Page images
PDF
EPUB

descendre une personne qu'ils alloienc incarcérer , et, qu'au son de la voix, je reconnus pour être une femme: inhumains, s'écrioit-elle, après avoir 1ssassiné le père, faut-il encore arracher la mère à ses enfans , non , je ne descendrai pas...., vous me tuerez plutôt... mog Arsène.., mon enfant.... c'est moi qui le nourrissoit, il mourra.... non je ne descendrai pas.. eh bien ! oui , je descendrai..., jy vais.... mais donnez - moi mon enfont!!! mon enfant !!!

» J'avois aussi un enfant qui se nommoit Arsène, c'éroir mon dernier né, celui que ma femme allaitoie ; cette scène me fic dresser les cheveux ; la poitrine haletante, la têre perdue , je crois que, si ces bourreaux m'eussent reconnu m'eussent vu ef arrêté dans ce moment , c'étoit fait de moi , par les vérités atroces que je leur aurois dites ; mais après avoir arraché cette femme de la voiture et l'avoir jetée dans la prison , ils s'éloignèrent rapidement, parce qu'une pluie froide qui tombeit en ce moment leur permettoit pas de rest ter long-tems en place,

ne

[ocr errors]

» Comme je ne savois où aller, que d'ailleurs je ne songeois plus à me rendre nulle part , je restai près de deux heures collé au même endroit , les bras croisés sur mon estomac, et les yeux

fixés sur la porte du couvent ou certe malheureuse femme venoit d’être traînée. Cependant le timbre d'une horloge qui sonna minuit , m'arracha du vague de mes réflexions ; mes pieds étoient engourdis par le froid , je sentis ua frisson me saisir et j'essayai de marcher pour le dissiper. Mais j'avois à peine fait cent pas , qu'au débouché d'une rue, je tombai dans une patrouille qui, suivant la propbétie de mon charitable ami me rint en chartre privée, et ne consentit à me relacher , qu'après être venue au bureau des diligences, cù il y avoit du monde toute la nuit, vérifier s'il étoit vrai que j'arrivois. Le registre et mon paquet ayant attesté la vérité du fait, la patrouille me laissa dans le bureau ou je priai le commis, qui sommeilloir auprès d'un poële, de vouloir bien permettre que je parrageasse sa chambre à coucher, dans laquelle je m'endormis, étendu sur des ballors,

[ocr errors]

de joie ;

so Quand je me réveillai, c'étoit un autre commis qui étoit à la place du précédent ; ce changement me fit plaisir ; oubliant que j'étois venu chercher de l'argent, et n'étant plus tourmenté que du desir de sortir de Paris, je demandai quand il partoit une diligence pour le lieu d'où je venois d'arriver ; on me répondit qu'il en partoit une, tous les jours, à huit heures du matin; je ne m'en sentis pas je retins aussi-tôt une place; on me donna ma quitcance de paiement et,

comme il étoit sept

heures du matin , je courus déjeûner dans un café, près du bureau des voitures, et, craignant de manquer ma chère diligence , je revins me jeter dedans aussi-tôt. Les chevaux écoient mis ; on alloit partir , quand un commissaire de police demande à tous les voyageurs s'ils sont en règle. Je tire ma quitrance

- Ce n'est Quoi donc?— Votre passeport. Le voilà.

Descendez , n'êtes point en règle - Comment ? - Ce passe-port n'est pas visé du comité révolutionnaire de la section sur laquelle vous étiez logé. - Citoyen , je n'ai logé nulle

pas cela.

vous

part ; je suis arrivé hier soir, à sept heures, j'ai terminé mes affaires à huit, j'ai passé la nuit dans ce bureau, et je pars. ---- Il n'y a point d'affaire qui tienne, on ne peut quitter Paris, sans avoir fait rafraîchir son passe-port à un comité révolutionnaire ; l'arrêré de la commune est précis à cet égard, on peut , dans ce comité, avoir des notes sur vous , et il est bon que vous montriez votre figure à ceux qui sont chargés de la décomposer.

» Il fallur descendre, ce colloque ennuyoit déjà le cocher, qui fouetta ses chevaux avec humeur, et empofta , et mes es. pérances, et le prix de ma place qu'on ne me rendit point , et, par dessus le marché, mon paquet que j'oubliai de retirer de la voiture , tant j'avois la tête troublée.

» Pour cette fois, comme il faisoit jour, on me reçue dans un hôtel garni où je dis que je venois m'installer jusqu'au lendemain matin , tems auquel je me promis bien de ne pas manquer la nouvelle diligence qui devoit partir , et de suite je demandai à mon hôtesse qu'elle m'indiquât sur quelle seccion elle étoit logée, afin que

j'allasse

j'allasse faire viser mon passe-port au coinité révolutionnaire de son arrondissement. Elle m'indiqua le nom de sa section et le lieu ou siégeoit le comité, me recommandant bien de ne pas rentrer sans avoir rempli cette formalité, sans laquelle il lui seroit impossible de me donner à coucher.

» Je me mers en route : le grand jour er le monde qui avoit l'air de circuler lis brement me rendirent un peu de hardiesse, et je marchois avec assez de courage, quand je fus frappé d'une bigarrure à laquelle je ne m'attendois point. Toutes les portes , toutes les croisées étoient surmontées d'une espèce de pique, au bout de laquelle fortoit un pavillon tricolor. Quelques pas triotes, plus républicains, ou voulant paroître plus républicains que leurs voisins, avoient arboré cette flamme, et, de ce moment, comme il étoit dangereux d'être moins patriote qu'un autre , chacun avoie décoré sa fenêtre d'une banderole aux trois couleurs : j'apperçus également sur toutes les portes et à côté de ces banderolles, de grandes inscriptions coloriées, sur les quelles on lisoir ; Unité, indivisibilité,

!

« PreviousContinue »