Essai philosophique concernant l'entendement humain: où l'on montre quelle est l'étendue de nos connoissances certaines, et la manière dont nous y parvenons ...

Front Cover
Chez Pierre Mortier, 1729 - Intellect - 595 pages

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 28 - Par exemple, ce grand principe de morale, qui nous ordonne de faire aux autres ce que nous voudrions qui nous fût fait à nous-mêmes , eft beaucoup plus recommandé que pratiqué.
Page 97 - Le pénétrant et judicieux auteur de cette « question répond en même temps que non; car, « ajoute-t-il, bien que cet aveugle ait appris par « expérience de quelle manière le globe et le cube « affectent son attouchement, il ne sait pourtant
Page 61 - C'est ainsi que nous acquérons les idées que nous avons du blanc , du jaune, du chaud, du froid, du dur, du mou, du doux, de l'amer, et de tout ce que nous appelons qualités sensibles.
Page 97 - ... rence. de la figure sensible des corps, nous « mettons aussitôt à la place de ce qui nous pa< raît, la cause même de l'image que nous voyons, « et cela en vertu d'un jugement que la coutume « nous a rendu habituel; de sorte que joignant à « la vision un jugement que nous confondons « avec elle , nous nous formons l'idée d'une figure
Page 4 - ... toutes les différentes profondeurs de l'Océan : il suffit qu'il sache que le cordeau est assez long pour trouver fond en certains endroits de la mer qu'il lui importe de connaître pour bien diriger sa course, et pour éviter le bas-fond qui pourrait le faire échouer.
Page 334 - Et je suis tenté de croire qu'il s'élève souvent de grandes disputes et qu'il s'introduit bien du galimatias dans le discours des hommes pour ne pas songer à cela. Ces célèbres vétilles dont on fait tant de bruit dans les écoles, sont venues de ce qu'on n'a pas pris garde à cette différence qui se trouve dans les idées. Les plus grands maîtres dans l'art...
Page 439 - ... être créée qu'en vertu du bon plaifir & de la bonté » du Créateur. Je ne vois pas quelle contradiction » il ya que Dieu , cet être penfant , éternel , & tout» puiflant, donne, s'il veut, quelques degrés de fen...
Page 129 - Que la notion que nous avons de la succession et de la durée vienne de cette source , je veux dire de la réflexion que nous faisons sur cette suite d'idées que nous voyons paraître l'une après l'autre dans notre esprit , c'est ce qui me semble suivre évidemment de ce que nous n'avons aucune perception de la durée qu'en considérant cette suite d'idées qui se succèdent les unes aux autres dans notre entendement.
Page 26 - Je vous avoue que la nature a mis dans tous les hommes l'envie d'être heureux, et une forte aversion pour la misère. Ce sont là des principes de pratique véritablement innés, et qui, selon la destination de tout principe de pratique, ont une influence continuelle sur toutes nos actions. Mais ce sont là des inclinations de l'âme vers le bien, et non pas des...
Page 89 - Dieu peut attacher telles idées (comme celle de chaleur) à des mouvemens, avec lesquels elles n'ont aucune ressemblance, qu'il est difficile de concevoir qu'il a attaché l'idée de la douleur au mouvement d'un morceau de fer qui divise nostre chair, au quel mouvement la douleur ne ressemble en aucune maniere.

Bibliographic information