Page images
PDF
EPUB

comme auparavant. Dans ce même tems Servius Tullius agrandit Rome, & veut la mettre en République ; arrivent alors les révolutions que tout le monde sçait. Efdras, Docteur de la Loi , & Néhémie , Gouverneur du Peuple de Dieu nouvellement rétabli en Judée, réforment les abus , & font observer la Loi de Moyse : Esdras met en ordre les Livres Saints. Il ramasse les anciens Mémoires du Peuple de Dieu , dont il forme les Paralipoménes. M. de Meaux reprend ici l'Histoire profane : on voit entre autres les différentes Guerres des Romains avec les Carthaginois , ceux-ci succombent sous les efforts de Scipion, surnommé l'Afriquain, à cause de ses conquêtes en Afrique.

La IXe Epoque se prend à la ruine de Carthage. Annibal , Général des Carthaginois , veut se relever de fa défaite. Ce grand Capitaine, réduit à chercher un asyle chez les Etrangers, remue tout l'Orient contre les Romains, il attire leurs armes en Asie ; par ses conseils, Antiochus, Roi de Syrie , leur fait la guerre, il est vaincu. Antiochus Epiphanès son fils se rétablit, après avoir essuyé bien des traverses : il tourne ses armes contre les Juifs, & entreprend de détruire la Loi de Moyse, le Temple & la Nation. Les Machabées lui résistent , il meurt en impie ; son fils Antiochus Eupator recommence la guerre contre les Juifs, les victoires des Machabées continuent. Démétrius succéde à Eupator , & persécute les Juifs ; Simon Machabée prend leur défense, & est protégé par les Romains ; avec ce secours il se rend redoutable , & parvient enfin à chasser les ennemis de toutes les places de la Judée. Ses enfans succédent au Pontificat , tout le Peuple se soumet à eux. Pendant ce tems , Tome VIII,

b

[ocr errors]

les Romains continuent d'agrandir leur domination : les Guerres intestines déchirent le sein de la République , chacun veut dominer, Marius & Sylla excitent des troubles, Catilina forme une Conjuration , Pompée regne dans le Sénar, César devient son rival , & le défait à la bataille de Pharsale : Brutus & Caflius croient garantir la République de la tyrannie , en cuant César : Rome se voit exposée à de nouveaux troubles sous le Triumvirat de Lépide, de Marc-Antoine , & du jeune César Octavien. Ces deux derniers ruinent le parti de Lépide ; ils tournent ensuite leurs armes l'un contre l'autre. Antoine est défait à la Bataille d'Actium : tout céde à la fortune de César ; la paix est rendue à l'Univers ; JesusChrist vient au monde.

La naissance de Jesus-Christ forme la Xe Epoque , la plus considérable de toutes , non-seulement par l'importance d'un si grand événement, mais encore parce que c'est par elle que

toute la Chrétienté commence à compter ses années. M. Bossuet donne ici une explication bien claire & bien simple des 70 semaines, dont il est parlé dans le Prophéte Daniel, sans entrer dans les détails embarrassans des différentes fupputations des Chronologiftes. Après la mort de Jesus-Christ, commencent les persécutions faites aux Chrétiens. Saint Etienne est lapidé; cependant les Gentils se convertissent. Saint Pierre & Saint Paul sont martyrisés sous Néron. On respire un peu sous Tite & Vespasien. La persécution recommence : Domitien regne ; sous cet Empereur , Saint Jean eft exilé à Pathmos, où il écrit son Apocalypse ; quelque tems après il écrit l'Evangile qui porte son nom. Depuis ce tems les persécutions continuent, la Religion

se répand , l'Eglise encore naissante, rendue féconde par le fang des Martyrs, remplit toute la terre ; poursuivie & maltraitée pendant près de trois cens ans, elle donne les plus grands exemples de ferveur & de patience. La paix lui est enfin accordée par l'Empereur Constantin, qui embrasse publiquement le Christianisme.

Cette célébre conversion , qui arriva l'an 312. de Notre-Seigneur , forme la XI. Epoque. La Croix de Jesus-Christ devient alors un signe honorable. Cinquante ans après l'Empereur Julien se rend' fameux par son apostasie ; il persécute les Chrétiens , & ceux-ci lui demeurent fidéles. Cet Empereur périt misérablement dans la Guerre contre les Perles. L'Eglise dans la suite est affligée par les Hérésies, contre lesquelles on tient plusieurs Conciles généraux. L'Empire Romain est déchiré par diverses révolutions, qui enfin l'anéantissent.

La XII- & derniere Epoque est fixée au tems de Charlemagne. Ce Prince est appellé à l'Empire, il l'accepte, & lui donne une nouvelle forme ; protecteur de l'Eglise & de la Religion, il rétablit la Discipline Ecclésiastis que, assemble des Conciles , & fonde la grandeur temporelle du S. Siége.

SECONDE PARTIE.

M. de Meaux s'attache ici uniquement à démontrer la suite constante de la Religion depuis le commencement du monde. Il expose les différens états du Peuple de Dieu, d'abord sous la Loi de nature

& sous Ies Patriarches. Il passe ensuite à Moyse, & à la Loi écrite ; de-là il vient à David & aux Prophétes , il fait

bij

[ocr errors]

1

reurs.

voir l'état de la Religion dans le tems de la captivité des Juifs, & après leur retour. Jesus-Christ paroîe , l'Evangile est publié, les persécutions s'élévent', la Relia gion fubsiste toujours , en vain les hommes font les der: niers efforts pour l'abattre , l'enfer qui les soutient , ne peut faire réussir leurs projets, l'Eglise d'abord victorieuse de l'Idolâtrie triomphe ensuite de toutes les er

M. Bossuer finir cette seconde Partie par une réflexion très-importante sur l'authenticité des Livres Saints, & sur le rapport qu'ils ont entre eux.

Les Miracles éclatans que les Hébreux ont" vûs de leurs yeux, & qui servent à présent à confirmer notre foi', font conservés encore aujourd'hui dans des actes authentiques que ce même Peuple nous a transmis ; ces actes sont les Livres de l'ancien Testament, les plus anciens qu'il y ait au monde, & les seuls de l'Antiquité où la connoissance du vrai Dieu foit enseignée. Les Li

que les autres Peuples regardoient comme Divins, ont disparu même avant la fin de l'Idolâtrie. Les Ro mains eux-mêmes ont été les premiers à détruire ceux où Numa avoit écrit les Mystères de la Religion qu'il avoit inventée : on a parlé long-tems parmi eux des Livres des Sibylles, mais on n'a jamais pû en montrer un feul, ni même aucun Oracle qui en eût été tiré. Les Juifs sont donc les seuls dont les Livres aient été conftamment en vénération ; on ne les a point cachés mystérieusement aux yeux des Peuples, ils ont été , & sont encore aujourd'hui dans les mains de tout le monde.

Les Miracles de Jesus-Christ ont été écrits avec la

yres

même exactitude, les actes en sont répandus par toute la terre , on les a examinés , on les a combattus , on n'a pû ni les détruire , ni les ébranler. Les différens Livres qui composent le Nouveau Testament ont entre eux un rapport évident , les Actes des Apôtres sont une suite de l'Histoire de l'Evangile, leurs Epîtres ont avec eux une liaison nécessaire , & la Collection de ces Ecritures se rapporte à l'Ancien Testament, qu'elles réclament presque à chaque page , tout y parle de Moyse, tout y eft fondé sur Moyse, c'est lui qui a dit, c'est lui qui a écrit , son témoignage est sûr. Jesus-Christ lui-même rappelle toujours la Loi de Moyse, les Ecrits des Pros phéres & des Pseaumes. Ce sont autant de témoins qui déposent en sa fayeur.

M. de Meaux se propose ici les objections que l'incrédulité forme contre la vérité des Ecritures, & il les détruit avec autant de solidité que de précision. Je n'entrerai point dans ce détail, il faut le lire dans l'Ouvra-ge même. Je rapporterai seulement ce qu'il dit de l'objection générale , qu'il y a des difficultés dans les Saintes Ecritures : il y en a sans doute , dit Mi Bossuet", qui n'y seroient pas si le Livre étoit moins ancien , & fi l'on eût été moins scrupuleux à le donner tel qu'on le trouvoit , ou enfin, si l'on eût pris la liberté d'y corriger ce qui faisoit de la peine. Il y a les difficultés qui naissent de l'ancienneté , lorsque les lieux ont changé de nom, ou de situation , lorsque les dates sont oubliées, lorsque les généalogies ne sont plus connues, & qu'il est impossible de remédier aux fautes d'un Copiste néa gligent ; mais trouve-t-on de réelles difficultés dans le fond ou dans la suite de l'Histoire ? Non, tout y est

[ocr errors]

b iij,

« PreviousContinue »