Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]

gulier. Galeux , assassin , voleur, homme de bien, tout étoit pêle-mêle; c'étoit l'emblême du chaos présenté sous celui de l'égalité, tant l'ignorance a la manie de confondre toutes les idées. (t).

Au Plessis , le farouche Hali, ne sachant qu'imaginer pour torturer les détenus, avoit établi son cousin grand som. melier de la maison. Celui-ci , insolent et Frippon , faisoit transférer à Bicêtre ceux qui trouvoient son vin mauvais ou trop foible. Le cuisinier avoit le même pouvoir, er employoit la même ressource quand on lui représentoit que ses viandes étoient gâtées, couvertes de vermine , ou entièrement pourries. C'est un plat de ci-devant , tépondoit Hali, en riant aux éclats.

Les détenus ne prenoienc qu'un repas par jour , car l'introduction particulière de

1

(1) A Troyes , le conseil général de la come mune ordonna qu’on vcrsât et mêlåt dans un même conneau toutes les boissons que les tenus recevroient du dehors, 'sous prétexte que l'égalité vouloit que la nourriture et la boisson fussent la même pour tous.

toute espèce d'aliment et boisson écoic séu vèrement interdite. Vouloit-on se plaindre? le tribunal révolutionnaire , c'est-à-dire l'échafaud , arrendoit impitoyablement le plaignant.

Le défaut de nourriture, et sur-tout sa mauvaise qualité, devoient produire des effets pernicieux sur les meilleurs tempérammens, Qu'on juge de ceux qu'ils devoient produire sur les vieillards et les inficmes.

Tant de vexations ne produisant rien on résolar d'appesantir les chaînes des déa cenus, s'il étoit possible. Le charme consolateur de l'amitié n'est nulle pårt aussi puissant que

dans ces crisces habitacions. Rapprochés par un sort semblable , bientôt on

par des sentimens réciproques. Chacun cherche autour de lui un cæur qui lui réponde, quand tout l'univers l'abandonne. Certe douce harmonie régnoit-elle entre les prisonniers ? l'administrateur se faisoit un devoir de la rompre, en les faisant transférer tous dans des maisons différenfes.

Arrachés ainsi sans cesse à leurs plus douces affections, les prisonniers gémissoient, mais en silence. C'étoit en vain

est uni

[ocr errors][merged small]

qu'on avoit tenté de porter les détenus & quelque soulèvement rumultueux, qui pût effrayer le peuple par son éclat, il fallut avoir recours à des conspirations soi-disant ourdies dans l'ombre. Une nuit, cent soixante - neuf victimes sont arrachées au sommeil, pour être traînées du Luxembourg au tribunal revolutionnaire. Qui pourroit peindre l'effroi et la consternation de ceux qui avoient vu partir de leurs chambres des camarades, des amis, des parens, pour être traînés à l'échafaud ? Cependant on vit revenir triomphans ceux qui avoient été déposer contre eux au tribunal. Des cent soixante- neuf victimes il n'y en avoir pas une seule d'acquittée. Les dénonciateurs étoient au nombre de sept. Un d'entre eux avoit rempli, presqu'à lui seul, toute la séance du tribunal ; il avoit parlé une heure et demie sur l'existence d'une prétendue conspiration au Luxembourg, dont aucun détenu n'avoit jamais eu le moindre indice; et de plus, on mit à la Concierge. rie un des premiers guichetiers du Luxembourg, pour avoir déclaré qu'il n'avoit au. cune connoissance de cette conspiration.

Chaque prison avoit son comité de délation, composé d'un certain nombre d'hommes (1), parmi lesquels on trouvoit des nobles et des personnages fort riches , qui, prisonniers en apparence , dressoient ou recevoient les listes de proscriprion, et servoient à dénoncer tour-à-tour les victimes

que l'on choisissoit. Ils montoient au greffe de la prison, fai• soient leur dénonciation : le lendemain, ils étoient mandés au tribunal avec les personnes qu'on destinoit à l'échafaud ; ils attestoient devant elles leur infâme délation, et après avoir vu partir pour le supplice des innocens dont ils avoient hâté la proscription, ils rentroient dans la prison jouir des regrets des détenus, et chercher d'autres victimes. Quand il se trouvoit un .prisonnier sur le compte duquel on n'avoit pas d'in ices certains, Fouquier Tinville disoit : Il n'y a qu'à le reinettre à la première conspiration que nous feroris. Les

(1) Un mot bien doux servoir à désigner ces monstres, On les appeloit Moutons.

conspirations prétendues étoient composées de trente , quarante, civquante personnes ; un jour même la liste en monta jusqu'à cent cinquante-six L'accusateur public avoit soin de laisser sur cette liste des places en blanc , pour ceux qui pourroient , discit-il, encore venir dans la journée augmenter le casuel. Aussi des prisonniers , qui n'écoient détenus que depuis quinze jours, étoient mis sur la liste des conspirations qui avoient existé long tems avant leur entrée ( 1 ); d'autres s'y trouvoient , qui déjà avoient été guillotinés ; d'autres qui avoient été transférés dans des prisons différentes; d'autres enfin qui avoient été élargis. Cerre mal-adresse coûta la vie à quelques dénonciateurs qui, pour avoir trop parié, furent guillouinés à

leur cour,

(1) On leur demandoit au tribunal : connoissez-vous tels er tels ? Avez vous entendu parler de cette conspiration ? L'accusé répondoić, non, Je savois bier que vous n'en conviendriez pas, disoit Fouquier , à un autre ; et ils étoient jugés à Anpr.

« PreviousContinue »