Page images
PDF
EPUB

pu

sa

frayer, nourrir et transporter à mes dépens les électeurs; mais on voulait qu'au moins je parusse à Chinon. Un bomme de grand sens *, qui s'est rendu célèbre en enseignant et pratiquant la philosophie, a dit à ce sujet qu'il ne donnerait sa voix, s'il était électeur, qu'à quelqu'un qui la demanderait , à un candidat déclaré : je n'ai voir ses raisons. Il en a sans doute, et de forl bonnes. Quant à moi, le raisonnement n'est pas ce qui me guide en cela ; c'est une répugnance invincible à postuler , solliciter : j'ai pasur moi des exemples à défaut de raisons. Montaigne et Bodin furent tous deux députés aux états de Blois sans l'avoir demandé. Pareille chose est arrivée de nos jours, en Angleterre, à Samuel Romilly, et je pense aussi à Shéridan. Voilà de graves autorités. Vous me citerez Calon, qui demanda le consulat; ce n'est pas ce qu'il a fait de mieux; on lui préféra Vatinius, le plus grand maraud de ce temps-là. Mon désappointement, si j'eusse brigué, comme Caton, serait moins fâcheux que le sien. M. le mar. quis d'Effiat est un honnête homme, et mème je crois ses scrutateurs de fort honnêtes gens aussi.

D'ailleurs je suis élu dans le sens de Benjamin, je suis vraiment élu , comme vous allez voir ; car aux cent soixante voix que m'accorde le bureau de M. le marquis d'Esfiat , si vous ajoutez celles des électeurs absens

par
différentes causes,

qui tous étaient miens sans nul doule, et puis les voix

* Le professeur Cousin.

ler. Je ne fus concurrent de personne à Chinon, n'ayant nnlle part concouru , que je sache, avec qui que ce soit; je n'ai demandé ni souhaité d'être député, non que je ne tinsse à grand honneur d'être vraiment élu, comme dit Benjamin-Constant; mais diverses raisons me le faisaient plutôt craindre que désirer : les périls de la tribune , l'appréhension fondée de mal remplir l'attente de ceux qui me croyaient capable de quelque chose pour le bien général , plus que tout, l'embarras d'être d'une assemblée où je n'aurais pu me taire en beaucoup d'occasions sans trahir mon mandat, ni parler sans risquer d'outrepasser la mesure de ce qui s'y peut dire : Vius m'entendez assez. Pour M. le marquis, de tels inconvéniens n'étaient point à redouler. Il sera dispensé de parler , et peut opiner du bonnet, chose qui ne m'eût pas

été

permise. Il n'aura qu'à recueillir les fruits de sa nomination; c'est pour lui une bonne affaire; aussi s'en était-il occupé de longue main avec l'altention et le soin que méritait la chose. Il a heureusement réussi ; aidé de toute la puissance du gouvernement, de son pouvoir comme maire du lieu , de son influence comme président, de sa fortune considérable; tandis que moi, son concurrent, pour user de ce mot avec vous, moi, laboureur, je n'ai bougé de ma charrue.

Quelques personnes, dont l'estime ne m'est nullement indifférente, m'ont blâme de cette tranquillité. On n'exigeait pas de moi de tenir table ouverte comme un riche marquis, de loger, dé.

pų sa

frayer, nourrir et transporter à mes dépens les électeurs; mais on voulait qu'au moins je parusse à Chinon. Un bomme de grand sens *, qui s'est rendu célèbre en enseignant et pratiquant la philosophie, a dit à ce sujet qu'il ne donnerait sa voix, s'il était électeur, qu'à quelqu'un qui la de. manderait, à un candidat déclaré : je n'ai voir ses raisons. Il en a sans doute, et de for! bonnes. Quant à moi, le raisonnement n'est pas ce qui me guide en cela; c'est une répugnance invincible à postuler, solliciter : j'ai pour moi des exemples à défaut de raisons. Montaigne et Bodin Surent tous deux députés aux états de Blois sans l'avoir demandé. Pareille chose est arrivée de nos jours, en Angleterre, à Samuel Romilly, et je pense aussi à Shéridan. Voilà de graves autorités. Vous me citerez Caton, qui demanda le consulat ; ce n'est pas ce qu'il a fait de mieux; on lui préféra Vatinius, le plus grand maraud de ce temps-là. Mon désappointement, si j'eusse brigué, comme Caton, serait moins fâcheux que le sien. M. le marquis d'Effiat est un honnête homme, et mème je crois ses scrutateurs de fort honnêtes gens aussi.

D'ailleurs je suis élu dans le sens de Benjamin, je suis vraiment élu , comine vous allez voir ; car aux cent soixante voix que m'accorde le bureau de M. le marquis d' iat, si vous ajoutez celles des électeurs absens

par
différentes causes ,

qui tous étaient miens sans nul doule, et puis les voix

* Le professeur Cousin.

les yeux

de ceux des électeurs présens qui n'oserent, sous

de M. le marquis, écrire un autre nom que le sien, de ceux qui, ne sachant pas lire..., de ceux encore..., mais que sert? Voilà déjà bien plus que la majorité: Je puis donc dire que je suis l'élu du département, et que M. le marquis est l'élu des ministres. Cela vaut mieux pour luj, je crois; l'autre me convient davantage. Que si, sortant un peu de la salle électorale , nous prenions les votes de ceux qui paient moins de cent écus , ou n'ont pas trente ans d'âge, parmi ceux-là, Mónsieur, j'aurais beaucoup de voix. En effet, les amis de M. le marquis se trouvaient là tous dans cette salle, où pas un d'eux ne manqua de se rendre; gens dont la grande affaire , l'unique affaire était l'élection du marquis. Au lieu que mes amis, à moi, dispersés, occupés ailleurs, dans les champs, dans les ateliers, partout où se faisait quelque chose d'utile, n'étaient qu'en petite partie; la millième partie ne se trouvait pas la présente. J'ai pour amis tous ceux qui ne mangent pas du bud: get, et qui, comme moi, vivent de travail. Le nombre en est grand dans ce pays, et augmente tous les jours. En un mot, s'il faut vous le dire, mes amis ici sont dans le peuple; le peuple m'aimé, et savez-vous, Monsieur , cé que vaut cette amitié ? Il n'y en a point de plus glorieuse ; c'est de cela qu'on flatte. les rois. Je n'ai garde, avec cela, d'envier au marquis la faveur des ministres, et ses deux cent vingt voix, pour lesquelles je ne don

nerais pas, je vous assuré, mes cent soixante, non quêtées, non sollicitées.

J'ai l'honneur d'être, etc.

Vérctz , le 18 mai.

COURRIER FRANÇAIS.

ier février 1823:

(Le public entendit mal cette lettre : on y chercha des allusions qui n'y étaient pas. Ce fut la faute de l'auteur ; le public ne peut avoir lort. Il s'agit d'un fait véritable, le procès de Paul-Louis Courier contre certains chasseurs anglais. Celte affaire fut arrangée par l'entremise de quelques amis.)

Au rédacteur du Courrier-Français.

MONSIEUR,

Apparemment vous savez ,

comme tout le monde, mon procès avec cet Anglais qui est venu chasser dans mes bois. Vous serez bien aise d'apprendre que nous nous sommes accommodés; la chose fait grand bruit. On ne parle que de cela depuis le Chêne-Fendu jusqu'à Saint-Avertin; et, comme il arrive toujours dans les affaires d'importance, on parle diversement. Les uns disent que j'ai bien fait d'entendre à un arrangement; que la paix vaut mieux que la

guerre; que

l'Angleterre est å ménager dans les circonstances présenles; qu'on ne sait ce qui peut arriver. Mais l'autres soutiennent que j'ai eu tort d'épargner

« PreviousContinue »