Oeuvres de Plutarque: Oeuvres morales

Front Cover
Janet ey Cotelle, 1819
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 300 - Un prince qui aime la religion et qui la craint est un lion qui cède à la main qui le flatte ou à la voix qui l'apaise; celui qui craint la religion et qui la hait est comme les bêtes sauvages qui mordent la chaîne qui les empêche de se jeter sur ceux qui passent; celui qui n'a point du tout de religion est cet animal terrible qui ne sent sa liberté que lorsqu'il déchire et qu'il dévore.
Page 79 - Comment, dit-il, est-il survenu quelque chose nouvelle ? — Lon a veu, respondit l'autre, une allouette volant avec un armet doré et une picque, et doivent les Consuls tenir conseil sur cela. » Lors le Romain en se soubriant : « Vrayement, dit-il à part soy, ma femme, tu n'as pas beaucoup attendu, quand * la parole que je t'ai...
Page 78 - ... jamais à personne, et quant et quant larmes à commandement, disant qu'elle estoit bien malheureuse de ce que son mary n'avoit autrement fiance en elle. Le Romain, voulant esprouver sa folie : — Tu me contrains, dit-il, m'amie, et suis forcé de te découvrir une chose horrible et...
Page 78 - ... commandement, disant qu'elle estoit bien malheureuse de ce que son mary n'avoit autrement fiance * en elle. Le Romain, voulant esprouver sa folie : Tu me contrains, dit-il, m'amie, et suis forcé de te descouvrir une chose horrible et...
Page 79 - Et pour chastier sa femme, incontinent qu'il fut de retour en sa maison : « Ma femme, dit-il, tu m'as destruict : car il s'est trouvé que le secret du conseil a esté descouvert et publié de ma maison : et pourtant ta langue effrenee est cause qu'il me fault abandonner mon païs, et m'en aller en exil. » Et comme etle le voulust nier et dist pour sa defense i.
Page 228 - Anliphanes (2), l'un des familiers de Platon en se jouant disoit , qu'il y avoit une ville là où les paroles se geloient en l'air incontinent qu'elles estoient prononcées , et puis quand elles venoient à se fondre l'esté , les habitans...
Page 78 - ... morales, traité que le chancelier de l'Hôpital recommandait de lire et de relire, afin de l'avoir toujours présent à la mémoire ; vous verrez que ce récit a inspiré à La Fontaine une de ses plus jolies fables : «Le sénat romain fut une fois par plusieurs jours en conseil bien étroict sur quelque matière secrette ; et estant la chose d'autant plus enquise et soupçonnée que moins elle estoit apparente et...
Page 79 - ... et elle d'autre costé à un sien amy qui l'estoit venu veoir, de sorte que ce bruit fut semé et sçeu par toute la place, avant que celuy qui l'avoit controuvé y fust arrivé. Ainsi quelqu'un de ses familiers le rencontrant : — Comment, dit-il...
Page 79 - Et sa femme incontinent, tirant à part la première de ses chambrières qu'elle rencontre, commence à battre son estomac et arracher ses cheveulx, criant : — Hélas ! mon pauvre mary ! ma pauvre patrie ! Hélas ! que ferons-nous ? — Enseignant et conviant sa chambrière à lui demander: — Qu'ya il.
Page 79 - ... avant que celuy qui l'avoit controuvé y fust arrivé. Ainsi quelqu'un de ses familiers le rencontrant : — Comment, dit-il" ne faites vous que d'arriver maintenant de vostre maison? — Non, respondit-il. — Vous n'avez doncques rien oùy de nouveau?

Bibliographic information