Page images
PDF
EPUB

produire par an quinze cents livres tournois, et ne payant nul impôt. Beauregard gagne en domaines, mouvances, droits seigneuriaux, par la contre-révolution.

Si sa révérence, au contraire, était mal menée en Espagne, et pendue, ce qu'à Dieu ne plaise, Beauregard alors est et demeure maison , terre de vilain et à ce titre paie l'impôt; mais la petite culture continuant sous le régime de la révolution, par le partage des héritages et le progrès de l'industrie, nos trente arpens haussent en valeur, croissent en produits tous les ans, et quelque jour peuvent rapporter trois, quatre, cinq et six mille francs , que bon nombre de gens préfèrent à quinze cents livres lournois, tout en regrettant peut-être les droits et les mille arpens honorifiques de chasse au loup. En somme, il n'y a point de meilleur placement, plus profitable ni plus sûr, quoi qu'il puissé arriver; car enfin, si faut-il que le Trappiste batte ou soit battu. Dans les deux cas Beauregard est bon et le devient encore davantage.

Pour plus amples renseignemens, s'adresser à Paul-Louis, vigneron, demeurant près ladite maison, ou château , selon qu'il en ira de la conquête des Espagnes.

Au rédacteur de la GAZETTE DU VILLAGE.

Monsieur, Je suis.... malheureux; j'ai fâché monsieur le maire; il me faut vendre tout et quitter le pays. C'est fait de moi, monsieur, si je ne pars bientôt.

Un dimanche, l'an passé, après la Pentecôte, en ce temps-ci justement, il chassait aux cailles dans mon pré, l'herbe hau ic, prête à faucher et si belle!... C'était pitié. Moi , voyant ce ménage, monsieur , mon herbe confondue, perdue, je ne dis mot, et pourtant il m'en faisait grand mal; mais je me souvenais de Christophe, quand le maire lui prit sa fille unique, et au bout de huit jours la lui rendit gâtée. Je le sus voir alors : si j'étais de toi , Christophe, ma foi je me plaindrais, lui dis-je. Ah! me dit-il, n'est-ce pas monsieur le maire? Pot de fer et pot de terre.... Il avait grand raison; car il ne fait pas bon cosser avec telles gens, et j'en sais des nouvelles. Me souvenant de ce niot, je regardais et laissais monsieur le maire fouler, fourrager tout mon pré, comme eussent pu faire douze ou quinze sangliers, quand de fortune passent Pierre Houry d’Azai, Louis Bezard et sa femme, Jean Proust, la petite Bodin , allant à l'assemblée. Pierre s'arrête, rit, et en gaussant me dit : La voilà bonne ton herbe; vends-la-moi, Nicolas ; je t'en donne dix sous et tu me la faucheras. Moi, piqué, je réponds : Gageons que je vas lui dire !.... Quoi? Gageons que j'y vas. Bouteille, me dit-il, que tu n'y vas pas! Bouteille ? je lui tape dans la main. Bouteille chez Panvert, aux Portes de Fer. Va. Je pars tenant mon chapeau , j'aborde monsieur le maire. Monsieur, lui dis-je, monsieur, cela n'est pas bien à vous; non, cela n'est

pas bien. Je gagnai la bouteille ainsi ; je me perdis. Je fus ruiné dès l'heure.

Ce qui plus lui fàchait, c'était sa compagnie, ces deux messieurs et tous les passans regardant. M. le maire est gentilhomme par sa femme, née demoiselle. Voilà pourquoi il nous tutoie et rudoie, nous autres paysans, gens de «peu, bons amis pourtant de feu son père. Il semble toujours avoir peur qu'on ne le prenne pour un de nous. S'il était noble de son chef, nous le trouverions accostable. Les nobles d'origine sont moins fiers, nous accueillent au contraire, nous caressent, et ne haïssent guère qu'une sorte de gens , les vilains anoblis, enrichis, par venus.

Il ne répondit mot et poursuivit sa chasse. Le lendemain on m'assigne comme ayant outragé le maire dans ses fonctions; on me met en prison deux mois, monsieur, deux mois dans le temps des récoltes, au fort de nos travaux ! Hors de là, je pensais reprendre ma charrue. Il me fait un procès pour un fossé, disant que ce fossé, au lieu d'être sur mon terrain , était sur le chemin. Je per. dis encore un mois à suivre ce procès, que je gagnai vraiment, mais je payai les frais. Il m'a fait cinq procès pareils, dont j'ai perdu trois, gagné deux; mais je paie toujours les frais. Il s'en va temps, monsieur, il est grand temps que je parte.

Quand j'épousai Lise Baillet, il me joua d'un autre tour. Le jour convenu , à l'heure dite, nous

arrivons pour nous marier à la chambre de commune. Il s'avise alors que mes papiers n'étaient pas en règle, n'en ayant rien dit jusque-là, et cependant la noce prête , tout le voisinage paré,

trois veaux,

trente-six moutons tués....; il nous en coûta nos épargnes de plus de dix ans. Qu'y faire? il me fallut renvoyer les conviés et m'en aller à Nantes querir d'autres papiers. Ma fiancée, qui avait peur que je ne revinsse pas, étant déjà embarrassée , en pensa mourir de tristesse et de re. gret de sa noce perdue. Nous empruntâmes à grosse usure, afin de faire une autre noce quand je fus de retour, et cette fois il nous maria. Mais le soir.... écoutez ceci : nous dansions gaîment sur la place; car le curé ne l'avait pas encore défendu. M. le maire envoie ses gens et ses chevaux caracoler tout au travers de nos contredanses. Son valet, qui est Italien, disait, en nous foulant aux pieds : Gente codarda e vile, soffrirai questo e peggio. Il prétend, ce valet, que notre nation est lâche et capable de tout endurer désormais , que ces choses chez lui ne se font point. Ils ont, dit-il, dans son pays, deux remèdes contre l'insolence de messieurs les maires, l'un appelé stilettata, l'autre scopiettata. Ce sont leurs garanties, bien meilleures, selon lui, que notre conseil d'état. Où scopettade manque, stilettade s’emploie, au moyen de quoi là le peuple se fait respecter. Sans cela, dit-il, le pays ne serait pas tenable. Pour moi, je ne sais ce qui en est, mais semblable recette chez nous n'étant point d'usage, il ne me reste qu'un parti, de ven• dre ma besace et déloger sans bruit. Si je le rencontrais seulement, je serais un homme perdu. H me ferait remettre en prison comme ayant outragé le maire; il conte ce qu'il veut dans ses procès

de

verbaux. Les témoins au besoin ne lui manquent jamais; contre lui ne s'en trouve aucun. Déposer contre le maire en justice ! qui oserait ?

Si vous parlez de ceci, monsieur, dans votre estimable journal, ne me nommez pas, je vous prie. Quelque part que je sois, il peut toujours m'atteindre. Un mot au maire du lieu, et me voilà coffré. Ces messieurs entre eux ne se refusent

pas pareils services.

Je suis , monsieur, etc.

Nota. En faveur de nos abonnés, de la ville de Paris surtout, qui ne savent pas ce que c'est qu'un maire de village, nous publions cette lettre avec les précautions requises toutefois pour assurer l'incognito à notre bon correspondant. Tout Paris s'imagine qu'aux champs on vit heureux du lait de ses brebis, en les menant paitre sous la garde, non des chiens seulement, mais des lois. Par malheur, il n'y a de lois qu'à Paris. Il vaut mieux être là ennemi déclaré des ministres, des grands, qu'ici ne pas plaire à M. le maire.

« PreviousContinue »