Page images
PDF
EPUB

exactitude et une authenticité qui eût manqué à tout autre. On la dédaigna d'abord, comme ne pouvant tenir lieu de l'original , et ensuite on l'exigea ; mais alors j'avais des raisons pour la refuser. Je payai ces messieurs, et m'en vins de Flo. rence à Rome , où ayant trouvé, comme je l'espérais, d'autres manuscrits de Longus, je fis imprimer à mes frais le texte de cet auteur, avec les variantes de Rome et de Florence. Cette édition ne se vend point, je la donne à qui bon me semble; mais le fragment de Florence, imprimé séparément, se donne gratis à qui veut l'avoir.

Dans tout ceci, Monsieur, je n'invoquerai point votre témoignage, dont heureusement je puis me passer. Je vois votre prudence, j'entre dans tous vos ménagemens, et ne veux point vous commettre avec les puissances en vous contraignant à vous expliquer sur d'aussi grands intérêts. Si on vous en parle, haussez les épaules, levez les yeux au ciel , faites un soupir ou un sourire, et dites que le temps est au beau.

Mais avant d'aller plus loin, souffrez, Monsieur, que je me plaigne de la manière dont vous me faites connaitre au public. Vous m'annoncez comme auteur d'une traduction de Longus parfaitement inconnue, brochure anonyine dont il n'y a que très-peu d'exemplaires dans les mains de quelques amis; et, comme on ne me connait pas plus que ma traduction , vous apprenez à vos lecteurs que je suis un helléniste, fort habile, ditesvous. On ne pouvait plus mal rencontrer. Si je

suis habile, ce n'est pas dans cette occasion que j'en ai fait preuve. Ayant découvert cette bagatelle , qui complète un joli ouvrage mutilé depuis tant de siècles , vous voyez le parti que j'en ai su tirer. J'en fais cadeau au public, et je passe pour l'avoir non-seulement volée, mais anéantie. Vousmême, Monsieur, vous en déplorez la perte. Les journaux italiens me dénoncent comme destructeur d'un des plus beaux monumens de l'antiquilé; M. Furia en prend le deuil; sa cabale crie vengeance, et, tandis que ce supplément est , par mes soins et à mes frais, dans les mains de ceux qui peuvent le lire, on répand partout contre moi un libelle avec ce titre: Histoire de la découverte et de la perte subite d'un fragment de Longus. Voilà mon habileté. Où tout autre aurait trouvé du moins quelque honneur, j'en suis pour mon argent et ma réputation ; et je me tiendrai heureux s'il m'arrive pas pis. Croyez-moi , Monsieur : les habiles en littérature sont ceux qui, comme les jésuites de Pascal, ne lisent point, écrivent peu, et intriguent beaucoup.

Je ne suis point non plus helléniste , ou je ne me connais guère. Si j'entends bien ce mot, qui, je vous l'avoue, m'est nouveau, vous dites un helleniste, comme on dit un dentiste, un droguiste, un ébéniste; et, suivant cette analogie, un helléniste, serait un homme qui étale du grec, qui en vit, et qui en vend au public, aux libraires, au gouvernement. Il y a loin de là à ce que je fais. Vous n'i

gnorez pas, Monsieur, que je m'occupe de ces études uniquement par goût, ou pour mieux dire, par boutades, et quand je n'ai point d'autre fantaisie; que je n'y attache nulle importance, et n'en tire nul profit; que jamais on n'a vu mon nom en tête d'aucun livre; que je ne veux aucune des places où l'on parvient par ce moyen; et que, sans les hasards qui m'ont engagé à donner au public un texte de quelques pages , jamais on n'aurait eu cette preuve de mon habileté; qu'enfin même, après cela , si vous ne m'eussiez démasqué, contre toute bienséance et sans nulle nécessité, cette habileté qu'il vous plait de me supposer, ou ne m'eût point été attribuée, ou serait encore un secret entre quelques personnes capables d'en juger.

Qu'est-ce, s'il vous plait, Monsieur, qu'une notice d'un livre qui ne se vend point, qu'on donne à peu de personnes et que même on ne peut plus donner? et qu'importe à qui vous lit que ce livre soit bon ou mauvais, si on ne saurait l'avoir? Que vous vous défendiez du mal qu'on vous impute en nommant celui qui l'a fait, cela est tout simple; mais personne ne vous accusait d'avoir fait celle traduction. Je ne veux point trop vous pousser làdessus , ni paraitre plus fàché que je ne le suis en effet. Vous avez cru la chose de peu de conséquence, et pensé fort sagement qu'un tel ouvrage ne me pouvait faire ni grand honneur ni grand tort. Mais enfin vous eussiez pu vous dispenser de

me nommer, du moins comme traducteur, et en y pensant mieux , vous n'eussiez pas dit que j'étais ni habile, ni helléniste.

Vous n'êtes pas plus exact, en parlant de M. Furia. Sans autre explication, vous le désiguez seulement comme bibliothécaire, gardien d'un dépôt littéraire célèbre dans toute l'Europe. Y

pensez-vous, Mousieur ? Vous écrivez à Paris, vous parlez à des Français , qui, voyant dans ces emplois des

gens

d'un mérite reconnu , dont quelques-uns même sont Italiens *, ne manqueront pas de croire que le seigneur Furia est un homme considérable par son savoir et par sa place. Je comprends que cette erreur peut vous être indifférente, et qu'ayant apparemment plus de raisons de le ménager que de vous plaindre de lui, vous lui laissez volontiers la considération allachée à son titre dans le pays où vous êtes. Mais moi qu'il allaque, soutenu d'une cabale de pédans, il m'importe qu'on l'apprécie à sa juste valeur, et je ne puis souffrir non plus qu'on le confonde avec des gens dont l'érudition et le goût font honneur à l'Italie.

Si vous eussiez voulu, Monsieur, donner une juste idée des personnages peu connus dont vous aviez à parler, après avoir dil que j'étais ancien militaire, helléniste, puisque vous le voulez, fort habile, il fallait ajouter : M. Fu est un cuistre, ancien cordonnier comme son père , garde d'une biblio

* Visconti, Marini et d'autres.

thèque qu'il devrait encore balayer , qui fait aujourd'hui de mauvais livres n'ayant pu faire de bons souliers , helléniste fort peu habile, à huit cents francs d'appointemens ; copiant du grec pour ceux qui le paient; élève et successeur du seigneur Bandini , dont l'ignorance est célèbre. Et il ne fallait pas dire seulement, comme vous faites, que cet homme cherche des torts dans les accidens les plus simples, mais qu'il est intéressé à en trouver, parce qu'il est cuistre en colère, dont la rage et la vanité cruellement blessée servent d'instrument à des haines * qui n'osent éclater d'une autre manière. Ce sont là de ces choses sur lesquelles vous gardez un silence prudent. Fontenelle, dit quelque part Voltaire , était tout plein de ces ménagemens. Il n'eut voulu pour rien au monde dire seulement à l'oreille que F.... est un polisson. Voltaire cachait moins sa pensée. Mais il est plus sûr d'imiter Fontenelle. Malheureusement le choix n'est pas en mon pouvoir, et je suis obligé de tout dire.

Pour commencer par les raisons que peut avoir le seigneur Furia de n'être pas aussi désintéressé qu'on le croirait dans cette affaire, il faut savoir que la découverte du précieux fragment de Longus s'est faite dans un manuscrit sur lequel, lui Furia,

* Les Français alors delà les monts étaient détestés comme le sont maintenant les Allemands. Le gouvernement n'en savait rien el ne voulait en rien savoir. Ce passage et d'autres pareils ci-dessous firent en Italie une très-vive sensation, et déplurent à l'autorité, qui redoute surlout qu'on imprime ce que chacun pense.

« PreviousContinue »