Page images
PDF
EPUB
[ocr errors][merged small]

inutile d'entendre des témoins : mais ici le cas étoit différent, par la nature des accusés, dont les cris et les raisonnemens commençoient à soulever l'auditoire en leur faveur; ec dans la crainte d'une émeute, il ne vouloit pas les assassiner sans qu'un dém cret le lui ordonnât impérativement; ce décret devoit être son excuse et celle du tribunal aux yeux de la multitude : le décret desiré leur für envoyé.

Ce fut encore le bourreau Saint-Just qui se chargea de l'arracher à la conven. tion. Que disons-nous l'arracher ? la convention n'avoit pas osé s'opposer à ce que les prévenus fussent traduits au tribunal sans être entendus dans l'assemblée; il n'est pas douteux qu'elle n'eut pas le courage de les soustraire aux scélérats qui étoient prêrs de les frapper , à moins que par un mouvement spontané d'indignation un assentiment unanime, et par cela seul presqu'impossible, elle ne se fût à l'instant même insurgée contre la tyrannie des comités,

Saint-Just donc, immédiatement après avoir reçu la lettre de Fouquier , se rendit

M

à la convention, ou, après avoir dit que les accusés prouvoient leur crime en résistant à la justice, et en récus ani la conscience publique, il obrint un décret portant que tout prévenu qui résistera ou insultera à la justice, sera mis hors de débais $urle-champ. Vouland er Vadiet, membres du comité de sûreté générale , se chargèrent eux-mêmes de porter ce décret au tribunal. On le lut aux accusés, ils insistèrent encore pour que l'on entendit leurs témoins ; sur - le - champ on les mit hors de débats, c'est - * - dire qu'on les condamna à mort sans les avoir entendus, et de suite on les envoya à l'échafaud. (1).

(1) La note suivanie est entièrement et ellement cupiée du rapport du représentant du peu. ple Courtois, imprimé par ordre de la Convention, Paris, imprimerie nationale , floréal, an 4.

» Oli seroit tenté d'admettre une sorte de fata. lité qui préside aux destinées de quelques hommes, quand on voit deux colosses de la puissance physique et morale , Danton et Lacroix , escamorés, pour ainsi dire , par un embrion politique et Lâche , nommé Robespierre, il est vrai qu'il n'a

Danton mourut avec un courage et une fermeté héroïque, sa gaieté ne l'abandonna

rien moins failu que le cour de gibecière de Va. dier..., mais le peintre David n'auroit-il point à se reprocher aussi d'avoir trempé ses mains dans le sang

de l'innocent ? ne şeroit-ce pas lui, par hazard , qui auroit dic le matin du jour. de ce fameux jugement, è Topinot, Lebrun, Sambat , e Trinchard , jurés du tribunal révolutionnaire qui lui ayouoient franchement qu'il n'y avoit rien à la charge des accusés eţ qu'il leur répugnoit de se prononcer contre des patriotes ; Comment , vous êtes assez lâches pour "reculer ? vous êtes des modérés : est ce que l'opinion publique ne les a pas déja condamnés ! si vous hésitez encore, je cours vous dénoncer. Homme de sang , tu l'as bien mérité ce moț qui t'échappa en présence de plusieurs artistes connus : que si

c'est

que la nature t'avoir fait naitre pour l'aimer. Poursuis , amc atroce, pour. suis tes projets homicides ; vas, cours attendre au coin du café de la Régence, la fatale charetre qui conduira au supplice çes anciens amis CamilleDesmoulins er Danton , jouis de leur momenç suprême , trace, d'après leurs traits Aétris par la couleur, les caricarures les plus indécentes, insul. tes encore à ce dernier en l'indiquant du doigtet en

ru aimois le sang

point ; il consoloit Lacroix , que l'idée de sa femme et de ses enfans jecoit dans une douleur extrême ; il consoloic Camille , qui ne pouvoit se faire à l'idée d'aller à la mort comme conspirateur ; il plaisantoit Fabre-d'Églantines , qui étoit enveloppé d'une mélancolie dont rien ne pouvoir le distraire. La multitude ne vît pas leur supplice avec plaisir , et le silence du peuple sur ce crime des comités, fut cause , qu'en frappant chaque jour tant d'autres victimes, ils n'osèrent plus frapper aussi subitement d'autres membres de l'assemblée.

Quoi qu'il en soit, ces individus marquans abattus,

il n'étoit

pas

difficile aux comités de se défaire d'autres hommes moins prépondérans qui les gênoient encore , parce qu'ils avoient voulu mettre un

peut - être

[ocr errors]

criant de routes tes forces, le voilà le scélérat! c'est ce scélérat qui est le grand juge! Ce souve. nir déchirant m'a fait verser bien des larmes, j'ai regretté plus d'une fois qu'avec un ceur aussi gangrené, ce monstre ait déployé dans son art tant de talent.... que je le plains de les possá der à ce prix »

[ocr errors]

terme à la tyrannie comitoriale , dont ils avoient prévu qu'ils seroient frappés. De ce nombre étoit le fameux Chaumette dont le plus grand crime, aux yeux

des comités, étoit d'avoir rassemblé autour de lui tous les présidens des comités révoltztionnaires de Paris , dont il avoit voulu faire

usage pour s'insurger contre Robespierre qui le menaçoit de longue main: on lui adjoignit Grammont, père et fils , l'exévêque de Paris Gobel, Arthur - Dillon, Lacombe, Lambert, Lapalue, la veuve Camille - Desmoulins , intéressante par ses grâces et sa beauté, intéressante par l'amour qu'elle avoit pour son mari , auquel elle se fit un plaisir de ne pas survivre ; on lui adjoignit aussi la veuve Hébert, et beaucoup d'autres individus peu connus, qui furent ainsi que lui , traînés à la guillotine , huic jours après l'assassinat de Danton. Les motifs de leur condamnation étoient qu'ils avoient voulu détruire le gouvernement républicain , et donner un tyran à la France. Assurément, si Chaumette étoit coupable de quelque crime, ce n'étoit pas de celui-là.

« PreviousContinue »