Page images
PDF
EPUB

guichets (1): ces deux guichers sont àpeu-près à trois pieds l'un de l'autre : ils sont tenus chacun par un porte-clef. Tous les porte-clefs ne sont pas admis indistinctement à l'honneur de ces premiers guichets : on choisit les plus vigoureux et ceux qui ont le coup-d'ail le plus subtil.

» Dans la première pièce, appelée guichet, au bout d'une grande table, sur un fauteuil, est le geolier ou concierge, gonverneur de ce triste séjour ; et en son absence , sa femme ou le plus ancien des porte-clefs. Ces gouverneurs-là sont de venus , dans le tems où nous sommes,

des personnages très-considérables. Les parens, amis ou amies des prisonniers, font au concierge une cour très - assidue ; on le salue très-profondément. Quand il est de bonne humeur, il sourit ; quant au contraire il est morose , il fionce le sourcil: c'est Jupiter qui fait trembler l'Olympe

(1) On appelle guichet une petite porte hauro d'environ trois pieds or demi , prariquée dans une porte plus grande.

d'un coup

d'æil : aussi les malheureux caps tifs ont-iis toujours l'attention d'épier ces bons momens , et alors on s'évercue à présenter humblement le placer.

» C'est de ce fauteuil qu'émanené les ordres pour la police de la maison : c'est à ce fauteuil que sont évoquées les querelles des guichetiers entre eux, et des guicheriers avec les prisonniers ; c'est à ce fauteuil que Jes malheureux prisonniers portent leurs humbles réclamations, quand ils obtiennent la faveur d'y écre admis; c'est de ce fauteuil que part quelquefois un regard de proteccion qui console, et souvent un coup d'æil qui foudroie.

» A main gauche , én entrant dans le guichet , est le greffe. Cette pièce est partagée en deux par des barreaux : une moitié est destinée aux écritures, l'autre moitié est le lieu où l'on dépose les con tamhés : c'est - la qu'ils ont quelqucfuis attendu trente - six heures, le moment fatal od l'exécuteur des jugemens leur fait subir les redoutables apprèrs de leur supplice:

» Du greffe on entre de plein pied, en ouvrant toutefois d'énormes portes , daris

des

[ocr errors]

sceaux

des cachots appelés la Souricière, réduits ipfects , ou d'énormes rats font une guerre continuelle aux malheureux qui y' sont renfermés, leur rongent le nez, les oreilles, mettent leurs vêtemens en pièces , et leur Favissent jusqu'à l'espoir de trouver dans le sommeil un instant d'oubli de leurs longues douleurs.

- » Le jour pénètre à peine dans ces cachors; les pailles dont se compose la li. tière des prisonniers , bientôc corrompue par le défaut d'air et par la puanteur des

en termes de prisons', griaches's. ou les prisonniers font leurs ordures, exhalent'une infection, celle que dans le greffe même, on est empoisonné lorsqu'on ouvre les portes.

Il en est ainsi des autres cachors, et c'est dans ces affreuses demeures que des hommes, reçonnys ensuite innocens, one passé des mois entiers.

» Il seroit trop pénible de parcourir en dérail cous les lieux-de cette vaste et dégoûn tanie enceinte. Les prisonniers sont , ou à la pistole

ou à la paille, ou dans les cachots ; ainsi la pauvreté est un nouveau crime, que les plus cruelles privations et

S

[ocr errors]
[ocr errors]

la plus horrible inégalité expient dans ce séjour d'horreur. Ces prisonniers ont un régime différent, les cachots ne s'ouvrent que pour donner la nourriture , faire les visites et vider les griaches.

» Les chambres de la paille ne différenc des cachots, qu'en ce que leurs malheureux habitans sont tenus d'en sortir entre huit et neuf heures du matin. On les fait rentrer environ une heure avant le soleil couché. Pendant la journée, les portes de leurs cachots sont fermées, et ils sont obligés de se morfondre dans la cour , ou de s'entasser , s'il pleut , dans les galeries qui l'entourent, où ils sont infecrés des odeurs les plus méphitiques ; du reste, même in. commodicé dans leurs hideuses demeures : point d'air, des pailles pourries, entassés jusqu'à cinquante dans un même trou, le nez sur leurs ordures, ils se communiquent les maladies, les malpropretés dont ils sont accablés. Allez visiter les cachors qui sont pratiqués dans les grosses tours qu'on apperçoit du quai de l'Horloge , ceux qu'on appelle le grand César , Bom bec, Saint - Vincent, Bel-air, et vous direz si la mort n'est pas préférable à un pareil séjour.

» C'est - là pourtant que des citoyens accusés de délits révolurionnaires, ont été confondus avec des hommes prévenus de vols et d'assassinats , avec des hommes convaincus de ces crimes , et condamnés au cbatiment qu'ils avoient mériré.

so Ne croyez pas non plus que les incommodités du logement soient les seules que les prisonniers aient à supporter ; il faudroit , pour juger jusqu'à quelle humi, liation , jusqu'à quelle dégradation on peut réduire les hommes, il faudroit assister à la fermeture des portes, et à l'appel Rominal qui la précède. Figurez - vous trois ou quatre guichetiers ivres, avec une demi-douzaine de chiens en arrêt , tenant en main une liste incorrecte qu'ils ne peuvent lire. Jis appellent un nom , personne ne se reconnoît : ils jurenr , tempêtent, menacent : ils appellent de nouveau ; on s'explique , on les aide , on parvient enfin à comprendre qui ils ont voulu nommer. Ils font entrer en comptant le troupeau : ils se trompent; alors, avec une colèietou.

« PreviousContinue »