Page images
PDF
EPUB

A SON EXCELLENCE

MONSEIGNEUR LE MINISTRE.

MONSEIGNBUB,

Les persécutions que j'éprouve, dans le dépars tement d'Indre-et-Loire, seraient longues à raconter. En voilà les principaux traits.

Le 12 décembre dernier, on coupa et 'enleva , dans ma forêt de Larçai, quatre gros chênes baliveaux de quatre-vingts ans. Mon garde fit sa plainte légale, et requit le maire de Vérętz de permettre, suivant la loi, la recherche des bois volés. On savait où ils élaient. Le maire s'y refusa malgré la lecture qu'on lui fit de la loi qui l'oblige, sous peine de destirution , d'accompagner lui

même le garde dans cette recherche. Tout est constaté par des procès-verbaux.

Quelque temps après, les mêmes gens coupèrent dans la même forêt, dix-neuf chênes, les plus gros et les plus beaux de tous. Procès-verbal fut fait , plainte portée au maire et au procureur du roi , qui, menaça de sa surveillance , non les voleurs, mais le garde et moi.

Dernièrement, on a encore coupé, dans la même forêt, un seul gros baliveau de soixante-et-quinze ans. On a tenté de mettre le feu en différens endroits. Les auteurs de ces délits sont connus, et non-seulement nulle poursuite n'a été faite contre eux, mais on s'oppose constamment à la recherche légale des bois enlevés.

Le nommé Blondeau, l'un de mes gardes, est chargé par moi, celte année, de différentes exploi. tations que je fais faire par nettoiement. On l'a Jaissé abattre et façonner tous le bois, mais au moment de la vente, on le fait condamner, sous les plus absurdes prétextes , à un mois de prison, sans grâce ni délai. Le voilà ruiné totalement, et moi, en partie. On l'accuse, dans le procès-verbal fait contre lui, en apparence, mais réellement contre moi, d'avoir dit à M. le maire, dont il a une peur. mortelle: Allez vous faire f..... C'est là le crime qu'on Jui suppose, et pour lequel on va détruire toute l'existence et la fortune d'un père de famille de soixante ans , qui a toujours vécu sans reproche.

Je ne vous parle point, Monseigneur, des procès risibles qu'on me fait, dans lesquels je succombo toujours. Chaque fois que je suis volé, je paie des dommages et intérêts. Si on me baltait, je paierais l'amende. On me menace maintenant de me brûler. Si cela arrive, je serai condamné à la peine des incendiaires.

Ce n'est pas qu'on mo haisse dans le pays. Je vis scul șt n'ai de rapports ni de démêlés avec pler's sonne. Tout cela se fait pour faire plaisir à M. le

maire et à MM. les juges, à M. le procureur du roi et à M. le préfet, gens queje n'ai jamais vus et dont j'ignore les noms.

Enfin il est notoire, dans le département, qu'on peut me voler, me courir sus, et chaque jour on usc de cette permission. Je suis hors de la loi pour avoir défendu avec succès des gens qu'on voulait faire périr, il y a deux ou trois ans. Voilà , disent quelques-uns, le vrai motif du mal qu'on me fait à présent.

Jesupplie votre Excellence d'ordonner que tous ceux qui me pillent ou m'ont pillé soient égale. inent poursuivis , et qu'on me laisse en repos à l'avenir. C'est malgré moi que j'ai recours à l'autorité quand les lois devraient me protéger. Mais la chose presse, et je crains que mes bois ne soient bientôt brûlés. Je suis avec respect, Monseigneur,

De votre Excellence, Le très-humble et très-obéissant serviteur.

Paris , le 30 mars 1817.

[ocr errors]

DIT BLONDEAU,

A MESSIEURS LES JUGES

DE POLICE CORRECTIONNELLE

A BLOIS.

(1822.)

MESSIEURS,

J'ai fait de grandes fautes ; mais j'en suis trop puni déjà .par lout ce que j'ai souffert, et si vous regardez ma conduite, vous verrez qu'il y a en moi , pauvre et simple hoinme de village, plus de bêtise que de méchanceté.

Ma première faule fuld'entrer au service de M.de Beaune, le maire de notre commune. Je le con. naissais. M. de Beaune est un jeune homme vif, emporté, violent dans ses vengeances. Je savais cela; j'aurais dû fuir M. de Beaune et prévoir ce qui m'arrive; mais quoi? il fallait vivre; je n'avais point d'autre ressource, et il n'était pas maire encore ; il ne faisait point de procès-verbaux; en

« PreviousContinue »