La diplomatie Vénitienne: les princes de l'Europe au XVIe siècle : Fran ̧cois Ier--Philippe II, Catherine de Médicis, les papes, les sultans, etc. etc. d'après les rapports des ambassadeurs Vénitiens

Front Cover
H. Plon, 1862 - Diplomacy - 616 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 337 - Naples au dessus de ses affaires. Mon allée fut d'Ast, pour les remercier des bonnes responses qu'ils avoient faites à deux ambassadeurs du roy, et pour les entretenir en son amour, s'il m'estoit possible; car voyant leurs forces, leur sens et leur conduite, ils le pouvoient aisément troubler, et nuls autres en Italie. Le duc de Milan...
Page 593 - Catherine de Médicis, 15891606. Documents publiés pour la première fois, d'après les archives de Chenonceau, avec une introduction, par M. l'abbé G. CHEVALIER. 1 vol. m-8e de ixn-136 pages, Paris, Techener, 1862. Grâce aux recherches historiques, dont le goût (il faut bien l'avouer) se...
Page 81 - ... manuscrits de la bibliothèque royale; quelques-uns ont poussé leurs recherches jusque dans les bibliothèques et archives des départements. Partout il a été prouvé dès les premiers essais, en fouillant au hasard, que de grandes richesses étaient restées enfouies. Les efforts ont redoublé, et l'on n'a pas tardé à obtenir des découvertes aussi importantes qu'inattendues, de véritables révélations qui éclairent d'un jour nouveau tels ou tels événements, tels ou tels siècles de...
Page 231 - Il a le front large, les yeux bleus et d'une expression énergique, le nez aquilin et nn peu de travers, la mâchoire inférieure longue et large, ce qui l'empêche de joindre les dents et fait qu'on n'entend pas bien la fin de ses paroles. Ses dents de devant sont peu nombreuses et cariées; son teint est beau, sa barbe est courte, hérissée et blanche.
Page 545 - Pape défunt, c'est-à-dire que le plus-tôt possible, Sa Sainteté verrait les vengeances qu'elle et le roi exerceraient contre ceux de la religion. Ce n'était point, à son dire, pour une autre cause qu'elle avait désiré avec tant d'ardeur le mariage de sa fille avec Navarre, se souciant peu du mariage de Portugal non plus que des autres grands partis qui lui étaient offerts, car elle voulait faire les noces à Paris, avec l'intervention de l'amiral et des autres chefs ; elle avait...
Page 317 - France ont accoustumé de seoir en jugement. Là sont les seigneurs des requestes qui ont cognoissance des causes des officiers du Roy. Là est la chambre des seigneurs des comptes , des trésoriers , des receveurs , du concierge et d'autres officiers. Là est l'audience. Et devant le palais demeure ung pottier d'estain , bon ouvrier de merveilleux vaisseaux d'estain , et tenoit des rossignols qui chantoient en y ver.
Page 411 - Il aime beaucoup la recherche dans son. habillement, qui est galonné et chamarré, riche en pierreries et en ornements précieux: les pourpoints mêmes sont bien travaillés et tissés en or; ses chemises sont des plus belles, et il en montre la broderie à l'ouverture du pourpoint, toutes choses à l'usage de France, et dont l'ensemble contribue à l'exquisité de Ia vie et au bien de la santé'.
Page 412 - Il ne prend aucune décision, il ne fait aucune réponse, qu'il n'ait écouté leur conseil : en toute chose il s'en tient à leur avis; et si jamais (ce qui est fort rare), on donne une réponse à quelque ambassadeur, ou si l'on fait une concession qui ne soit pas approuvée par ces deux conseillers, il la révoque ou la modifie. Mais pour ce qui est des grandes affaires de...
Page 81 - Depuis quinze ans environ l'étude des sources historiques a repris une activité nouvelle. Des hommes d'un esprit clairvoyant, d'une science rare, d'une constance laborieuse, ont pénétré, les uns dans le vaste dépôt des archives du royaume, les autres dans les collections de manuscrits de la bibliothèque royale; quelques-uns ont poussé leurs recherches jusque dans les bibliothèques et archives des départements. Partout il a été prouvé dès les premiers essais, en fouillant au hasard,...
Page 230 - Bologne, il est rarement sorti de son palais, si ce n'est que pour assister à la messe en quelque église. Il est religieux plus que jamais. Il parle et discourt beaucoup plus qu'il ne le faisait en Espagne. Il m'est arrivé de négocier avec lui pendant deux heures de suite, ce qu'en Espagne il ne faisait pas. Il n'est plus aussi absolu dans ses opinions que sa nature le portait à l'être. Un jour qu'il causait familièrement avec moi, il me dit qu'il était naturellement entêté. Je voulus l'excuser...

Bibliographic information