Histoire des Basques ou Escualdunais primitifs, restaurée d'après la langue, les caractères ethnologiques et les mœurs des Basques actuels

Front Cover
B. Duprat, 1854 - Basque language - 284 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 216 - Un, deux, trois, quatre, cinq, six, sept, huit, neuf, dix, onze, douze, Treize, quatorze, quinze, seize, dix-sept, dix-huit, dix-neuf, vingt.
Page 144 - Autrefois les conflits des lois au sujet de mariages conclus avec des étrangers se présentaient rarement. Mais si l'on considère l'extension des rapports intimes entre les peuples de tous les pays civilisés, provenant de l'application de la vapeur à la navigation et aux chemins de fer, et de l'électricité à la télégraphie ; si l'on se rappelle que voyager n'est plus seulement l'affaire de ceux qui font le commerce, mais qu'il ya toujours dans des pays autres que leur...
Page 216 - Uno Dos Tres Cuatro Cinco Seis Siete Ocho Nueve Diez Once Doce Trece Catorce Quince Diez y seis Diez y siete Diez y ocho Diez y nueve Veinte...
Page 80 - Chirripa vient de cho, petit, et d'irripa, ruisseau. Le mot acha, pierre ou rocher, est remarquable pour nous, parce que c'est de lui que vient le nom de la hache, que l'on faisait primitivement en pierre; et, observation bien digne de l'attention des philosophes, la hache des Basques, aizcora, dérive d'un autre nom basque de la pierre, aitza, et aizcora veut sans doute dire pierre coupante. L'origine primitive des mots hache et aizcora est donc trouvée, et les racines qui permettent de...
Page 80 - Escualdunais primitifs, publiée pour la première fois en 1847 et rééditée en 1868, dit (p. 80 de la seconde édition) : « Le mot acha, pierre ou rocher, est remarquable « pour nous, parce que c'est de lui que vient le nom de la « hache, que l'on faisait primitivement en pierre; et, obser« vation bien digne de l'attention des philosophes, la hache « des Basques, aizcora, dérive d'un autre nom basque de « la pierre, aitza, et aizcora veut sans doute dire pierre
Page 153 - ... dérive, comme je le démontrerai dans un ouvrage général sur l'origine des nations; mais ce n'est point en Espagne que cette nouvelle race a été produite. Les travaux qui ont été faits sur les racines des noms des contrées basques me permettent de ne pas m'occuper de ce sujet.
Page 185 - ... je ne sais par quel hasard cet heureux village a été distingué par M. Baudrimont à un point tel qu'il écrit (p. 185) qu'aux quatre dialectes principaux « il faudrait peut-être en ajouter un « cinquième, celui d'Itsasso, qui offre des particularités vrai« ment remarquables, surtout dans la prononciation.
Page 1 - Le voile qui recouvre l'histoire des races primitives qui ont habité le globe terrestre est si épais qu'il paraît impénétrable. En effet, comment remontera l'origine des nations , comment savoir d'où elles viennent et quels ont été leurs rapports mutuels , lorsque les moyens employés pour transmettre ces notions n'étaient pas encore inventés? Comment, sans le secours de l'écriture, retrouver les traces des faits accomplis? Ce problème , je me le suis posé bien des fois , et je n'ai...
Page 77 - Saper ire, ouvrir, parce que dans ce mois la terre ouvre son sein pour donner issue aux plantes germées. Cette origine, il faut le reconnaître, ne peut paraître convaincante; car, au lieu d'aller chercher le verbe ouvrir, qui n'a qu'un rapport fort indirect avec la germination, il eût été plus convenable de chercher quelque mot plus précis, comme germinal, que nous avons adopté lors de notre première révolution. Cette origine ne paraissant pas bien fondée, il s'en présente une autre,...
Page 157 - L'examen comparé des vocabulaires des langues démontre que les deux grandes sous-races que l'on nomme aujourd'hui indo-germanique et sémitique, dérivent d'une souche unique dont les basques faisaient partie, et tout porte à penser que ce peuple en a conservé la langue presque intacte jusqu'à nos jours. La race basque se serait donc divisée en deux sousraces : l'indo-germanique et le sémitique. La race indo-germanique comprend principalement les Sanscrits, les Latins, les Celtes, les Germains...

Bibliographic information