Page images
PDF
EPUB

dans Saturne, car vous m'avés dit

quc tout le monde étoit fou dans Mercure. Si on n'est

pas bien sage dans Saturno, repris-je, du moins selon toutes les apparences , on y est bien flegmatique. Ce sont gens qui ne sçavent ce que c'est que de rire , qui prennent toujours un jour pour répondre à la moindre queftion qu'on leur fait, & qui eussent trouvé Caton d'Utique trop badin & trop folâtre.

Il me vient une pensée, dit-elle. Tous les Habitans de Mercure font vifs, tous ceux de Saturne sont lents. Parmi nous les uns font vifs, les autres lents; cela ne viendroit-il point de ce que notre Terre étant justement au milieu des autres Mondes, nous participons des extrêmités ? Il n'y a point pour les Hommcs de Caractère fixe & déterminé; les uns font faits comme les Habitans de Mercure , les autres comme ceux de Saturne, & nous sommes un mélange de toutes les especes qui fe trouvent dans les autres Planetes. J'aime aftes cette idée, repris-je , ncus formons un affemblage fi bizarre, qu'on pourroit croire que nous serions ramaffes de pluficurs Mondes differens. A ce conte il elt afsés commode d'être ici, on y voit tous les autres Mondes en abregé.

Du moins, reprit la Marquise, une commodité fort réelle qu'a notre Monde par la situation, c'est qu'il n'est ni si chaud

que

celui de Mercure ou de Venus, nifi froid

que

celui de Jupiter ou de Saturne. De plus nous sommes juftement dans un endroit de la Terre ou nous ne sentons l'excès ni du chaud ni du froid. En verité si un certain Philosophe rendoit grace à la Nature d'être Homme & non pas Bête , Grec, & non pas Barbare, moi je veux lui rendre grace d'être sur la Planete la plus temperéc de l'Univers, & dans un des lieux les plus temperés de cette Planete. Si vous m'en croyés, Madame, répondisje, vous lui rendrés grace d'être jeune & non pas vieille; jeune & belle, & non pas jeune & laide; jeune & belle Francoise, & non pas jeune & belle Italiene. Voilà bien d'autres sujets de reconnoissance , que ceux que vous tirés de la situation de votre Tourbillon, ou de la temperature de votre pays.

Mon Dieu ! repliqua-t-elle , laissésmoiavoir de la reconnoiffance sur tout, jusques sur le Tourbillon ou je suis pla

0 4

cée. La mesure de bonheur qui nous a été donnée , eft affés petite, il n'en faut rien perdre, & il est bon d'avoir

pour les choses les plus communes, & les moins considerables un goût qui les mette à profit. Si on ne vouloit que des plaisirs vifs, on en auroit peu, on les attendroit long-tems , & on les payeroit bien. Vous me promettés donc , repliquai - je, que fi on vous propofoit de ces plaisirs vifs , vous vous fouviendriés des Tourbillons & de moi & que vous ne nous negligeriés pas tout-à-fait ? Oui, répondit-elle , mais faites

que la Philofophie me fournisle toujours des plaisirs nouveaux. Du moins pour demain, répondis-je,j'espére qu'ils ne vous manqueront pas. J'ai des Etoiles Fixes, qui passent tout ce que vous avés vú jusqu'ici.

CINQUIE’ME SOIR.

Que les Etoiles Fixes sont autant de Soleils, dont chacun éclaire

un Monde. L

A Marquise sentit une vraye impatience de sçavoir ce que les Étoiles Fixes deviendroient. Seront-elles habitécs comme les Planetes, me dit-elle ? Ne le seront-elles pas? Enfin qu'en ferons-nous ? Vous lc devincriés peutétre , si vous en aviós bien envie répondis je. Les Etoiles Fixes ne sçautroient être moins éloignées de la Terre, que de vingt-sept mille six cens soixante fois la distance d'ici au Soleil qui est de trente-trois millions de lieuës, & fi vous fâchiés un Astronome, il les mettroit encore plus loin. La distance du Soleil à Saturne, qui est la Planete la plus éloignée, n’elt que trois cens trente millions de lieues ; ce n'est rien par rapport à la distance du Soleil ou de la Terre aux Etoiles Fixes , & on ne prend

pas

[ocr errors]

pas la peine de la conter. Leur lumiere, comme vous voyés , est assés vive & assés éclatante. Si elles la recevoient du Soleil , il faudroit qu'elles la reçussent déja bien foible après un si épouvantable trajet ; il faudroit que par une réflexion qui l'affoibliroit encore beaucoup, elles nous la renvoyassent à cette même distance. Il seroit impoflible qu'une lumiere qui auroit essuyé une réflexion, & fait deux fois un semblable chemin, eût cette force & cette vivacité qu'a celle des Etoiles Fixes. Les voilà donc lumineuses par elles-mêmes, & toutes, en un mot, autant de Soleils.

Ne me trompai-je point , s'écria la Marquise, ou da je vois où vous me voulés mener? M'allés-vous dire : Les Etoiles Fixes sont autant de Soleils, notre Seleil est le centre d'un Tourbillon qui tourne autour de lui , pourquoi chaque Etoile Fixe ne sera-t-elle pas ausi le centre d'un Tourbillon qui aura un mouvement autour d'elle ? Notre Soleil a des Planetes qu'il éclaire , pourquoi chaque Etoile Fixe n'en aura-t-elle pas aussi qu'elle éclairera ? Je n'ai à vous répondre, lui dis-je, que ce que répondit Phedre à Enone, c'est toi qui l'as nommé.

Mais , reprit-elle , voilà l'Univers si
Tome II.

N

« PreviousContinue »