Page images
PDF
EPUB

Toutes ces opinions philosophiques n'ont point attiré de blâme à La Bruyère : au contraire, on en a fait un crime à Thomas, à Montesquieu lui-même, et surtout à J.-J. Rousseau. C'est ainsi que le système de l'intérêt personnel, (que je suis loin de défendre), a révolté dans le livre de l'Esprit, ceux qui l'approuvent encore dans le livre des Maximes (1). Tout lecteur qui réfléchit peut aisément se convaincre qu'il ne faut souvent que regarder à la date de l'édition, ou à la forme d'un ouvrage , pour savoir ce que la critique, et l'opinion contemporaine, ont reconnu pour vrai dans un moraliste, et ce qu'elles ont voulu y trouver faux.

[graphic]

sultats de ses méditations, et remonter aux principes d'une haute philosophie. Toutefois entraîné par l'instinct, ou plutôt par la connaissance réfléchie de ce beau talent de peindre qui ne l'abandonne jamais, on le voit presque toujours revêtir d'une image particulière ses observations les plus générales ; ses opinions philosophiques les présenter en tableau; et ce qui serait pour un autre le sujet d'une dissertation, le renferiner dans une peinture.

Supposons qu'un philosophe vulgaire s'in. pose la tâche de nous prouver que le sort des habitans des campagnes est trop souvent inalheureux, et que nous somines loin de compâtir assez aux travaux péribles, aux misères de cette classe de la société, qui donne son lait à nos enfans et ses bras à la patrie. Il va commencer, cela est sûr, par opposer avec complaisance les rustiques vertus du peuple à nos vices déguisés sous un vernis de politesse; sa raison grossière mais droite, à notre esprit cultivé mais faux; et à la mollesse de notre luxe ses laborieuses privations. Il finira

par

établir homme a droit de prétendre à une égale

que chaque

à ses

portion de bonheur: et plaise à Dieu qu'il soit assez modeste

pour
faire

grace lecteurs d'une excursion préliminaire dans les forêts où nos ancêtres vivaient, avant le déluge, au sein de l'égalité naturelle ! La Bruyère fait moins de frais; il veut moins prouver, et sait mieux convaincre. Je vais le citer, et je ne m'en excuse pas. C'est ici la seule manière de le louer dignement.

Il nous transporte sous un ciel ardent, sur une terre arrosée de sueur ; et il nous fait voir: » Certains animaux farouches , » des mâles et des femelles, répandus par » la campagne, noirs, livides et tout brûlés » du soleil, attachés à la terre qu'ils fouillent » et qu'ils remuent avec une opiniâtreté in» vincible. Ils ont, dit-il, comme une voix » articulée, et quand ils se lèvent sur leurs

pieds, ils montrent'une face humaine ; et » en effet ils sont des hommes. Ils se retirent » la nuit dans des tanières où ils vivent de

pain noir, d'eau et de racines. Ils épargnent » aux autres hommes la peine de semer,

de » labourer et de recueillir pour vivre; et

[ocr errors]
[ocr errors]

» méritent ainsi de ne pas manquer de ce pain » qu'ils ont semé (1).

que ces

Quelle leçon , grand Dieul quelle peinture! Malheur à qui ne trouve pas cela déchirant! Comme , dès le preinier trait, ce tableau vient frapper et agiter l'imagination pour

saisir ensuite et serrer le coeur! Quel soudain éclat d'une affreuse lumière inots ainsi préparés : quand ils se lèvent sur leurs pieds, ils montrent une face humaine! Et combien , effrayée d'abord par l'aspect de ces malheureux, à qui le destin n'a laissé que la voix et le front de l'homme, touchée enfin par l'image de leurs opiniâtres travaux dontnous recueillons les fruits dans une oisive indolence, combien , dis-je, toute ame qui sait encore sentir, écoute avec attendrissement et s'empresse de redire ces paroles qu'une émotion vraie a fait si simples, et qu'une situation forte rend sublimes: ils ritent ainsi de ne pas manquer de ce pain qu'ils ont semé ! .... O véritable philosophie ! beautés naturelles et ravissantes! quels dé

[merged small][merged small][ocr errors]

veloppemens oratoires pourraient égaler de pareils traits ? Il ne faut pas se flatter de trouver souvent, même dans La Bruyère, cette éloquence pénétrante et cette vigueur de pinceau; mais cette philosophie douce et humaine, on l'y trouvera toujours.

[ocr errors][ocr errors]

Toujours, disais-je ? Non, La Bruyère , s'il m'écoutait aujourd'hui , sentirait luimême que cet éloge a besoin d'une restriction. Il effacerait de son livre des lignes que l'expérience accuse, et que réprouve l'humanité. Comment la plume d'un philosophe , cette plume consacrée à la Morale, à la Religion sainte, à la Vertu, a-t-elle tracé l'apologie de la persécution et de l'intolérance ? Me bornerai-je à plaindre La Bruyère ? Oserai-je l'excuser ? Si je ne l'excuse pas, il faut aussi condamner les plus grands Hommes de son siècle, les Racines, les Bossuets, et l'Académie.... Oui sans doute, l'Académie elle-même. Je n'oublie point que je parle dans son sein: mais c'est en disant la vérité que je serai digne de m'y faire entendre. Oui, l'Académie elle-même avait proposé l'éloge de cet

15

me

[ocr errors][ocr errors]
« PreviousContinue »