Essais historiques sur Paris

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 127 - ... roides, en forme de barbe de chat. Enfuite, on ne retint que ces deux mouftaches , avec un petit toupet de poil au milieu , & tout le long de la lèvre inférieure. Le Maréchal de Baflbmpierre difoit que tout le changement qu'il avoit trouvé dans le monde , après douze ans de prifon , étoient que les hommes n'avoient plus de barbe, & les chevaux plus de queue.
Page 114 - H affectoient de joindre aux couleurs de leurs livrées particulières, une petite bande ou petit galon, plus ou moins large , de la livrée de leur Seigneur. Voilà pourquoi l'on remarque communément du verd foncé dans les livrées de la Noblefle de Flandres & de la moitié de la Picardie ; du verd...
Page 65 - Peuple , &c fur laquelle il s'appuyoit pour entendre les griefs. Voilà l'origine des Barrières qu'on voit devant différens Hôtels. Le Cardinal de Rohan , comme Grand- Aumônier, en avoit une devant fon Hôtel , rue du Temple ; il n'y en a point devant l'Hôtel de Soubife. Il y en a une devant l'Hôtel d'Armagnac , parce que le Grand-Ecuyer y loge ; il n'y en a point devant les Hôtels des autres Princes de la maifon de Lorraine.
Page 162 - Maître , & qu'il tâcheroitde les faire rétablir dans leurs mêmes charges & fondions. On ne fait ordinairement les Funérailles de nos Rois , que quarante jours après leur mort; on expofe, pendant ces quarante jours, leur image en cire , à la vue du Peuple , fur un lit de parade (i) , & dans tout l'éclat de la Majefté ; on continue de les fervir aux heures des repas , comme s'ils •étoient encore vivans : Etant la table...
Page 253 - Com» pagnie , hors d'âge , très-beau & du plus grand >• feu , ayant tout-à-coup les dents ufées au point » de ne pouvoir plus mâcher le foin , & broyer » fon avoine , fut nourri pendant deux mois , & » l'eût été davantage , fi on l'eût gardé , par les » deux Chevaux de droite & de gauche, qui •» mangeoient avec lui; que ces deux Chevaux
Page 418 - Jamais la Nature n'a produit de végétaux , dont l'ufage fe foit étendu fi rapidement & fi univerfellement , que le Tabac : mais il a eu fes Adverfaires , ainfi que fes Partifans. Un Empereur Turc, un Czar de Ruffie , un Roi de Perfe , le défendirent à leurs Sujets fous peine de perdre le nez ou même la vie. Urbain VIII excommunia, par une Bulle , ceux qui en prenoient à l'Églife. Jacques I , Roi d'Angleterre, fe contenta de compofer un gros livre , pour en faire connoître les dangers. La...
Page 417 - Sorbonne , que l'Auteur avoir eu la 'fatisfadt-ion de voir conclure , qu'il étoic licite , dans la vue d'être utile au Public , de faire des expériences de cette pratique. La même Lettre fuppofe que M. Dodard , & plufieurs de nos plus célèbres Médecins , tels que feu M. Chirac, M. Helvétius , premier Médecin de la Reine , & M. Aftruc , alors Profefleur à Montpellier , approuvoient la nouvelle méthode. Mais les bruits exagérés de fes...
Page 160 - Panon du Roi. M. le Grand Écuyer, apportez l'Épée Royale, M. le Grand & premier Chambellan -, apportez la Bannière de France. M. le Grand-Maître & Chef du Convoi , venez faire votre office. M. le Duc de Luynes , apportez la Main de Juftice. M. le Duc de Ventadour, apportez le Sceptre Royal. M. le Duc d'Uzès , apportez la Couronne Royale. Ces trois Ducs apportèrent la Main de Juftice
Page 427 - Gentilhomme , chargé de propofer ce mariage , reçut pour récompenfe un fouffler, & penfa s'attirer un traitement encore plus défagréable. Le Comte de Soiflbns déclara qu'il n'épouferoit jamais les reftes de ce galeux de Combalet. Le Cardinal voulut prouver au Prince , que la jeune Veuve étoit encore Vierge. Le principal argument dont il fe fervit, fut l'anagramme tirée du nom de fa nièce , qui s'appeloit Marie de Vignerots, où l'on trouve ces mots: Vierge de fon mari. Le Prince ne fe laiffa...
Page 93 - Leur objet étoit de prouver l'excès de leur amour, par une opiniâtreté invincible à braver les rigueurs des faifons. Les Chevaliers , les Écuyers , les Dames & les Demoifelles , qui étoient initiés dans le nouvel Ordre, devoient, fuivnnt leur Inftitut, fe couvrir très-légèrement dans les plus grands froids, très-chaudement dans les plus ardentes chaleurs.

Bibliographic information