Page images
PDF
EPUB

DES

GIRONDINS

PAR

M. A. DE LAMARTINE

CINQUIÈME ÉDITIOX.

BRUXELLES,
SOCIÉTÉ TYPOGRAPHIQUE,

FRANCFORT S/M.

JOSEPH BAER, LIBRAIRE.

5122 185! v1-2

Stacks

Gift G4673 1022380-291

AVERTISSEMENT.

Nous n'avons point fait précéder ce récit par un préambule sur les précédentes époques de la révolution, parce que nous nous proposons d'écrire l'histoire des Constituants. Cette histoire sera ainsi le préambule de celle des Girondins,

Nous n'avons pas reproduit avec la minutieuse servilité d'un annaliste les innombrables détails parlementaires ou militaires de tous les événements de ces quarante mois. Deux ou trois fois, nous avons, pour grouper les choses et les hommes par masses, interverti des dates très-rapprochées et sans importance.

Nous avons écrit après une scrupuleuse investigation des faits et des caractères. Nous ne demandons pas foi sur parole. Bien que nous n'ayons pas embarrassé le récit de notes, de citations et de pièces justificatives, il n'y a pas une de nos assertions qui ne soit autorisée soit par des mémoires authentiques, soit par des mémoires inédits, soit par des correspondances autographes que les familles des principaux personnages ont bien voulu nous confier, soit par des renseignements oraux et véridiques, recueillis de la bouche des derniers survivants de cette grande époque.

Si quelques erreurs de fait ou d'appréciation nous ont néanmoins échappé, nous serons prèt à les reconnaitre et à les réparer dans les éditions suivantes sur les preuves q'on voudrait bien nous communiquer. Nous ne répondrons pas une à une aux négations ou aux contradictions que ce livre pourrait susciter. Ce serait un fastidieux commerce de lettres et de répliques dans les journaux. Mais nous prendrons note de toutes ces observations, et nous y répondrons en masse par nos preuves et par nos textes, après un certain laps de temps. Nous ne cherchons que la vérité, et nous rougirions de faire de l'histoire la colomnie des morts.

Quant au titre de ce livre, nous ne l'avons pris qu'à défaut d'autre mot pour désigner un récit. "Ce livre n'a pas les prétentions de l'histoire, il ne doit pas en affecter la solennité. C'est une æuvre intermédiaire entre l'histoire et les mémoires. Les événements y tiennent moins de place que les hommes et les idées. Les détails intimes y abondent. Les détails sont la physionomie des caracteres; c'est par eux qu'ils se gravent dans l'imagination.

De grands écrivains ont déjà écrit les fastes de cette époque mémorable. D'autres les écriront bientôt. On nous ferait injustice en nous comparant à eux.

Ils ont fait ou 'ils feront l'histoire d'un siècle; nous n'avons fait qu'une Étude sur

un groupe d'hommes et sur quelques mois de la révolution.

Paris, 1er mars 1847.

DES

GIRONDINS

LIVRE PREMIER.

Préambule. - Mort de Mirabeau. Son portrait. - -Situation de l'Assemblée nationale en 1791.

- Avénement de l'idée démocratique. - La Révolution à son point de départ. - Les partis. - Principaux chefs. — Portraits de Louis XVI et de Marie-Antoinette. -- Malouet, ClermontTonnerre, l'abbé Maury, Cazalès, Barnave, les deux Lameth, Robespierre, Duport, Pétion. Sociétés populaires. - Portrait de La Fayette. - Appreciations.

I. J'entreprends d'écrire l'histoire d'un petit nombre d'hommes qui, jetés par la Providence au centre du plus grand drame des temps modernes, résument en eux les idées, les passions, les fautes, les vertus d'une époque, et dont la vie et la politique, formant, pour ainsi dire, le nœud de la révolution française, sont tranchées du même coup que les destinées de leur pays.

Cette histoire pleine de sang et de larmes est pleine aussi d'enseignement pour les peuples. Jamais peut-être autant de tragiques événements ne furent 'pressés dans un espace de temps aussi court; jamais non plus cette correlation mystérieuse qui existe entre les actes et leurs conséquences ne se déroula avec plus de rapidité. Jamais les faiblesses n'engendrèrent plus vite les fautes, les fautes les crimes, les crimes le châtiment. Cette justice rémunératoire que Dieu a placée dans nos actes mêmes comme une conscience plus sainte que la fatalité des anciens, ne se manifesta jamais avec plus d'évidence; jamais la loi morale ne se rendit à elle-même un plus éclatant témoignage et ne se vengea plus impitoyablement. En sorte que le simple récit de ces deux années est le plus lumineux commentaire de toute une grande révolution, et que le sang répandu à flots n'y crie pas seulement terreur et pitié, mais leçon et exemple aux hommes. C'est dans cet esprit que je veux les raconter.

« PreviousContinue »