Page images
PDF
EPUB
[ocr errors]
[ocr errors]

prouvois les choses, répondis-je, qu'avec de petits raisonnemens doux, & accommodés à votre usage ; en eussaije employé d'ausfi solides & d'aussi robultes que si j'avois eu à attaquer un Docteur ? Oüi , dit-elle , prenés-moi présentement pour un Docteur & voyons cette nouvelle preuve du mouvement de la Terre.

Volontiers , repris-je , la voici. Elle me plaît fort , peut-être parce que je croi l'avoir trouvée ; cependant elle est si bonne & fi naturelle, que je n'oserois m'assurer d'en être l’Inventeur. Il est toujours fûr qu'un Sçavant entêté qui y voudroit répondre , seroit réduit à parler beaucoup , ce qui est la seule maniere dont un Svavant puisse être confondu. Il faut ou que tous les Corps Célestes tournent en vingt-quatre heures autour de la Terre, ou que la Terre tournant sur elle-même en vingt

attribuë ce mouveinent à tous les Corps Célestes. Mais qu'ils ayent réellement cette révolution de vingt-quatre heures autour de la Terre, c'est bien la chose du monde où il y a le moins d'apparence , quoique l'absurdité n'en faute

pas

d'abord

quatre heures

[ocr errors]

aux yeux. Toutes les Planetes font certainement leurs grandes révolutions autour du Soleil ; mais ces révolutions font inégales entre elles, selon les diftances où les Planetes font du Soleil ; les plus éloignées font leurs cours en plus de tems , ce qui est fort naturel. Cet ordre s'observe même cntre les pe. tites Planetes subalternes qui tournent autour d'une grande. Les quatre Lunes de Jupiter , les cinq de Saturne, font leurs cercles en plus ou moins de tems autour de leur grande Planete, selon qu'elles en sont plus ou moins éloignées. De plus, il est sûr que les Planetes ont des mouvemens sur leurs -propres centres, ces mouvemens sont encore inégaux, on ne sçait pas bien sur quoi se regle cette inégalité, si c'est ou sur la différente grosseur des Planetes, ou sur leur différente folidité, ou sur la différente vîtesse des Tourbillons particuliers qui les enferment, & des niatieres liquides où elles sont portées, mais enfin l'inégalité est très-certaine , & en général, tel est l'ordre de la nature , que tout ce qui est commun à plusieurs choses, se trouve en mêmetems varié

par

des différences particulieres.

Je vous entens, interrompit la Marquise , & je croi que vous avés raison. Oui, je suis de votre avis ; si les Planetes tournoient autour de la Terre, elles tourneroient en des tems inégaux selon leurs distances, ainsi qu'elles font autour du Soleil ; n'est-ce pas ce que vous voulés dire ? Justement, Madame, repris-je ; leurs distances inégales à l'égard de la Terre devroient produire des différences dans ce mouvement prétendu autour de la Terre ; & les Etoiles Fixes qui font si prodigieusement éloignées de nous, si fort élevées au-dessus de tout ce qui pourroit prendre autour de nous un mouvement général, du moins situées en lieu où ce mouvement devroit être fort affoibli , n'y auroit-il pas bien de l'apparence qu'elles ne tourneroicnt pas autour de nous en vingt-quatre heures , comme ła Lune qui en eft fi proche ? Les Cometes qui font étrangeres dans notre Tourbillon, qui y tiennent des routes fi différentes les unes des autres, qui ont aussi des vîtesses fi différentes , ne devroient-elles

pas être dispensées de tourner toutes autour de nous dans ce même-tems de vingt-quatre heures ?

1

Mais non

Planetes , Etoiles Fixes, Cometes, tout tournera en vingt-quatre heures autour de la Terre. Encore, s'il y avoit dans ces mouvemens quelques minutes de différence , on pourroit s'en contenter; mais ils seront tous de la plus exacte égalité, ou plûtôt de la seule égalité exacte qui soit au monde ; pas une minute de plus ou de moins. En vérité, cela doit être étrangement suspect.

Oh ! dit la Marquise , puisqu'il est possible que cette grande égalité ne soit que dans notre imagination , je me tiens fort füre qu'elle n'est point hors de là. Je suis bien-aise qu'une chose qui n'est point du genie de la Nature , retombe entierement sur nous, & qu'elle en soit déchargée, quoique ce soit à nos dépens. Pour moi, repris-je , je suis fi ennemi de l'égalité parfaite, que je ne trouve pas bon que tous les tours que la Terre fait chaque jour sur ellemême , soient précisément de vingtquatre heures , & toujours égaux les uns aux autres ; j'aurois affés d'inclination à croire qu'il y a des differences. Des differences, s'écria-t-elle ! & nos Pendules ne marquent - elles pas une

entiere

entiere égalité ? Oh! répondis-je, je récuse les Pendules ; elles ne peuvent pas

elles-mêmes être tout-à-fait justes, & quelquefois qu'elles lc feront en marquant qu'un tour de vingt-quatre heures sera plas long ou plus court qu'un autre, on aimera mieux les croire dére. glées que de foupçonner la Terre de quelque irregularité dans ses révolutions. Voilà un plaisant respect qu'on a pour elle, je ne me fierois guere plus à la Terre qu'à une Pendule ; les mêmes chofes à peu près qui déregteront l'unc, déregleront l'autre ; je croi seulement qu'il faut plus de tems à la Terre qu'á uine Pendule pour se déregler sensiblement, c'est tout l'avantage qu'on lui peut accorder. Ne pourroit-clle pas peu à peu s'approcher du Soleil ? Et alors se trouvant dans un endroit où la matiere seroit plus agitée, & le mouvement plus rapide, elle feroit en moins de tems fa double révolution & autour du Soleil,& autour d'elle-même. Les années feroient plus courtes , & les jours ausli, mais on ne pourroit s'en appercevoir , parce qu'on ne laiflcroit

pas ger toujours les années en trois cens Loixante & cinq jours, & les jours en Tome II.

Q

de parta

« PreviousContinue »