Page images
PDF
EPUB

L'affaire des Oracles n'en auroit pas, à ce que je croi, de bien considérables, si nous ne les y avions mises. Elle étoit de sa nature une affaire de Religion chés les Payens , elle en est devenuë une sans néceslité chés les Chrétiens, & de toutes parts on l'a chargée de préjugés, qui ont obscurci des vérités fort claires. J'avouë

que

les préjugés ne sont pas communs d'eux-inêmes à la vraye & aux fausses Religions. Ils regnent nécessairement dans celles qui ne sont l'ouvrage que de l'esprit hu nain , mais dans la vraye , qui est un ouvrage de Dieu seul, il ne s'y en trouveroit jamais aucun , sice même esprit humain pouvoit s'empêcher d'y toucher, & d'y meler quelque chose du sien. Tour cc qu'il y ajoute de nouveau, que fercitce que des préjugés fans fondement ? Il n'est pas capable d'ajouter rien de réel & de solide à l'Ouvrage de Dieu.

Cependant ces préjugés qui entrent dans la vraye Religion, trouvent, pour ainsi dire , le moyen de se faire contoudre avec elle, & de s'attirer un repetes qui n'est dû qu'à elle seule. Onko

de peur d'attaquer sa

[ocr errors]

les attaquer,

même-tems quelque chose de sacré. Je ne reproche point cet excès de Religion à ceux qui en font capables , an contraire je les en loue, mais enfin quelque louable que soit cet excès , on ne peut disconvenir que le juste milica ne vaille encore mieux , & qu'il ne soit plus raisonnable de démêler l'Erreur d'avec la Vérité, que de respecter l'Erreur mêlée avec la Vérité.

Le Christianisme a toujours été par lui – même en état de se passer de fauffes preuves , mais il y est encore préfentement plus que jamais , par les soins que de grands Hommes de ce Siécle ont pris de l'établir sur ses véritables fondemens, avec plus de force que les Anciens n'avoient jamais fait, Nous devons étre remplis sur notre Religion d'une juste confiance, qui nous faffe rejetter de faux avantages qu'un autre Parti que

le nôtre pourroit ne pas négliger.

Sur ce pied-là, j'avance hardiment que les Oracles , de quelque nature qu'ils ayent été, n'ont point été rendus par

les Démons, & qu'ils n'ont point ceffe à la venue de Jesus-Christ. Chacun de ces duux Points mérite bien une Differtation.

[ocr errors][merged small][merged small]

Que les Oracles n'ont point été rendus

par

les Démons.

Il eft constant qu'il y a des Demons,

[ocr errors][ocr errors]

des Genies mal-faisans, & condamnés à des tourmens éternels. La Religion nous l'apprend, la raison nous apprend ensuite

que ces Demons ont pú rendre des Oracles, si Dieu le leur a permis ; il n'est question que de sçavoir s'ils ont reçû de Dieu cette permission.

Cen'est donc qu'unPoint de fait dont il s'agit; & comme ce Point de fait a uniquement dépendu de la volonté de Dieu, il étoit de nature à nous devoir être revelé, fi la connoiffance nous en eût été neceflaire.

Mais l'Ecriture Sainte ne nous apprend en aucune maniere que les Oracles ayent été rendus par des Demons,

[ocr errors][ocr errors]

& dès lors nous sommes en liberté de prendre partisur cette matiere; elle est du nombre de celles que la Sagesse Divine a jugées affés indifferentes pour les abandonner à nos disputes.

Cependant les avis ne font point partagés; tout le monde tient qu'il y a eu quelque chose de surnaturel dans les Oracles. D'où vient cela? La raison en est bien aisée à trouver pour ce qui regarde le tems present. Ona crû dans les premiers Siecles du Christianisme, que les Oracles étoient rendus par des Demons, il ne nous en faut pas davantage pour le croire aujourd'hui. Tout ce qu'ont dit les Anciens, soit bon , soit mauvais, est fujer à être bien repeté, & ce qu'ils n'ont pů eux-mémes prouver par des raisons luffisantes, se prouve à present par leur autorité seule. S'ils ont prévú cela , ils ont bien fait de ne se pas donner toujours la peine de raisonner fi exactement.

Mais pourquoi tous les premiers Chrétiens ont-ils crû que les Oracles avoient quelque chose de surnaturel ? Recherchons-en presentement les raifons ; nous verrons ensuite , si elles étoient affés folides.

CHAPITRE I.

Premiere Raison , pourquoi les anciens Chrétiens ont crú

que

les Oracles étoient rendus par les mons. Les Histoires surprenantes qui couroient

sur le fait des Oracles des Génies. L;

'Antiquité est pleine de je ne sçai combien d'Histoires surprenantes & d'Oracles qu'on croit ne pouvoir attribuer qu'à des Genies. Nous n'en rapporterons que quelques exemples, qui representeront tout le reste.

Tout le monde sçait ce qui arriva aur Pilote Thamus. Son Vaisseau étant un foir vers de certaines Illes de la Mer Egée, le vent cessa tout-à-fait. Tous les Gens du Vaisseau étoient bien évcillés, la plupart même pasfoient le tems å boire les uns avec les autres , lorsqu'on entendit tout d'un coup une voix qui venoit des Illes , & qui appelloit Thamus. Thamus se laifla appeller deux fois

« PreviousContinue »