Mercure de France, Part 1

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 77 - Représentée , pour la première fois , par les comédiens italiens ordinaires du roi, le 19 février 1770.
Page 32 - Per concludere, in somma, io vi vo' dire: A chi in amor s'invecchia, olir' ogni pena, Si convengono i ceppi e la catena. 3. Ben mi si potria dir: Frate, tu vai L'altrui mostrando, e non vedi il tuo fallo. Io vi rispondo che comprendo assai, Or che di mente ho lucido intervallo; Ed ho gran cura (e spero farlo...
Page 70 - Je suis heureux de vieillir sans emploi, De me cacher, de vivre tout à moi, D'avoir dompté la crainte et l'espérance. Et si le Ciel, qui me traite si bien, Avait pitié de vous et de la France, Votre bonheur serait égal au mien.
Page 67 - Du moindre fens impur la liberté l'outrage, Si la pudeur des mots n'en adoucit l'image. Je veux dans la Satire un efprit de candeur , Et fuis un...
Page 66 - Ecrivain ne fcait rien qu'ennuyer. J'aime mieux Bergerac** & fa burlefque audace, Que ces vers où Motin fe morfond & nous glace.
Page 29 - ... fixer à jamais mon cœur. Hélas ! ma folie me paroît fi douce , que jufqu'à ce moment je n'ofe encore m'en plaindre ; mais prends garde!... n'achève pas de déchirer un cœur qui t'adore, par de nouvelles cruautés! il n'en...
Page 70 - Par vos humeurs le monde eft gouverné; Vos volontés font le calme & l'orage ; Et vous riez de me voit confiné Loin de la Cour en mon petit village.
Page 29 - SOUVERAINE de ma vie ! quel cft le mortel , touché de mon état préfent , qui voudra bien voler jufquc dans le difque de la lune , pour me rapporter le bon fens que j'ai perdu ? Tu le fais , cruelle ! .... un feul trait parti de tes yeux égara ma raifon , & fut fixer à jamais mon cœur. Hélas ! ma. folie me paroît fi douce , que jufqu'à ce moment je n'ofe encore m'en plaindre ; mais prends garde...
Page 106 - On fervit aufli-tôt ;. le foupec fut gai faas être bruyant; ce plaiGr tranquille avok quelque chofe de nouveau & de piquant pour le,s deux convives; ils étoient aimables l'un & l'autre.; chacun des deux étoit pour l'autre une nouvelle connoifTance ;. les heures s'écoulèrent aflez vite ; & d'Erimont fe retira fort content pour s'aller coucher. Le furlendemain il étoit engagé pour un concert qui manqua ; il n'en fut la nouvelle que fort tard. Que faire de fon avant-fouper ? Il n'auroit pas...

Bibliographic information