qu'il leur donne le choix des jeux, des concerts & de tous les rafraichissemens, qu'il y ajoûte une chere splendide & une entiere 'liberté; qu'il entre avec eux en societé des mêmes amusemens, que le grand homme devienne aimable, & que le Heros soit humain & familer, il n'aura pas assez fait. Les hommes s'ennuyent

[ocr errors]

enfin des mêines choses qui les ont charmez dans leurs commencemens, ils deserteroient la table des Dieux, & le Nektar avec le tems leur devient insipide: ils n'hesitent pas de critiquer des choses qui sont parfaites; il y entre de la vanité & une mauvaise délicatesse; leur goût , si on les en croit, est encore au delà de toute l'affectation qu'on auroit à les satisfaire, & d'une depense toute roiale

que l'on feroit

pour y réüflır , il s'y méle de la malignité qui va jusques à vouloir affoiblir dans les autres la joye qu'ils auroient de les rendre contens. Ces mêmes gens pour l'ordinaire fi flatteurs & fi complaisans peuvent se démentir; quelquefois on ne les reconnoît plus, &ľon yoit l'homme jusques dans le Courtisan.

* L'affectation dans le geste, dans le parler; & dans les manieres elt souvent une fuite de l'oisiveté, ou de l'indifference; & il semble qu'un grand attachement ou de serieuses affaires jettent l'homme dans son naturel.

* Les hommes n'ont point de caractez res, ou s'ils en ont, c'est celui de n'en avoir aucun qui soit suivi, qui ne se démente point, & où ils soient reconnoiffa: blęs: ils fouffrent beaucoupà être toûjours les mêmes, à perseverer dans le desordre, & s'ils se délaffent quelquefois d'une vertu par une autre vertu, ils se dégoûtent plus

souvent

[merged small][merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »