Élémens d'Idéologie, Grammaire, Logique: Traitéde la volonté, Volumes 4-5

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 69 - ... souvent discouru sur le sujet qui nous occupe, d'une manière fort inutile et fort vague. On a instruit solennellement le procès de la propriété, et apporté les raisons pour et contre, comme s'il dépendait de nous de faire qu'il y eût ou qu'il n'y eût pas de propriété dans ce monde ; maïs c'esl-là méconnaître tout-à-fait notre nature.
Page 12 - Que nous ne connaissons rien que relativement à nous et à nos moyens de recevoir des perceptions ; 4° Que ces perceptions sont tout pour nous, que nous ne connaissons jamais rien que nos perceptions , qu'elles sont les seules choses vraiment réelles pour nous, et que la réalité que nous reconnaissons dans les êtres qui nous les causent, n'est que secondaire, et ne consiste que dans le pouvoir permanent de faire toujours les mêmes impressions dans les mêmes circonstances, soit à. nous, soit...
Page 68 - Il fallait bien qu'il y eût ainsi une propriété naturelle et nécessaire, puisqu'il en existe d'artificielles et conventionnelles ; car il ne peut jamais y avoir rien dans l'art qui n'ait pas son principe radical dans la nature; nous en avons déjà fait l'observation ailleurs (i).
Page 432 - ... situation est l'augmentation perpétuelle des tributs; et, ce qui prévient tous les remèdes à venir, on ne compte plus sur les revenus, mais on fait la guerre avec son capital. Il n'est pas inouï de voir des états hypothéquer leurs fonds pendant la paix même, et employer pour se ruiner des moyens qu'ils appellent extraordinaires, et qui le sont si fort, que le fils de famille le plus dérangé les imagine à peine.
Page 181 - Un gros bénéficier qui vient de louer sa ferme exorbitammen t cher, se croit un homme très-habile , et qui plus est très-utile ; il n'a pas le moindre doute sur sa scrupuleuse probité, et il ne s'aperçoit pas qu'il est exactement la même chose que l'usurier le plus âpre qu'il condamne sans hésitation et sans pitié. Peut-être même son fermier, qu'il ruine , ne voit pas cette parfaite similitude, tant les hommes sont dupes des mots.
Page 280 - I , que rien ne peut accroître la population, que ce qui favorise la production ; et que rien ne peut la diminuer, au moins d'une manière permanente, que ce qui attaque les sources de la production : et observez que M.
Page 519 - C'est l'amitié embellie par le plaisir; c'est la perfection de l'amitié. C'est le sentiment par excellence auquel concourt toute notre organisation , qui emploie toutes nos facultés, qui satisfait tous nos désirs, qui réunit tous nos plaisirs; c'est le chef-d'œuvre de notre être.
Page 380 - ... et des vexations de la part des agens du fisc, et oblige à faire dans les actes des réticences ou même à y mettre des clauses et des évaluations illusoires qui ouvrent la porte à beaucoup d'iniquités, et deviennent la source d'une foule de contestations et de malheurs. A...
Page 256 - Aucun des objets extérieurs qui nous environnent ne peut nous donner cette image, car ils ne peuvent nous donner l'image que de ce qu'ils sont, et ils ne sont rien que de borné et d'imparfait. Où la...
Page 70 - ... notre nature. Il semble, à entendre certains philosophes et certains législateurs, qu'à un instant précis, on a imaginé, spontanément et sans cause, de dire tien et mien, et que l'on aurait même pu et même dû s'en dispenser. Mais le tien et le mien n'ont jamais été...

Bibliographic information