La palingénésie philosophique, ou Idées sur l'état passé et sur l'état futur des etres vivans: Ouvrage destiné à servir de supplement aux derniers ecrits de l'auteur, et qui contient principalement le précis de ses recherches sur le christianisme, Volume 2

Front Cover
Chez Philippe Henry Perrenon, 1770 - Apologetics - 388 pages
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 339 - Gengiskan, qui ont dévasté l'Asie ; et nous verrons que nous devons au christianisme, et dans le gouvernement un certain droit politique, et dans la guerre un certain droit des gens, que la nature humaine ne saurait assez reconnaître.
Page 265 - Ce qui était dès le commencement, ce que nous avons entendu, ce que nous avons vu de nos yeux, ce que nous avons contemplé, ce que nos mains ont touché du Verbe de vie...
Page 336 - Les principes du christianisme, bien gravés dans le cœur, seraient infiniment plus forts que- ce faux honneur des monarchies, ces vertus humaines des républiques, et cette crainte servile des états despotiques.
Page 338 - ... qui l'appaife : celui qui craint la religion , & qui la hait, eft comme les bêtes fauvages qui mordent la chaîne qui les empêche de fe jetter fur ceux qui partent : celui qui n'a point du tout de religion , eft cet animal terrible qui ne fent fa liberté que lorfqu'il déchire & qu'il dévore..
Page 53 - Dieu. 11 ne te fait point connoître quel fera ton bonheur à venir, mais il te donne l'efpérance pour être ton bonheur préfent. Une efpérance éternelle fleurit dans le cœur de l'homme: il n'eft jamais heureux , il doit toujours l'être.
Page 386 - Bonnet, un flux perpétuel de tous les individus de l'humanité vers une plus grande perfection ou un plus grand bonheur, car un degré de perfection acquis conduira par luimême à un autre degré; et parce que la distance du fini à l'infini est infinie, ils tendront continuellement vers la souveraine perfection, sans jamais y atteindre.
Page 51 - O combien nous regretterions alors que „ le CIEL nous eût privés du doux bruit des zéphirs & du murmure des ruifleaux ! Qui peut ne pas reconnoître la bonté & la fagefie de la PROVIDENCE également & dans ce qu'elle „ donne & dans ce qu'elle refufe? „ „ Ceiïe donc , & ne taxe point cet ordre d'im

Bibliographic information