Page images
PDF
EPUB

ce moment

>

convention eûc eu le courage de convertir cette proposition en décret, et que Danton et Camille, tirés de leurs cachors, eussent paru à la tribune , il n'est pas douteux, disons-nous, que leur présence n'eût rallumé l'énergie de leurs collègues, et de

Robespierre et ses comités étoient pulvérisés. Robespierre le savoic bien : Robespierre n'ignoroit pas que Danton pouvoit encore beaucoup dans son cachot , et que tant qu'il respireroir, il y auroic tout à craindre pour lui. Il entra à l'assemblée au moment ou Legendre achevoic de parler. Furieux de ce qu'on ose résister aux ordres absolus des comités de gouverneinent, il roule des regards menaçans sur tous ceux qu'il soupçonne de vouloir ravir à ses griffes sanglantes la proie qu'il se dispose à dévorer ; il ose proclamer traîtres à la patrie , ceux qui veulent apo puyer la proposition de Legendre, er demande impérieusement la question préa. lable, Legendre est obligé de se taire ; et quand il eûr insisté, il n'eût fait qu'appeler la hache sur sa tête, sans pouvoir sauver celle de son ami,

Danton, Camille. Desmoulins, Phelippeaux, Lacroix, Hérault de Séchelles, Fabre-d'Églantines arrêtés, il falloir bien ourdir une grande conspiration, dont tous ces conventionnels seroient les agens; il falloit ourdir cette trame très-promptement; le moindre retard pouvoit être funeste à Robespierre, au comité de salut public. Le verbeux Saint-Just en fur encore chargé: c'étoit particulièrement Danton qu'il falJoit "noircir,, déchirer , rendre hideux ; il n'épargna rien pour y parvenir; il l'accusa d'avoir servi la tyrannie; d'avoir été vendu à d'Orléans er à Dumourier ; d'avoir été du parti de Lafayette et de Brissor; d'avoir été couler d'heureux jours à Arcis-surAube, pendant que les patriotes étoient persécutés ; d'avoir voulu se coucher dans la nuit qui précéda la journée du 10 août ; d'avoir fair nommer d'Orléans et Fabred'Églantines à la convention; d'avoir enrichi, pendant son ministère , ce même Fabre-d'Églantines , qui, à cette époque, prêchoit tout haut le fédéralisme ; d'avoir protégé Vergniaux et la Gironde ; d'avoir empêché Duport-du- Tertre d'être assas,

siné dans une émeute; enfin, d'avoir été }'ennemi de Marat et l'ami intime de Lacroix , conspirateur depuis long-tems dé. crié, avec l'ame impure duquel on ne pouvoit être uni que par le næud qui associe des conjurés ; et pour terminer cette lon: gue suite de crimes que nous ne faisons qu'analyser très-succinctement, Saint-Just ajoutoit que Daoton étoit un homme si corrompu et si pervers, qu'il comparoit l'opinion publique à une femme de mauvaise vie; que, selon lui, l'honneur n'étoit qu'un ridicule, la gloire et la postérité qu'une sortise.

Danton et les cinq autres députés que nous venons de nommer furent donc traduits aussi - tôt devant le tribunal révolutionnaire : on leur amalgama Delaunay d'Angers, Chabor, Bazire , d'Espagnac, Junius Frey , Étienne Frey , Gasman et d'autres individuš moins connus. Interroa gés, comme c'étoit l'usage, sur leur nom demeure et profession, Camille répondit ; Fc J'ai l'âge du sans-culotte Jésus , trentetrois ans quand il mourut ». Danton :c Ma demeure sera bientôt dans le néant ; quant

[ocr errors]

à mon nom, vous le trouverez dans le Panthéon de l'histoire 20. Hérault de Séchellesi « Je m'appelle Marie Jean, noms peu fameux parmi les saints ; je siégeois dans cette salle, où j'étois détesté des parlemenmentaires 23. Le tribunal révolutionnaire ténoit effectivement ses séances dans le lieu où avoit siégé le parlement de Paris, donc Hérault oir été membre.

Les accusés demandèrent que le rapport fait contre eux par Saint Just leur füc communiqué; on accéda à leur demande; mais après en avoir entendu la lecture , ils déclarérent formellement qu'ils ne s'expliqueroient pas , qu'ils ne répondroient pas aux calomnies qui étoient dirigées contie cux, tant que les membres des comités de gouverneinent ne seroient pas présens aux débars, affu qu'ils pussent s'expliquer avec eux, et nommément avec Robespierre's Couthon et Saint-Just. Ils en appelèrent au peuple et crièreut contre la tyraonie des comités de gouvernement avec tant de force, que le président du tribunal révolubonnaire , Herman, et l'accusareus Fous

[ocr errors]

quier , se décidèrent à en référer aux comités.

Ils écrivent en conséquence à Robespierre et à ses complices, qu'un orage terrible gronde au tribunal révolutionnaire depuis que la séance est commencée ; que les accusés réclament, comme des forcenés, l'audition de témoins à décharge ; qu'ils en appellent au peuple du refus qu'ils précendent éprouver ; que, malgré la fermeté du tribunal, leurs réclamations multipliées troublent la séance, et qu'ils annoncent hautement qu'ils ne se tairont pas que les té moins qu'ils demandene ne soient entendas. Herman et Fouquier invitent en conséquence les comités à leur tracer définitive ment une règle de conduite sur cette réclamation, l'ordre judiciaire ne leur fournissant aucun moyen de motiver ce refus, Cette excuse de Fouquier n'étoit qu'on subterfuge de sa part ; car dans l'affaire de la Gironde et le procès de Custine et de tant d'autres , il avoit bien su déclarer, pour assassiner son monde, que le tribunal étoit suffisammenc instruit , et qu'il étoit

inurile

[ocr errors]
« PreviousContinue »