Page images
PDF
EPUB

brochure, page 63: Il n'y aura donc plus de réprouvés! Sifait, lui répondit-on, tu feras très-réprouvé : confole-toi, l'ami; fois réprouvė, toi et tes femblables, et fois sûr que tout Conftantinople en rira. Ah! cuiftres de collége, que vous êtes loin de foupçonner ce qui fe paffe dans la bonne compagnie de Conftantinople!

POST-SCRIPTU M.

DEFENSE D'UN JARDINIER.

LE même Cogéos attaqua non moins cruelle

ment un pauvre jardinier d'une province de Cappadoce, et l'accufa, page 54, d'avoir écrit ces propres mots : Notre religion avec toute Ja révélation n'eft et ne peut être que la religion naturelle perfectionnée.

Voyez, mon cher lecteur, la malignité et la calomnie! Ce bon jardinier était un des meilleurs chrétiens du canton, qui nourriffait les pauvres des légumes qu'il avait femés; et qui pendant l'hiver s'amufait à écrire pour édifier fon prochain qu'il aimait. Il n'avait jamais écrit ces paroles ridicules et presque impies, avec toute fa révélation (une telle expression est toujours méprifante :) cet homme avec tout fon

[ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors][ocr errors]

latin, ce critique avec tout fon fatras. Il n'y a pas un feul mot dans ce passage du jardinier qui ait le moindre rapport à cette imputation. Ses œuvres ont été recueillies ; et dans la dernière édition de 1764, page 252, ainfi que dans toutes les autres éditions, on trouve le paffage que Cogéos ou Cogé a fi lâchement falfifié. Le voici en français, tel qu'il a été fidèlement traduit du grec.

99

,, Celui qui pense que DIEU a daigné mettre un rapport entre lui et les hommes, qu'il 19 les a faits libres, capables du bien et du ,, mal, et qu'il leur a donné à tous ce bon " fens qui est l'inftinct de l'homme, et fur ", lequel eft fondée la loi naturelle; celui-là " fans doute a une religion beaucoup meil,,leure que toutes les fectes qui font hors de

notre Eglife car toutes ces fectes font " fauffes, et la loi naturelle eft vraie. Notre "religion révélée n'eft même, et ne pouvait " être que cette loi naturelle perfectionnée. "Ainfi le théifme eft le bon fens qui n'eft pas " encore inftruit de la révélation, et les autres religions font le bon fens perverti par la superstition.

[ocr errors]

29

Ce morceau avait été honoré de l'approbation du patriarche de Conftantinople et de plufieurs évêques; il n'y a rien de plus chrétien, de plus catholique, de plus fage.

[ocr errors]

Comment donc ce Cogé ofa-t-il mêler fon venin aux eaux pures de ce jardinier? pourquoi voulut-il perdre ce bon homme, et faire condamner Belifaire ? N'eft-ce pas affez d'être dans la dernière claffe des derniers écrivains? faut-il encore être fauffaire? Ne favais-tu pas, ô Cogé, quels châtimens étaient ordonnés pour les crimes de faux? Tes pareils font d'ordinaire auffi mal inftruits des lois que des principes de l'honneur. Que ne lifais-tu les inftituts de Juftinien au titre de publicis judiciis, et la loi Cornelia?

Ami Cogé, la falfification eft comme la polygamie; c'est un cas, un cas pendable.

Ecoute, miférable; vois combien je fuis bon, je te pardonne.

DERNIER AVIS AU LECTEUR.

AMI lecteur, je vous ai entretenu des plus grands objets qui puiffent intéreffer les doctes: de la formation du monde felon les Phéniciens, du déluge, des dames de Babylone, de l'Egypte, des Juifs, des montagnes, et de Ninon. Vous aimez mieux une bonne comédie, un bon opéra comique; et moi auffi. Réjouiffez-vous, et laiffez ergoter les pédans. La vie eft courte. Il n'y a rien de bon, dit Salomon, que de vivre avec fon amie, et de se réjouir dans fes œuvres.

Fin du Tome premier.

« PreviousContinue »