Page images
PDF
EPUB

roger

l'Orateur. Va-t-il lui-même répondre par

le silence ? Quelle fut sur cette révolution , qui devait changer la face du monde l'influence des Lettres et de la Philosophie? Loin de ces jours orageux de succès et d'infortunes célèbres , une postérité reculée pourra seule y porter des regards libres de passion et de crainte. Elle se dira sans doute : La ruine des institutions vieillies de nos pères était devenue inévitable ; elle aurait produit les mêmes agitations sans le progrès des lumières (1) : mais sans le progrès des lumières , aurait-elle eu jamais pour dernier résultat d'extirper dans l'Europe entière les plus profondes racines de la servitude féodale, et d'effacer les vestiges de l'antique barbarie ? Mais surtout elle se dira ; C'est

(1) Il serait facile de prouver qu'il n'est pas un seul des Philosophes vraiment illustres du dix-huitième Siècle, qui n'ait hautement prononcé la condamnation des fua nestes excès dont nous avons tous été victimes. Mais de semblables discussions ne pourraient que réveiller de douloureux souvenirs, ou même des ressentimens que l'intérêt de l'État veut sans doute qu'on oublie, Les tempêtes politiques ne sont point de celles dont on peut dire , quand on est entré dans le port: Forsan et hæc olim meminisse juvabite

le prodige de notre Patrie , que,

durant la révolution la plus tumultueuse et la plus féconde en vicissitudes , les palmes de la Littérature n'aient pas été brisées par l'orage, et séchées jusques dans leurs racines !

Elles ont continué de croître; de nouveaux succès ont encore enrichi cette Littérature si vaste ; mais ce n'est point à moi d'en rappeler le souvenir. Le lieu où je parle m'impose une contrainte qui a dû se faire sentir dans toute cette peinture de la dernière moitié du dix-huitième Siècle. Ce Tableau , pour être complet, devait n'être pas offert à mes juges, assez généreux pour s'en exclure eux-mêmes en y attachant un prix. Cette exclusion en exige une autre ; je ne ferai paraître dans ce discours aucun de ceux qui , vivans encore, pourraient y porter leurs regards.

La peinture de cette époque est réservée à des pinceaux plus habiles. A la voix d'un Prince ami des Lettres, s'élève ce beau Monument où seront marqués tous les pas que les Sciences et les Arts ont encore faits de nos jours. C'est là que la justice et la vérité

[ocr errors]

1

$auront suppléer à ce que je n'ai pu dire.

Pour moi , ina tâche est remplie ; ce tableau : que j'ai dů tracer,

le voilà : je l'ai peint sans fiel et sans flatterie (1).

Portons maintenant nos regards sur son 'ensemble. Cherchons dans le dix-huitième Siècle, non plus les grands Hommes qu'il vit naître, mais les progrès réels 'et nombreux des Lettres et de l'Esprit humain durant cette époque brillante. La Poésie doit d'abord attirer notre attention ; elle peut se considérer chez tous les peuples comme l'aurore de la Littérature. Son éclat est sou. vent momentané: souvent on le voit pâlir à mesure que l'horizon s'agrandit et s'éclaire. Mais quel horizon plus vaste et plus lumineux que celui des connaissances humaines au dix-huitième Siècle ! et cependant quel éclat , quelle richesse de poésie ! Si l'on excepte la Fable et même la Comédie , trop évidemment déchues dans ce siècle, quoiqu'elles puissent encore y revendiquer des chefs-d'auvres, tous les genres traités avec

(2) Sine irá et studio.

Tac.

gloire sous le règne de Louis XIV, se sont
maintenus à une grande hauteur dans des
ouvrages du règne suivant; et deux genres
très-élevés qui manquaient au dix-septième
Siècle, ont puissamment concouru à illus-
trer le dix-huitième, je veux dire l'Ode et
l'épopée. On ne saurait d'ailleurs nier que
notre langage poétique ne se soit montré
plus fertile en expressions pittoresques , plus
varié quelquefois, et sur-tout moins dédai-
gneux,

moins borné dans ses peintures.
Quant à la vraie Éloquence, où la trouve-
rons-nous jusqu'alors ? Dans la Chaire
dans deux ouvrages de Pascal et de Fénelon.
Mais quelles immenses conquêtes n'a-t-elle
pas faites depuis ? Les descriptions de la na-
ture, l'analyse des passions, les principes
de la morale, l'exposé même des systèines
des Sciences, tout a été de son domaine :
et nous avons vu reparaître l'Éloquence po-
litique des Anciens, qui semblait pour tou-
jours ensevelie sous les débris de Rome et
d'Athènes.

[ocr errors]

1 1

L'Histoire n'avait été souvent que le récit des batailles , et la peinture des Cours ; elle est devenue le tableau des usages,

usages, des moeurs

[ocr errors]

et des lumières des Peuples. Les traductions , la saine critique littéraire, et j'ajouterais la rhétorique, si l’Art poétique n'existait pas , appartiennent presque sans partage à la même époque. Parmi les Sciences physiques et les Sciences exactes, les unes ont été

pour ainsi dire recréées, toutes ont fait des progrès sans nombre, toutes se sont alliées aux Lettres , à l'art d'écrire ; et cette alliance mémorable a rendu les Lettres françaises les dépositaires des découvertes, des connaissances de l'Europe entière, de toutes les richesses de l'Esprit humain. Enfin, si après le règne de Louis XIV, la France s'enorgueillissait d'un siècle qu'elle pouvait opposer sans crainte au plus fameux, au plus grand de tous les âges littéraires , la France, après le dix-huitième Siècle, possède la plus variée, la plus complète peutêtre de toutes les Littératures.

Ainsi notre heureuse Patrie, seule entre toutes les Nations, a triomphé des arrêts de cette destinée jusqu'alors invincible, qui semblait refuser au Génie deux âges consécutifs de succès et de grandeur : elle a réuni deux de ces siècles qui méritent de faire épo

« PreviousContinue »