Petit carême de Massillon, évêque de Clermont

Front Cover
Pierre Didot, 1803 - Lent - 248 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 73 - Ce n'est donc pas le souverain , c'est la loi , Sire , qui doit régner sur les peuples. Vous n'en êtes que le ministre et le premier dépositaire. C'est elle qui doit régler l'usage de l'autorité; et c'est par elle que l'autorité n'est plus un joug pour les sujets , mais une...
Page 61 - ... s'use point; plus on le goûte, plus on se rend digne de le goûter : on s'accoutume à sa prospérité propre, et on y devient insensible; mais on sent toujours la joie d'être l'auteur de la prospérité d'autrui : chaque bienfait porte avec lui ce tribut doux et secret dans notre âme : le long usage, qui endurcit le cœur à tous les plaisirs, le rend ici tous les jours plus sensible.
Page 16 - La crainte du public est un autre frein pour la licence du commun des hommes. Quelque corrompues que soient nos mœurs, le vice n'a pas encore perdu parmi nous toute sa honte : il reste encore une sorte de pudeur publique qui nous force à le...
Page 25 - ... plus glorieux d'être le destructeur de ses voisins que le père de son peuple; si le deuil et la désolation de ses sujets est le seul chant de joie qui accompagne ses victoires ; s'il fait servir à lui seul une puissance qui ne lui est donnée que pour rendre heureux ceux qu'il gouverne ; en un mot, s'il n'est...
Page 30 - Aujourd'hui c'est un mérite qui donne accès auprès des grands ; qui relève , pour ainsi dire , la bassesse du nom et de la naissance ; qui donne...
Page 95 - Sire, un grand, un prince n'est pas né pour lui seul; il se doit à ses sujets. Les peuples , en l'élevant, lui ont confié la puissance et l'autorité, et se sont réservé en échange ses soins, son temps , sa vigilance. Ce n'est pas une idole qu'ils ont voulu se faire pour l'adorer, c'est un surveillant qu'ils ont mis à leur tête pour les protéger et pour les défendre : ce n'est pas...
Page 25 - ... à soi, et ne penser que d'après les autres; bassesse de dérèglement, devenir les complices et peut-être les ministres des passions de ceux de qui nous dépendons , et entrer en part de leurs désordres pour participer plus sûrement à leurs grâces; enfin...
Page 55 - ... de la sagesse éternelle. Tout ce qu'il ya de réel dans leur grandeur, c'est l'usage qu'ils en doivent faire pour ceux qui souffrent; c'est le seul trait de distinction que Dieu ait mis en...
Page 95 - Ce n'est pas une idole qu'ils ont voulu se faire pour l'adorer, c'est un surveillant qu'ils ont mis à leur tête pour les protéger et pour les défendre : ce n'est pas de ces divinités inutiles qui ont des yeux et ne voient point, une langue et ne parlent point, des mains et n'agissent point; ce sont de ces dieux qui les précèdent . comme parle l'Écriture, pour les conduire et les défendre.
Page 61 - ... l'opprimé : ils sont comme le canal de communication , et le lien des peuples avec le souverain, puisque le souverain n'est lui-même que le père et le pasteur des peuples. Ainsi ce sont les peuples tout seuls qui donnent aux grands le droit qu'ils ont d'approcher du trône , et c'est pour les peuples tout seuls que le trône lui-même est élevé. En un mot , et les grands et le prince ne sont , pour ainsi dire, que les hommes du peuple.

Bibliographic information