Page images
PDF
EPUB

LE PAPILLON VOLAGE.

RIMES ANACRÉONTIQUES.

L'onde
Blonde
Fuit,
Luit,
Coule,
Roule...
L'air
Clair
Glisse,
Lisse,

Sur
L'azur

Pur...
La branche

Penche :
Le papillon

Blond
Voltige
Sur la tige,

Et part
Dar-dar...
La rose
Éclose
Sourit

Et dit:
« Petit volage
Qui fais tapage,
O papillon,
Joyeux fripon,
Mon bien suprême,
C'est toi que j'aime
D'amour extrême

Quand même...
Tu le sais bien,
Charmant vaurien !

[ocr errors]

Le soir s'avance :
Ton inconstance
A beau me fuir
Et déguerpir ;
Il faut finir
Par revenir
Car le soupir
Du chaud zéphir,
Loin d'endormir,
Loin d'affaiblir
Et d'engourdir
Ton doux désir,
Va te punir
D'oser partir,
Et même rire
De mon martyre,
Quand le plaisir
Veut t'asservir..»

- Bravo! bravo! exclama l'auditoire, et M. Pacifique s'écria :

Et sur ce, pour finir, le poète se retire pour aller dormir, et si l'on veut l'applaudir, loin de contredire, il lance son plus doux sourire au public qui l'admire.

Un tumulte effroyable répond à cette inconvenante sortie. On crie: A l'ordre! A la porte!... M. Corniquet, qui allait presque trouver le carré de l'hypoténuse, se sauve, croyant que l'ex-grenier à fourrage a perdu son centre de gravité, et, à force de coups de sonnette, le président finit par prononcer la suspension pendant un mois de M. Pacifique Ledoux.

Ce membre se dirige vers la porte et, arrivé sur le seuil, il se retourne et s'écrie : - Je demande la parole pour le jour de ma rentrée !

Sur un signe du président, l'huissier appariteur dit à haute voix :- Enlevez les plats!... Bon! v'là que je confonds encore... La séance est levée!

M. Arthur de Plumichet ramassa ses poésies anacréontiques, se frotta les mains en murmurant : Bravo!... il est dix heures et demie; ils n'iront pas à la soirée des Rabichon !..

CHAPITRE X111

Des savants. - De l'indulgence provinciale.

- Des dévotes.

Est-il possible qu'il existe des associations d'hommes qui consument leur temps à de pareilles balivernes !... dit Gaston lorsqu'il fut descendu dans la cour... et ce que nous voyons de voir et d'entendre est-il vraiment une chose sérieuse et faite de bonne foi?

- Parfaitement sérieuse, répondit le vieillard; et les gens qui sortent de ce grenier à foin se figurent certainement que leur académie est, sans conteste, de la même famille que l'Institut : M. Arthur Plumichet, dont les monorimes à l'eau de benjoin ont failli me donner une attaque d'apoplexie, tant le rire comprimé peut refouler de sang au cerveau, ne trouve pas le moins du monde que Lamartine

et Victor Hugo lui soient supérieurs : ils ont eu du bonheur, voilà tout. Mais si le Papillon volage était imprimé chez Furne ou chez Plon, il est hors de doute à ses yeux que cette marmelade poétique aurait la même valeur et la même vogue que les Méditations et les Orientales. M. Grimouillet traitant la question des savons se considère, au point de vue commercial, comme rendant d'aussi grands services que M. P. Leroux ou Jean Raynaud, et, comme eux, il pourrait fournir son utile concours à l'Encyclopédie nouvelle. Mme Junie Rigollot, qui fume le cigare et s'habille en homme, se croit beaucoup plus forte que Georges Sand, et elle ne troquerait pas sa Lucrèce morte en sainte, pour la Cléopâtre de Mme de Girardin. Quant à Mlle Balbine de Saint-Landry, c'est le type réel de tous les bas bleus indigo dont chaque département conserve le spécimen. Il n'y a pas en France, malheureusement, un seul chef-lieu, une seule ville à peu près importante, qui n'aient leur académie, comme ils ont leur marché aux légumes et leur foire aux dnes. Les sociétés dites savantes sont la plaie intellectuelle des provinces, et il est facile de comprendre tout le mal que peuvent faire ces corporations, dont la législation n'a pas encore eu la pensée d'arrêter l'effrayante pullulation... Il existe des règlements de police urbaine et rurale pour ordonner la destruction des chenilles

« PreviousContinue »