Page images
PDF

Les vétérinaires militaires, se trouvant bie n de la liqueur de Villatte dans le traitement des chevaux, ont pu — cela se fait en campagne — conseiller son usage à leurs collègues du régiment, les médecins des hommes.

Montures et cavaliers ont donc été, parfois, traités de la même façon, soit. Mais, il s'agissait alors de quelques vieilles lésions du paturon ou de l'astragale, du canon ou des cunéiformes.

Que M. Frison nous le pardonne, nous trouvons que de là à la névralgie faciale il y a un peu loin!

A. Préterre.

L'ANESTHÉSIE

(Extrait du Progrès dentaire.)
Le chloroforme a été découvert et mis en usage prati-

La parole aussitôt est rendue à la femme,
Et maintenant encore l'heureux époux proclame
Qu'elle en fit un usage à tel point assidu
Qu'elle a bien réparé le temps qu'elle a perdu.
La morale est fort claire. Est-il besoin de dire
Qu'il faut bien explorer avant de rien prescrire?

Dr Vermer.
(Le Petit Médecin.)

*

En Ecosse, il est très ordinaire, dans la dentition, d'appliquer entre les deux épaules, un emplâtre de poix de Bourgogne. Il calme singulièrement la toux, qui accompagne cette crise de la nature. Lorsque les dents sortent avec difficulté, il faut que l'enfant garde cet emplâtre tout le temps de dentition. On le fait plus ou moins large, selon que les circonstances l'exigeât, et on le renouvelle au moins une fois en quinze jours.

Bughan. (Médecine domestique.)

684 L'ART DENTAIRE.

que par le professeur Simpson, d'Edimbourg, vers la fin de Tannée 1847* c'est-à-dire environ un an après les premières expériences faites avec l'éther; mais le chloroforme est d'un emploi dangereux, surtout entre des mains inexpérimentées, car il a causé des milliers de décès. L'éther offre beaucoup plus de sécurité, cependant ces deux agents déterminent souvent des vomissements et sont suivis d'effets désagréables durant fréquemment plusieurs jours. Le protoxyde d'azote est, au delà de toute compaxaison, le plus inoffensif de tous les anesthésiques; il est agréable à respirer, rapide dans son action, et son influence disparaît avec non moins de rapidité. Je l'ai donné plus de 150.000 fois sans un seul accident fatal. J'ai les signatures autographes de tous les sujets qui ont été insensibilisés dans mon établissement. Il y a une dizaine d'années, le certificat suivant m'a

C'est dans l'institution pneumatique de Thomas Beddœs que Davy reconnut, en 1800, Faction exhilarante du protoxyde d'azote, découvert depuis vingt-quatre ans par Priestley, et qu'il fit sur lui-même une série d'expériences relatives aux actions physiologiques de la vapeur du charbon.

(Journal d'hygiène.) Dv J. M. Cyrnos.

Chez les Turcs, à la partie supérieure du front des nouveauxnés on pend un.paquet composé d'une pièce en or sur laquelle se trouve inscrit un verset du Coran.

Dans certains villages grecs, on ajoute une dent de porc ou de sanglier et la coquille d'un limaçon. Il est surprenant que les Gaulois aient porté aussi des amulettes dans lesquelles figuraient une canine de sanglier ou de porc et de petits coquillages appelés porcelaines.

Dr Zambaco.

été donné, signé par Ub grandi nombre de médecins, chirurgiens et dentistes les pins éminents de New-York:

New-York, novembre 1876.

« Les soussignés déclarent qu'ils sont plus ou moins familiarisés avec les effets anesthésiques du protoxyde d'azote, soit pour l'avoir expérimenté, soit pour ïavoir vu employer à the Colton dental association in the Cooper Institut. Quand le gaz est'pur et convenablement administré, il anéantit tout sentiment de souffrance et n'a jamais, autant que nous sachions^ été suivi d'accidents. Nous le regardons comme le plus inoffensif de tous les anesthésiques. »

(Suivent les signatures.)

Quand îe gaz est respiré largement, comme il doit l'être, il a des effets qui ont été admirablement décrits par le Rév. Dr Prime, dans une de ses lettres a Irenœus*

C'était pour les anciens un heureux présage de naître avec des dents ; les Reehuanas ne partagent pas cet avis et immolent ces enfants priviligiés comme de véritables monstres. La précocité de l'éruption dentaire ne mérite, ni cet excès d'honneur, ni cette indignité ; elle a seulement l'inconvénient d'empêcher d'élever les enfants au sein. Ainsi pour Louis XIV, qui présenta cette anomalie à sa naissance, on fut obligé de changer plusieurs fois de nourrice, à cause des morsures qu'il leur faisait. Dionis attribue à tort ce changement fréquent de seins au grand appétit du jeune prince. Dr Witkowski.

(Hisi. des aceouccheents.)

Ces maux de dents et d'oreilles dont je souffre, dit-il, sont pis que la peste. Je suis torturé par un bruit et un bourdonnement dans mon oreille, comme si quelque vent soufflait dans ma tête.

Le diable y est pour quelque chose.

Luther.

636 L'ART DENTAIRE.

publiées dans le New-York Observer, 3 mars 1870, et à laquelle nous empruntons l'extrait suivant:

« M. Colton me fit bon accueil dans ses vastes salons et ratifia la sentence prononcée. Après m'avoir fait asseoir confortablement dans le vieux fauteuil, il me présenta l'embouchure que l'Impératrice avait maniée naguère pendant un moment. Je l'appliquai à mes lèvres et fis trois, quatre, peut-être cinq inhalations, puis tout' à coup, il me sembla entendre le docteur dire : « Allez, tout va bien. » Je m'éveillai, mais les cinq dents avaient disparu comme par magie, sans que j'en eusse eu la moindre conscience, et sans que je me doutasse avoir subi aucune opération. Je n'avais pas plus le sentiment d'avoir été endormi ou d'avoir pris quelque chose, que s'il s'était agi d'un verre d'eau ou d'un courant d'air frais. Il s'était écoulé environ deux minutes depuis le moment de l'inhalation jusqu'au réveil, mais l'incons

Dans les fièvres occasionnées par la dentition, je n'ai jamais rien trouvé d'aussi efficace que deux, trois ou quatre gouttes d'esprit de corne de cerf, données toutes les quatre heures, dans une cuillerée d'eau simple, ou dans tout autre liquide convenable. On peut répéter cette dose jusqu'à six fois.

Sydenham.

Les femmes stériles qui désiraient obtenir des enfants de Notre-Dame de Liesse, devaient tirer les cordes des cloches de son église avec leurs dents.

Dr Witkowski.
(Hist. des accouchements.)

•k
* *

Le cresson est un aliment qui con\ient aux sujets lymphatiques, scorbutiques et goitreux, aux diabétiques et aux sujets affectés de certaines dermatoses, l'eczéma surtout. On en mâche dans les intervalles des repas pour modifier les gencives bour

cience avait été si complète, que ce temps n'avait pas existé du tout pour moi. Je n'éprouvai plus ensuite le moindre inconvénient, et l'effet si intense laissé par le choc opératoire me fut entièrement inconnu. Au bout de quelques jours, les gencives se cicatrisèrent et tout fut terminé.

* Le docteur a un énorme registre sur lequel il prie chacun de ses opérés de signer son nom. Ma signature répondait au chiffre de 40,509; 40,508 avaient donc passé avant moi. Ce n'est pas précisément la noble armée des martyrs, mais ce sont des témoins vivants de la sécurité et de l'efficacité du procédé, car dans le nombre total d'opérés, parmi lesquels quelques-uns ont eu 15 dents enlevées en une seule séance, on n'a pas observé un seul accident. »

Il y a, sans doute, beaucoup de dentistes qui fabriquent du gaz impur ou qui administrent du gaz pur

souflées. rouges et saignantes, ou disposées à s'ulcérer par un travail de gangrène parcellaire.

GUBLER.

(Comment, du Codex.)

Dans les abcès des gencives une moitié de figue est le seul cataplasme acceptable, pourvu que l'agacement d'une dent cariée ne soit pas exaspéré par le sucre.

GUBLER.

(Comment, du Codex.)

•k

Les chiens nus, c'est-à-dire glabres, de race chinoise, offrent constamment des anomalies dentaires.

(E. Dally.) (Dict. encycl. article « cheveux ».)

*

La bouche a des rougeurs de grenade entr'ouverte
A l'essaim des baisers séraphiques offerte,

« PreviousContinue »