Revue germanique, publ. par C. Dollfus et A. Nefftzer [afterw] Revue germanique, française et étrangère [afterw.] Revue germanique et française [afterw.] Revue moderne, Volume 46

Front Cover
Charles Dollfus
1868
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 45 - Quand on arriva au lieu d'exécution, on proposa encore aux victimes la vie pour leur abjuration. Un bourreau imagina de dire à un père que, s'il ne cédait pas, il couperait la gorge à ses deux fils sur sa poitrine. C'étaient deux petits garçons, dont l'aîné avait quatorze ans, et qui, rouges de leur propre sang, les chairs calcinées, écoutaient froidement le dialogue; le père répondit, en se couchant par...
Page 338 - Poète, prends ton luth ; c'est moi, ton immortelle, Qui t'ai vu cette nuit triste et silencieux, Et qui, comme un oiseau que sa couvée appelle, Pour pleurer avec toi descends du haut des cieux.
Page 255 - ... malhonnête, et je le rétracte .pour l'habitante de la Maisonnette... « Je veux cesser mes tristes exclamations, et vous parler de vous, qui êtes heureux et qui, au milieu des nuages de toute espèce qui couvrent notre horizon, m'offrez un point de vue consolant et doux. Oh! soignez bien cette plante rare qu'on nomme le bonheur ! c'est si difficile à acquérir , et c'est peut-être impossible à retrouver!
Page 338 - Quel que soit le souci que ta jeunesse endure, Laisse-la s'élargir, cette sainte blessure Que les noirs séraphins t'ont faite au fond du cœur: Rien ne nous rend si grands qu'une grande douleur Mais, pour en être atteint, ne crois pas, ô poète, Que ta voix ici-bas doive rester muette.
Page 294 - Charles et son gouvernement ne suivissent pas une marche mieux calculée pour répondre à l'attente et au vœu de la nation. J'étais bien loin, pourtant, de prévoir les prodigieux...
Page 294 - Je voyais à quel point cette composition était odieuse et suspecte à la nation, et je partageais l'inquiétude générale sur les mesures que nous devions en attendre. Néanmoins, l'attachement aux lois, l'amour de l'ordre, ont fait de tels progrès...
Page 294 - Charte et de nos institutions, qu'il était impossible d'obtenir, il aurait suffi d'un peu de prudence et de modération, pour que ce gouvernement pût aller longtemps comme il allait. Mais, depuis le 8 août 1829, la nouvelle composition du nouveau ministère m'avait fort alarmé.
Page 295 - Il n'échappera pas à la perspicacité de Votre Majesté ni à sa haute sagesse que pour atteindre ce but salutaire, il est bien désirable que les affaires de Paris soient envisagées sous leur véritable aspect, et que l'Europe rendant justice aux motifs qui m'ont dirigé , entoure mon gouvernement de la confiance qu'il a droitd'inspirer.
Page 296 - Majesté a exprimé d'entretenir des 1 relations de paix et d'amitié avec tous les États de l'Europe, tant qu'elles seront basées sur les traités existants et sur la ferme volonté de respecter les droits et obligations, ainsi que l'état de possession territoriale qu'ils ont consacrés; l'Europe y trouvera une garantie de la paix, si nécessaire au repos de la France elle-même. Appelé, conjointement avec mes alliés, à cultiver avec la France, sous son gouvernement...
Page 325 - Banquet (Convito), composé après coup, Dante a exprimé nettement quel était le caractère symbolique de la dame Consolatrice, en parlant d'elle en ces termes : « La dame dont je suis devenu amoureux après « mon premier amour, fut la très belle et la très humble « fille de l'Empereur de l'univers, à laquelle Pythagore a

Bibliographic information