Page images
PDF
EPUB

4 OC 62 INTRODUCTION.

S jer.

Les esprits vulgaires distinguent le Droit du Devoir; c'est un tort : le droit et le devoir sont une seule et même chose.

La perfection de l'homme ne résulte que du développement progressif de toutes ses facultés; otez quelque chose à cette évolution essentielle, l'homme est incomplet. La plante qui n'arrive pas à son entier développement n'atteint pas le but de sa nature; de même, si le droit ou les facultés d'un homme sont comprimés, cet homme ne donne pas à son être la perfection dont il est susceptible, il ne s'élève pas à la hauteur de sa destination, il ne vit pas de la plénitude de sa vie, les espérances et le veu de la nature sont trompés, car le droit chez l'homme, comme

le développement dans la plante, dérive essentiellement de ses éléments naturels et constitutifs. Dieu ne donne rien d'inutile; il faut que tout marche vers son but. La vertu n'est autre chose qu'une nature complète et perfectionnée. (1)

Le pouvoir de la société sur l'individu ne peut jamais légitimement se mettre en contradiction avec la fonction assignée à l'homme par la volonté même de Dieu.

La cause finale de la société est d'aider l'homme à atteindre le but que Dieu lui a marqué. De cette obligation, qui entraîne aussi celle d'obéir aux lois impérieuses de la nature, nait la solidarité humaine. En sorte que ce n'est pas en vertu d'un contrat social, comme le veut Rousseau, ou d'un pacte juré, comme l'enseigne M. Proudhon, que les hommes sont solidaires; leur solidarité , remonte à une origine plus haute , plus uniforme et moins variable que celle de l'intérêt. L'intérêt sert de sanction à la solidarité; il ne vient qu'après le devoir. Contrarier, en vue de l'intérêt, le perfectionnement de l'homme, c'est mettre l'athéisme en action.

J'essaierai de démontrer plus tard ce théorème social que toutes les nations qui ont attenté au progrès humain ont altéré dans la même proportion la connaissance de Dieu. Dégradation de l'homme, affaiblissement de l'idée de Dieu, sont deux termes correlatifs qui s'engendrent l'un l'autre fatalement. L'excès du désordre', chez

(1) Est autem virtus nihil aliud quàm in se perfecta et ad summum perducta natura. (CICÉRON.).

l'homme, correspond, au point de vue des idées morales, à la riégation de Dieu.

M. Proudhon a eu raison d'affirmer que l'idée de révolution ou d'an-archie universelle comme il l'entend, et l'idée de Dieu, sont deux idées incompatibles. L'idée de Dieu ne peut correspondre qu'à l'idée d'ordre ; le désordre et l'anarchie tendent au néant, puisqu'ils s'éloignent de Dieu, qui est la vie. Partout où est rétablie l'idée de Dieu l'humanité se relève ; la dignité humaine est donc tout à la fois la preuve et la conséquence de la vérité religieuse. En effet, dans le régime antérieur au christianisme, qu'est-ce qui l'emportait de la dégradation de l'homme ou de la fausseté des notions humaines sur la divinité ? Ouvrez la mythologie et l'histoire du proletariat des peuples païens, et prononcez ! Ce régime, que le christianisme a eu mission d'abolir, a été vaincu, mais il n'a pas été détruit. Il n'a plus d'autels; mais, à l'opposé du Christ, il peut dire : « Mon royaume est de ce monde. » Le prolétariat, la misère, la dégradation d'un grand nombre ne le prouvent que trop. L'esprit du vieux culte idolâtrique, c'est l'amour exclusif de soi; l'esprit du Christ, c'est l'amour d'autrui, amour basé sur le même principe et ayant la même règle que l'amour de soi. Eh bien! à qui appartient le royaume ? Est-ce au Christ ? Est-ce à l'esprit du paganisme ? Rivalité d'individus, rivalité de nations; les siècles succèdent aux siècles, les oppresseurs aux oppresseurs; mais ce sont toujours, en résultat , les soldats d’Antoine courbant sous le fouet du maître une foule de Grecs affamés et avilis; c'est la Pologne, c'est la Gallicie, c'est la Hongrie, c'est l'Irlande, c'est l'industrialisme avec le moderne ergastulum; partout et toujours l'oppression , jamais et nulle part l'amour. Le monde sait immoler, il ne sait pas se sacrifier ; il sait persécuter , il ne sait pas aimer. Non, le règne du Christ n'est pas encore de ce monde.

Le régime païen n'a disparu qu'en apparence, il conserve au fond une large part de sa vie, de son esprit, de son action; il s'est assimilé avec une habileté profonde au régime chrétien, dont il fausse ou neutralise le mouvement quand il ne le domine pas; il s'approprie ses allures, il emprunte son langage. On trouve l'idée païenne conservée, nourrie, toujours vivace sous le manteau du christianisme, tandis que l'idée chrétienne s'y éteint languissante, presque honteuse, et que les peuples scandalisés sont tentés souvent de ne voir qu'une fiction dans la doctrine du Christ altérée, pervertie par un impur alliage.

Et comment n'en serait-il pas ainsi , lorsque l'hypocrisie, la force, la cruauté, usurpent le nom de christianisme, et que l'exécrable Saint-Barthélemy, par exemple, devient un acte de piété ; que l'ambition qui l'inspire porte le mensonge de son zèle jusque sur les marches du Vatican, et qu'elle y proclame comme une victoire sans tache ce qui ne fut qu’une horrible boucherie sans combat ! Cette consécration a manqué aux massacres de la Gallicie ! Il faut un intérêt (1) pour sancti

(1) Si quis non dederit in ore eorum quippiam sanctificent in eum prælium. (Mich., Č. III, v. 5.)

« PreviousContinue »