Page images
PDF
EPUB

liberté, égalité , fraternité ou la mort; Sur une autre pancarte , également placardée en tous lieux, on voyoit ces mots : La bienfaisance, la justice et l'humanité sont à l'ordre du jour. Un étranger qui seroit tombé à Paris sans savoir ce qui s'y passoit, à l'inspection de ces mors : fraternité ou la mort, se fût imaginé qu'il n'y avoit qu'à entrer chez un citoyen et y prendre ses aises, sous peine, pour celui qui lui refuseroit l'hospitalité, d'être conduit à l'échafaud, comme un étre vil qui méritoir d'être retranché de la société des hommes. Ce comble de perfidie me rappela une phrase du philosophe de Genève : On ne parle jamais tant de liberté dans un état,

dira il, que quand la liberté n'y existe plus.

» Tout en comparant cette fraternité mise sur les portes, avec la fraternité avec laquelle mon ancien ami m'avoit reçu, j'arrivai à l'entrée du comité révolutionnaire de la secrion sur laquelle j'étais logé. Je reconnus facilement l'endroit à l'inscription qui étoit sur le lieu , au volume du drapeau tricolor qui fiotroit largement sur la porte , à l'ampleur du bonnet rouge

[ocr errors]
[ocr errors]

dont il étoit surmonté, et à la mine pati. bulaire des piquiers qui en gardoient l'entrée. Le cæur me bariir ; j'entrai cependant, puisque tout voyageur subissant une nouvelle visite aux barrières, il étoic impossible de sortir de Paris sans avoir fait riser son passeport par un comité : j'entrai.

Figurez-vous l'antre de Cacus. Après avoir traversé une petite cour flanquée de murs élevés, et aussi étroite que sombre, dans laquelle se trouvoient des espèces de coupe-jarrets, armés de sabres et de piques, je montai un escalier borgne, au haut duquel étoit une antichambre, dont étoit précédée la salle où se tenoit le comité. erte antichambre étoit encombrée de mines encore plus hideuses que celles que j'avois yues dans la cour : un goût de pipe, d'eau-de-vie et de viande, renforcé par la chaleur d'un “poële ardent , portoit

et suffoquoit ceux qui venoient de respirer l'air du dehors. Que veux - tu, me dit un de ces horribles personnages après avoir lampé une tasse pleine de vin ? Je viens faire viser un passe-port.

au ceur

[ocr errors][ocr errors]

Entre dans cette chambre, ajouta -t-il; c'étoit celle où siégeoient les membres du, comité : j'y pénètre : c'étoit pis encore que dans la précédente; même odeur fétide, même tournure de brigands : plus insolens que les premiers, sous les haillons d'une misère feinte, ils portoient un caur d'acier et le regard d'un despote : du haut en bas, rien n'étoit plus dégoûtant que leur personne. Comme on avoit préconisé le sans-culotisme, et que, loin d'afficher le luxe, on s'étoit jeté dans un excès opposé, afin de paroître pauvre et misérable, ces individus affectoient la misère. C'étoit alors à Paris une espèce de laissez-passer que d'être mal-propre, et personne assurément ne poussoit plus loin la mal-propreté que les individus devant lesquels je comparoissois. Une barbe longue er sale, des cheveux gras ep crasseux ,

des bas troués , des sabors filės , un bonnet rouge sur la tête , des habits en guenilles, les mains gluantes de saleté, le col oud er debraillé jusques à la ceinture, celle écoit l'ali ļure de ces fiers à bras, non moins igoares qu'impudens; de ces misérables tirés de la

fange od ils s'étoient faic reinarquer par leurs excès, et qui s'affublant, au milieu de leur crasse, d'un vemis d'antiquité, s'é toient appliqués des noms grecs et romains qu'ils estropioient ridiculement, dès qu'ils entreprenoient de s'appeler entre eux.

Ils ne firent point attention à moi quand je pénétrai vers eux, ils étoient occupés à donner des ordres à des alguazils , pour qu'ils allassent apposer des scellés chez des individus qu'ils avoient fait arrêter la nuir. Un des membres du comité (il paroissoir en être le président ) disoit au chef des alguazils : A ça, toi , Manliu, t'es calé, a'es des noires ? Oh! je i'en réponis , foi de brigand; touche-. C'est que je dis, faut apposer ça.....m'entends, y a de la cerchE. J'ai su depuis que

criche vouloir, dans leur jargon, signifier de l'argent.

Quand ces braves gens eurent chuchote ensemble, et que les apposeurs ou leveurs de scellés furent partis , avec un des mem• bres du comité, pour faire leur expédition, le président me fic la grace de m'appercevoir, Que veux tu?

Faire viser mon

passe-port.-D'où viens-tu? - De Ville...:

Pays d'aristocrates. Vous êtes dans l'erreur, citoyen.- Qu'appelles-tu vous ? On voit bien que dans ta commune on n'est pas au pas ; il n'y a que Pitt et Cobourg qui se donnent du vous : apprends que

dans un pays libre on doit se tutoyer. Citoyen, une autre fois je n'y manquerai pas.

Que viens-tu faire ici? Toucher de l'argent chez un monsieur de ma connoissance, et repartir.

A ce mot de monsieur qui m'échappa tant j'étois troublé, il se fit , dans le comité, une telle rumeur, que je crus tout de bon

que

c'étoit fait de ma personne , et que j'allois être incarcéré. Ah! tu viens chez un monsieur; tu es donc un monsieur aussi, toi? Mais en effet ; dis donc, Brutu, il ne manque rien à mon gaillard pour avoir toute l'encolure d'un fédéraliste ? · Moi citoyen ?

Allons, tais · toi , et fais nons approcher les témoins, que nous voyons si leur mine est aussi suspecte que la cienne.

Quels témoins me demandez-vous ? Comment, quels témoins ? Monsieur fait l'idior, ou n'y a pas de bon Dieu ! Ap

« PreviousContinue »