Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

la suprématie , et qui avoit si despotiques ment concouru à la ruine des Girondins flexible et rampaote, étoit asservie à son tour au despotisme cemitorial, où tous les pouvoirs venoient se centraliser.

Si ces comités eussent douté de leur puissance, un événement majeur qui tourna contre la montagne, leur prouva qu'ils pouvoient tout oser sur la convention. C'étoit peu pour eux que d'avoir obtenu qu'ils mettroient les députés en jugement, sans que ces députés pussent se justifier dans le sein de la convention ; c'étoit peu pour eux que d'avoir à leur dévotion tous les bourreaux qui composoient le tribunal révolutionnaire ; c'étoit peu d'être les maîtres de fabriquer de fausses pièces pour assassiner les députés, sans que ceux.ci eussent le droit de réclamer la parole pour se disculper , il leur manquoit encore le pouvoir de mettre en arrestation les dém putés, sans l'autorisation de l'assemblée; mais ils ne daignèrent même pas solliciter cet accroissement de puissance , ils l'usurpèrent avec une impudence qui ne pouvoit être comparée qu'à la soif de la domina

tion dont ils étoiene dévorés. Voici le faic:

Quatre membres de la convention, Ju. lien de Toulouse, Delaunay d'Angers (1), Bazire et Chabot étoient accusés d'avoir falsifié et dénaturé certains articles d'un décret relatif à une compagnie chargée

(1) Delaunay d'Angersérvir un honnête homme, accusé à tort, et qui ne dûr sa mort qu'aux liaisons étroites qu'il avoit avec Hérault-de-Séchelles, que Saint Just fit assassiner. La haîne de SaintJust contre Hérault, vépoit de ce que dans un repas, Hérault qui étoit égalemeur du comité de salut public, avoit dit à son collègue Saint-Just , qu'il étoit un plat coquin', un lâche, et qu'il lui donneroit vingt coups de pieds dans le ventre, sans qu'il en refusât un, Saint-Just refusa effecti. vement de se battre, mais il fir envoyer Héraule en mission, et pendant ce tems , il travailla si bien contre lui , qu'Hérault à son retour se vit dépopularisé, diffamé. Ses confrères du comité de salut public lui refusèrent l'entrée de ce comité il n'eut pas le courage de forcer la consigne, et fuc perdu : il sentoir si bien qu'il alloit être assassiné, qu'il dit à Gohier son ami : Il ne me reste qu'd mourir , mais je mourrai avec courage, et tu seras content de moi. Héraulc tînt parole ; mais il ese malheureux

que

dans la circonstance où il se trou vais, il n'ait mis son courage qu'à mourir,

[ocr errors]

d'opérations financières , et pour prix de leur coupable complaisance , ils avoient reçu , dit-on, des sommes considérables. Soit que Bazire et Chabot craignissent que la fraude ne fût découverte, soit qu'ils crussent trouver une occasion de rehausser leur patriotisme chancelant, ils dénoncèrent cette trame au comité de sûreré générale, où ils restituèrent une somme de cent mille liv. qu'ils avoient touchée pour leur quote. part de la friponnerie ; loin de les tirer d'un mauvais pas, cette démarche les perdit entièrement ; le comité, de son autorité privée , fir arrêter et incarcérer Delaunay, Julien , et qui plus est, Bazire et Chabot; et le lendemain , Amar, membre de ce même comité de sûreté générale, Amar qui sembloic n'être à la convention que pour être le persécuteur et le bourreau de ses collègues , paroît à l'assemblée , où il annonce avec emphase, que son comité vient de découvrir la conspiration la plus vaste et la plus horrible ; d'un délit, qui n'étoit qu'une peccadille auprès des spoliacions et des horreurs que son comité se permettoit tous les jours , il forme un

5

[ocr errors]

systême liberticide coïncidant avec les projets de Pitt et Cobourg , et lâche enfin le

mot décisif , par lequel il apprend que les i comités de salut public et de sûreté géné

rale réunis, ont cru devoir mettre en arrestion les quatre députés dont il s'agit , sans en donner connoissance à la convention.

On a vu tout à l'heure que ces comités
avoient fait rapporter le décret qui ne vou-
loit pas qu'un député fût mis en arresta-
tion, avant que d'avoir été entendu dans
l'assemblée, mais l'assemblée n'avoit pas
renoncé au droit qu'avoit chaque député de
n'être mis en arrestation que par elle; en
sorte que, par ce coup d'autorité, qui
fut applaudi de l'universalité de la con-
vention déjà terrifiée , les comités se virent
maîtres absolus d'incarcérer et guillotiner
tous les membres de l'assemblée les uns
après les autres, sans qu'ils eussent la fa-
culté de faire entendre leurs réclamations,

sans qu'il fût besoin de soumettre à
cette assemblée les motifs pour lesquels ils
jugeoient à propos de faire égorger ses
membres,
Tous les riches propriétaires étant is

et

carcérés, guillotinés, leurs biens confisqués er disponibles au profit des troupes et des sans-culottes, tous ceux qui portoient un hom qui pouvoit rallier les mécontens dans une émeute , étant également jetés dans des cachors, ayant déjà porté leur tête sur l'échafaud, ou étant sur le point de la peró dre; le pouvoir absolu étant concentré dans les comités, l'assemblée conventionnelle étant terrifiée, les Jacobins entièrement dévoués au despotisme du gouvernement;, que pouvoit donc encore redouter Robespierre ? peu de chose. L'anéan- រ tisseinent des hommes à talens de la Gironde, ne lui laissoir que peu de concurrens subalternes à combattre, il s'en défit. Parmi ceux dont la popularité éphé. mère ou l'autorité très-précaire pouvoir lui porter qưelqu'ombrage, on pouvoir compter dans la convention, Camille - Desmoulins, Lacroix et Danton ; dans la commune,

Hébert et Chaumette ; er dans le club des Cordeliers , qui vouloit essayer de ressaisir son ancienne prépondérance, Ronsin, Vincent, Maillard et Momoro.

Ronsin et Vincent n'avoient de crédie

« PreviousContinue »