L'hermite de la Guiane, ou Observations sur les moeurs et les usages français au commencement du XIXe siècle, Volume 1

Front Cover
Pillet aîné, 1817 - Electronic books
0 Reviews
Reviews aren't verified, but Google checks for and removes fake content when it's identified
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 284 - De ta tige détachée, Pauvre feuille desséchée, Où vas-tu ? — Je n'en sais rien. L'orage a brisé le chêne Qui seul était mon soutien. De son inconstante haleine, Le zéphyr ou l'aquilon Depuis ce jour me promène De la forêt à la plaine, De la montagne au vallon.
Page 284 - L'orage a brisé le chêne Qui seul était mon soutien ; De son inconstante haleine Le zéphyr ou l'aquilon Depuis ce jour me promène De la forêt à la plaine, De la montagne au vallon . Je vais où le vent me mène; Sans me plaindre ou m'effrayer ; Je vais où va toute chose, Où va la feuille de rose, Et la feuille de laurier.
Page 298 - Schiller et les rapsodics de Kotzebuë. Notre supériorité à cet égard est incontestable ; cette partie de notre gloire nationale n'a reçu aucun échec : nous avons , par cela même , d'autant plus d'intérêt à la conserver. C'est dans cette vue , et dans ses différens rapports avec l'état actuel de la société, que j'examine aujourd'hui l'institution théâtrale , où je vois trois objets bien distincts : le théâtre ( pris dans son acception la plus étendue ) , les acteurs et les spectateurs....
Page 41 - Emilie , lui dit-elle, dites-nous ce que c'est que les Hamadryades ? — Maman , répondit la petite , tu aurais dû m'interroger d'abord sur les Dryades , dont les premières ne sont qu'un dérivé.
Page 168 - FIGARO, vivement. Moi, j'entre ici, où, par la force de mon art, je vais, d'un seul coup de baguette, endormir la vigilance, éveiller l'amour, égarer la jalousie, fourvoyer l'intrigue, et renverser tous les obstacles.
Page 335 - AMOUR. — Substantif des deux genres : échange de deux fantaisies ; privilége pour toutes les folies que l'on peut faire , pour toutes les sottises que l'on peut dire. On a de l'amour pour les fleurs , pour les oiseaux , pour la danse , pour son amant , quelquefois même pour son mari ; jadis on languissait , on brûlait , on mourait d'amour ; aujourd'hui on en parle , on en jase, on le fait , et le plus souvent on l'achète.
Page 331 - Pour changer de direction en marchant , changer l'épaule, la tourner ou à droite ou à gauche. En marchant , les gens qui pensent au passé regardent à terre ; les gens qui pensent à l'avenir regardent au ciel; les gens qui pensent au présent regardent devant eux; les gens qui ne pensent à rien regardent de côté et d'autre. Une démarche rapide n'est presque jamais noble; elle l'est moins que jamais dans l'abattement et la douleur.
Page 97 - Ce que les vrais Parisiens redoutent le plus au monde , après la famine , ce sont les voyages : le pays étranger commence pour eux à quelques toises au-delà des barrières...
Page 151 - Mais est-il rien de plus estimable au monde qu'un médecin qui, ayant dans sa jeunesse étudié la nature, connu les ressorts du corps humain, les maux qui le tourmentent, les remèdes qui peuvent le soulager, exerce son art en s'en défiant, soigne également les pauvres et les riches, ne reçoit d'honoraires qu'à regret, et emploie ces honoraires à secourir l'indigent?
Page 297 - L'entretien de Paris, le souhait des provinces, Le divertissement le plus doux de nos princes, Les délices du peuple, et le plaisir des grands...

Bibliographic information