Page images
PDF
EPUB

er en dehors de la voiture. Il traversa avec majes. té tout le long corridor er une partie de la place. Les hommes qui le conduisoient avoienc les yeux. baissés, comme honteux de descendre du rang de citoyens, au rôle de sbires de la tyrannie.

On nous jeta chacun dans une voiture ; nous partons pour la Réole , cù nous devions être interrogés par des représentans. Ce corrége étoit magnifique , et beaucoup trop ; trois berlines à six chevaux, des hommes qui couroient à chcyal devant , derrière et aux portières, donnent ime idée des dilapidations qui se commettoient dans ces occasions. C'étoie la fête des chars et nous recruiâmes jusqu'aux portes de la ville beaucoup de Sans-culotres à qui leurs canurades disoient de monter ; Prends un cheval, c'est la nation

qui paye.

« A la première pause pour souper, je ne pus retenir mon indignation ; l'Espagnol et moi n'étions point attachés : le redoutable Duchâtel l'é. tait , des mains étrangères suppléoient à l'usage des siennes comprimées dans d'étroits ferremens; og le. faisoit marger. Un innoçent, un représentant du peuple , un homme vertueux dans ceç éjat, auquel son semblable insulte à ce point faisoit bouillonner mon sang, je lisois dans ses yeux, les plus expressifs que j'aie jamais vus , tout ce qui se passoit dans son ame ; je mendiois dans ses regards le signal de la résistance qui nous eût fait massacrer tous trois. Le soul,

rire amer erroit sur ses lèvres et le désespoir dans son cour. En parlant avec force contre cette indignité, je saisis , sans m'en apercevoir une bouteille dans l'attitude d'un homme qui veur la lancer ; il n'en fallut pas davantage ; aussitôt crois gendarmes me serrent ,

m'entourent comme par une manæuvre insensible. Au bour d'un quart d'heure, je n'eus plus rien à envier à mon malheureux camarade d'infortune er je fus garotté..

Arrivés à la Réole, nous y fûmes interrogés, et remis cous crois pour nous conduire à Paris, à la discrétion de deux gendarmes qui, spéculant trois dans cet abîme des vivaris , dans cette Conciergerie de Paris , reinte encor sur tous les murs du sang des victimes du 2 septembre ce où le tribunal révolutionnaire a dépassé routes les bornes connues de la scélératesse et de la férociié. Avant d'y parvenir , nous avions été présentés à toutes les prisons de Paris et ramenés pendant trois heures, du Luxembourg à la Force de la Force à l'Abbaye , dont la vue seule me fit frissonner. On nous reçut à la Conciergerie. On nous porta dans le premier guichet et l'on fit venir des serruriers pour dériver mes fers et ceux de l'Espagnol, ceux de Duchâtel érosent à vis. D'abord on m'assit sur un fauteuil , mais certe posture ne paroissant pas commode à l'011vrier , on m'étendit à cerre ; couché comme un animal exposé en vente , j'écois en butce à leurs ris insolents ; l'opération finie , je veux me re. lever ; mais n'ayant pas consulté mes forces épuisées , à mon insçu, par une longue marche, je chancèle; aucune main secourable ne se présente ; j'étois repoussé de l'un à l'autre , conime un homme ivre dont se joue la populace ; bientộc je fus séparé de mes compagnons et plongé dans le cachor le plus infect de la maison; i'r trouvai des voleurs et un assassin condamné à mort, qui croyoit gagner beaucoup en prolon-, geant sa misérable existence dans un pareil repaire , au moyen d'un appel en cassacion qui ne lui réussit pas. Le suir, trois grands guichetiers,

sur nous

2

nous affainèrent le long de la rou:e. Ah ! s'il écoir de l'esse:ce de la liberté d'avoir des gendarines , il en faudroit au moins de formés exprès pour elle. J'ai vu les roures cou. vertes de femmes attachées avec des colliers de fer au cou ; des hommes enchaînés trois à trois ; d'autres courant attachés à la queue d'un che. val, pour avoir écé ou Brissurins, ou Rolandins, ou m dérés,

On ne pouvoir rien ajoyrer à la barbarie des traires ens qu'avoit éprouvés dès le commence. met de la route , le représentant du peuple. A un relai , il apprend qu'un de ses collègues est à l'auberge ; il demande à le voir ; il obtient pour eure réponse : je n'ai pas le tems , je dîne.

Nous arrivâmes enfin à Paris. Ici s'ouvre une kçene nouvelle nous voilà donc tombés tous

ز

suivis d'épormes chiens , vinrent nous visícet. Je vis mes malheureux compagnons se presser d'aller au-devant d'eux, c'étoient en effet les sculs êtres par lesquels ils communiquoient encore avec le monde. Ce fut à la lueur de leurs flambeaux , qui apporroic la lumière dans cette eaverne, où jamais celle du soleil ne pénétroir', que je vis ec de quels hommes j'étois entouré et quelle habitation m'étoit échue en partage ; elle éroit de douze předs quarrés au plus ; mes conipagnons étoient au nombre de trois, l'un condamné pour assassinat , étoit un voleur de cinq quante ans, tout murilé par le crime, boiteux er borgne , la figure balafrée et couverte de ridos pendances ; mais il avoit des bras de fer er les épaules d'une largeur demesurée ; toor le sceau de l'homicide étoit imprimé sur sa personne, des pieds à la tête : sa voix éroït rauque et teľa rible.

Le second étoit un marchand d'argent , fabricareur de faux assignats, être dégradé, qui n'avoit pas même le ressort qui peut rester dans l'ame d'un voleur.

Le troisième étoit un jeune homme que lo libertinage avoit conduit' au' vol, auquel il раjoissoit s'être livré avec un attrait irrésistible. Ils éroient fort déguenillés et portoient

leur

profession écrire sur leurs figures sinistres. Les guicheriers les traitoient avec une sorte de buncé, Brais avec une grande supériorité protectrice.

Pous

1

tandis que

Pour moi, couché sur mon fumier, je gardois le silence. Un guicherier secoua ma jambe d'une main, et la laissa" recomber ,

de l'autre il me promenoit la chandelle devant la figure. J'ai su depuis que c'étoit la manière dont ils signaloiene les nouveaux venus. Je lui dis : si sa place se donne le droit de traiter avec cente indignité , tu as raison ; et je cournai te dos. Pendant treize jours que je suis resté dans mon cachot, je ne lui ai plus adressé la parole une seule fois , ainsi qu'à ses confrères.

Malgré leur politesse et même leur amitié pour moi , j'écois au milieu de mes compagnons , Davré de tristesse , je ne trouvois aucun rapport entre mon prétendu girondisme et leurs crimes. Nous étions absolument privés de clareé ; l'air étoit méphitique , la malpropreté, le plus grand des Aléaux, nous recouvroit pour ainsi dire de nos immondices , elles refluoient jusqu'à nous dans un terrein de douze pieds et où nous avons été entassés souvent sept à la fois. Je savois assez bien, au nioyen des arrivans, ce qui se passoic à Bicêtre , à la grande et à la petite Force , tous les vols que faisoient les petits voleurs ; mais j'ignorois ce que faisoit Robespierre, le comité de salor public et le reste du monde ; j'étois au secret le plus rigoureux ; on ne m'interrogeoir point ; le désespoir s'empara bientôt de mon ame; je m'abstenois presque entièrement de noura sture , non que je fusses bien déterminé à mous Tome XII, 39. part.

T

[merged small][ocr errors]
« PreviousContinue »