Page images
PDF
EPUB

point hors du peuple, hors de l'état, hors de la loi; tous abus établis chez nous dans les temps de la plus stupide barbarie, de la plus crédule ignorance , difficiles à maintenir, aujourd'hui que le monde raisonne, que chacun sait compter ses. doigts.

celui de Pezaien a soixante-huit, qui ne l'ont pas empêché, dernièrement encore, de prendre dans les boues une fille mendiante et tombant du hautinal. Il en fit sa maîtresse: autre affaire étouffée par le crédit des oints; car le père se plaignit, voyant sa fille grosse; mais l'église intervint. Celui qui ne peut à cet âge s'abstenir d'un objet horrible et dégoûtant, que pensez-vous qu'il ait fait à vingt ou vingt-cinq ans, gouverneur d'innocentes et belles créatures? Si vous avez une fille, envoyez-la , monsieur, au soldat, au hussard qui pourra l'épouser, plutôt qu'à l'homme qui a fait væu de chasteté, plutôt qu'à ces séminaristes. Combien d'affaires à étouffer, si tout ce qui se passe en secret avait des suites évidentes , ou s'il y avait beaucoup de maires comme celui de SaintQuentin ! Que d'horreurs laissent entrevoir ces faits qui transpirent malgré la connivence des magistrats, les mesures prises pour arrêter toute publicité, le silence imposé sur de telles matières ! et, sans même parler des crimes, quelles sources d'impuretés, de désordres, de corruption, que ces deux inventions du pape , le célibat des prêtres et la confession nommée auriculaire! Que de mal elles font! que de bien elles empêchent ! Il le faut voir et admirer là où la famille du prêtre est le modèle de toutes les autres; où le pasteur n'enseigne rien qu'il ne puisse montrer en lui, et, parlant aux pères, aux époux, donne l'exemple avec le précepte. Là les femmes n'ont point l'impudence de dire à un homme leurs péchés ; le clergé n'est

point hors du peuple, hors de l'état, hors de la loi; tous abus établis chez nous dans les temps de la plus stupide barbarie, de la plus crédule ignorance , difficiles à maintenir, aujourd'hui que le monde raisonne, que chacun sait compter ses. doigts.

GAZETTE

DU VILLAGE,

(1823.)

2

Ce journal n'est ni littéraire , ni scientifique, mais rustique. A ce titre il doil intéresser tous ceux que la terre fait vivre, ceux qui mangent du pain, soit avec un peu d'ail, soil avec d'autres mets moins simples. Les rédacteurs sont gens connus demeurant la plupart entre le pont Clouet et le chêne fendu, laboureurs, vignerons, bûcherons, scieurs de long et botteleurs de foin , dont les opinions, les principes, n'ont jainais varié, incapables de feindre ou d'avoir d'autres vues que leur propre intérêt, qui, comme chacun sait, est celui de l'état; tranquilles sur le reste, et croyant qu'eux repus, tout le monde a diné. Paul Louis, quelque peu clerc, écoute leurs récits, recueille leurs propos, sentences, dits notables , qu'il couche par écrit, et en fait ces articles, sans y mettre du sien, sans y rien sous-entendre. Il ne faut point chercher ici tant de finesse. Nous nommons par

leur nom les choses et les gens. Quand nous disons un chou, des citrouilles, un concombre, ce n'est point de la cour ni des grands que nous parlons. Si gros

Pierre bat sa femme, nous n'irons pas écrire: Le bruit courait hier que M. de G... P...; ou dans certains salons on se dit à l'oreille... Nous contons bonnement comme on conte chez nous, et plaignons l'embarras de nos pauvres confrères , ayant à satisfaire à la fois les lecteurs qui demandent du vrai, et le gouvernement qui prétend que nulle vérité n'est bonne à dire.

M. le maire a entendu la messe dans sa tribune. Après le service divin, M. le maire a travaillé dans son cabinet avec M. le brigadier de la gendarmerie ; en suite de quoi ces messieurs ont expédié leur messager, dit le Bossu , avec un paquet pour M. le préfet en main propre. Nous savons cela de bonne part , et que le porteur doit revenir avec la réponse ou le reçu; même on l'a vu passer près de la Ville-aux-Dames, où il a bu un coup. Quant au contenu de la dépêche, rien n'a transpiré. On soupçonne qu'il s'agit de quelques mauvais sujets qui veulent danser le dimanche et travailler le jour de Saint-Gilles.

Madame, femme de M. le maire , est accouchée d'un gentilhomme, au son des cloches de la paroisse.

- Les rossignols chantent, et l'hirondelle arrive. Voilà la nouvelle des champs. Après un rude hi. ver et trois mois de fâcheux temps, pendant lesquels on n'a pu faire charrois ni labours, l'année s'ouvre enfin, les travaux reprennent leur cours.

-Charles Avenet est en prison pour avoir parlé aux soldats. Revenant hier de Sainte-Maure, il

« PreviousContinue »