Page images
PDF
EPUB

qu'ils regrettaient dans le philosophe un génie extraordinaire auquel il semblait que la nature eût pris plaisir à révéler les plus secrets mystères de l'intérieur des hommes, en exposant à ses yeux ce qu'ils affectent le plus de cacher aux regards de tout le monde (1).

Panégyriste de ce grand écrivain , j'ai mis plus de modération dans les louanges que je lui donne, persuadé qu'à son égard la justice seule est flatteuse. Sans doute, ce titre fastueux de génie extraordinaire était facile à décerner dans un Éloge de La Bruyère; mais il était plus sûr peut-être de s'attacher, comme on l'a fait, à justifier les titres assez glorieux, et d'excellent écrivain et d'ingénieux moraliste, que le suffrage de tout un siècle semble attacher à son nom. Si l'on ne trouve dans son livre, l'un des chefs-d'oeuvres de notre langue, ni la profondeur éloquente de Pascal, ni l'impétueuse élévation de Bossuet, qui furent des génies sublimes; ni la simplicité brillante de Fénelon, ni le charme ingénu de La Fontaine, qui furent d'heureux

(1) Ibid., page 79.

génies ; comme La Fontaine lui-même, La Bruyère eut des successeurs, et ne fut pas remplacé dans le sein de l'Acadénie; comme La Fontaine lui-même, il a fait des imitateurs sans nombre , et n'a pas été remplacé dans notre littérature. Traitant des genres divers , mais qui se ressemblent , puisque l'un et l'autre exigent sur toutes choses le talent de bien peindre et de bien définir, tous deux ont ouvert la carrière et paraissent l'avoir ferınée : hors de parallèle tous deux, leur commune destinée semblerait nons aver

la parfaite union des ressources.de l'esprit les plus variées et les plus fécondes avec tout ce que l'art d'écrire eut jamais de plus industrieux, moins séduisante peutêtre, et sur tout moins admirée, n'est cependant pas moins rare, moins difficile à égaler, que les heureuses inspirations du plus aimable génie.

tir que

i

ET

DISSERTATIONS.

Page 205. Sut-on jamais varier et assortir avec plus d'art à des sujets si divers , le ton de son éloquence ?

Quoi! dira-t-on, peut-il y avoir d'éloquence dans la peinture satirique et même un peu bouffonne, de ce Diphyle, de sa volière, et de ses serins de Canarie? Oui , sans doute il peut y en avoir ; et La Bruyère n'en a peut-être pas mis davantage dans ses plus vives apostrophes contre le prince d'Orange.

Je sais qu'on a prétendu refuser ce grand mérite de l'éloquence à l'auteur des Caractères , qui, disait-on en croyant justifier une assertion si étrange, n'a conposé que des fragmens: mais je n'ignore pas non plus qu'on s'est obstiné long-tems à méconnaître la sublime poésie de quelques chefs-d'ouvres de La Fontaine, qui, disait-on avec la même logique, n'a versifié que des fables. Il est des hommes qui toute leur vie sont d'assez bons écoliers de rhétorique. Ils conservent ces braves gens-là dans les oracles de Le Batteux une foi aveugle et robuste ; et ils meurent bien convaincus qu'il n'y a

point de salut en éloquence sans les doctes divisions, les trois points , et les sages transitions de collége, où l'art se montre si artificiel, et où l'adresse est si évidemment de l'adresse. Tirez-les de là , plus d'adresse , plus d'ordre, plus d'éloquence pour eux. Mais il n'en est pas moins certain que l'éloquence peut se trouver dans les entretiens et dans tout genre d'écrire, comme l'observe La Bruyère lui-même , en se plaignant aussi que les dans n'admettent l'éloquence que dans le discours oratoire , et ne la distinguent pas de l'entassement des figures , de l'usage des grands mots , et de la rondeur des périodes (a):.... tandis que le peuple appelle éloquence, la facilité que quelques-uns ont de parler seuls et long-tems , jointe à l'emportement du geste , à l'éclat de la voix, et à la force des poumons. (b) Il définit ensuite l'éloquence un don de l'âme, qui nous rend maîtres du coeur et de l'espric des autres ; qui fait que nous leur inspirons ou que nous leur persuadons tout ce qui nous plaît (c)..... L'éloquence , ajoute-il, est rarement on la cherche, et elle est quelquefois on ne la cherche point (d).

1

Ne confondons point l'éloquence et l'art oratoire. Etre orateur n'est point nécessaire pour se montrer écri.

(a) La Bruyère, ch. I, des Ouvrages de l'Esprit,
(6) Ibidem.

(c) Ibidem. Je préfère, je l'avoue, à ceite définition, celle d'un Ecrivain anglais, qui exprime au fond la même pensée, mais avec plus d'énergie: L'éloquence, dit-il, est l'art de conmander par la persuasion.

(d) Ibidem.

vain éloquent; être éloquent ne suffit pas pour se na trer orateur habile. Le véritable orateur est celui qui , sans jamais laisser languir le fleuve de l'oraison (a), le répand avec une abondance naturelle sur tout l'ensemble d'un même sujet, tantôt le fait couler lentement et à vagues épanduès (6), tantôt se gonfler , bondir, se précipiter avec le bruit et l'impétuosité de l'orage : c'est celui qui , disposant avec art les sommités d'un vaste plan, ouvre dès l'exposition une immense perspective, anime et sans cesse varie l'action du drame oratoire par les divers intérêts de passion , de curiosité ou d'admiration, les dirige tous constamment vers un intérêt unique qu'ils viennent de toutes parts grossir , et, par un heureux denouement, réveille dans une seule , vive et durable impression, toutes les émotions successives qu'il avait fait naître et comme amassées dans l'âme, ou dans l'esprit de ses auditeurs. Voilà l'orateur ; voilà Bossuet lorsqu'il célèbre les puissances de la terre entre le cercueil et l'autel, entre la grandeur qui finit et l'immortalité qui commence.

Tel n'est point, tel ne pouvait pas être , le satirique moraliste qui fait jouer aux ridicules des hommes de courtes scènes détachées, sans liaison et sans but

apparent. J'ai souvent trouvé dans son livre les membres

épars de la composition oratoire ; et je me suis permis alors de lui donner un moment le titré d'orateur. Mais après l'avoir défini ce titre, que peu d'écrivains entre les

(a) Flumen Orationis. CICÉRON. (6) Mallierbe.

« PreviousContinue »