Page images
PDF
EPUB

L'attachement aveugle qu'ils témoignent pour leurs préjugés nous inspire une juste défiance des nôtres. Pensent-ils ainsi paree qu'ils sont nés en Asie ? Pensonsnous différemment parce que nous sommes nés en Eu

rope?

Usbeck et son ami se plaisent quelquefois à rappro-. cher de nos principes les plus sages et les plus utiles à nos yeux, ceux des leurs qui nous paraissent dangereux. ou absurdes : ils nous en montrent le rapport, et l'espèce de fraternité. Nous voilà forcés de porter sur les uns et sur les autres un jugement uniforme.

Dans leur séjour en Europe , ils finissent par se familiariser avec la plupart de nos usages, et même par. se défier d'un assez grand nombre des leurs. Que ferions. nous donc nous-mêmes dans un long séjour en Asie?

A ces leçons demi-voilées, à ces beautés qui naissent du fond de son sujet , et de la conception originale de son livre , Montesquieu ajoute des beautés sans nombre, prodiguées avec l'abondance et la variété du génie. Il multiplie les vérités de tout genre , il ne développe que jes vérités fécondes ; il peint d'un trait les choses, les hommes, les empires ; il traite des questions qui ont enfanté des volumes, et il les épuise dans quelques pages. Ici, c'est la peinture d'un peuple que la dépravation des moeurs, l'égoisme et la division des intérêts précipitent vers sa destruction ; que le malheur ramène à la.. vertu , le patriotisme à la prospérité , la prospérité aux richesses et à la décadence des moeurs. Le peintre s'ara

rête alors ; et il laisse entrevoir dans le lointain la nou. velle ruine de ce peuple : offrant ainsi dans un même cadre toutes les révolutions morales et politiques des peuples et des

gouvernemens.

[ocr errors]

Ailleurs, c'est un traité de la tolérance rcligieuse, Autour de la question principale sont répandues par grouppes, vingt questions non moins fécondes. Celles de la multiplicité des religions dans un empire, et de ses effets ; de l'esprit de prosélytisme et de ses dangers ; questions nettement exposées, tour-à-tour éclaircies séparément, ou résolues l'une par l'autre. Plus loin, c'est l'examen des principes du droit politique, le tableau des gouvernemens de l'Europe , toutes ces conceptions d'un grand publiciste développées depuis dang l'Esprit des lois.

Parmi ces grands objets de méditation, des digrese sions riantes et variées sur les moeurs et les amours orientales, des peintures originales et voluptueuses , viennent par un mélange charmant, égayer l'esprit du lecteur, et lui rendent son attention délassée et toute fraiche , pour les nouvelles méditations qui dois vent suivre.

Mais ce qu'il y a dans ce livre de plus digne de son auteur, et de l'attention d'un lecteur qui réfléchit, c'est quien se rendant un compte fidèle des gouvernemens européens , Usbeck et son ami nous offrent dans mille traits épars , un tableau achevé de l'état où se trou.

vaient alors les lumières dans les diverses parties de l'Europe. En le traçant , ce tableau , Montesquieu parut dire à son siècle : « Voilà ce qu'on a fait avant vous ; songez à ce qu'il vous reste à faire. »

Un style nerveux et flexible, brillant et pur, aniine, fait mouvoir et ressortir encore et ces peintures piquantes, et ces majestueux tableaux. Il ne sera peut-être pas sans intérêt d'observer que le soin particulier que dut apporter Montesquieu , jeune encore, à l'imitation du style oriental qui devait être en plusieurs endroits celui des lettres Persanes a concouru sans doute l'éclat et la verve poétique de son imagination, à lui donner ce style pittoresque , cette manière de figurer et de peindre sa pensée, cet art, ( que nous aurons soin de remarquer ailleurs ), de présenter quelquefois tout le résultat d'une méditation lente et profonde dans une image vive et inattendue.

[ocr errors]

ec

Les lettres Persanes sont le premier monument philosophique élevé par le génie dans le dix-huitième siècle. Une foule d'imitations qu'elles produisirent dès leur naissance, les tracasseries qu'elles attirèrent à leur auteur, prouvent également la vive sensation qu'elles firent dans le public, et la révolution qu'elles commencèrent dans les idées. Ces lettres en effet renferment les germes de plusieurs grandes vérités que nous verrons successivement se développer , croître, pour ainsi dire, et mûrir, dans divers ouvrages qui ont illustré la plus belle moitié de ce siècle,

Page 48. Un cri d'admiration s'est élevé dans l'Etä rope entière , etc.

Cela n'empêcha point les critiques de se multiplier rapidement. L'Esprit des Lois parut en 1748. Dès 1750, l'abbé de la Porte publia ses Observations sur l'Esprit des Lois, ou l'Art de lire ce liore, de l'entendre et de le juger. A Paris, 2 vol. in-12. L'abbé de Bonnaire donna , quelques tems après son Esprit des Lois quintessencié par une suite de Lettres analytiques, égale ment en 2 vol. in-12. Crevier, en 1764, fit paraître aussi , en un seul volume, de nouvelles Observations sur l'Esprit des Lois. Le fermier-général Dupin, aidé du père Berthier, en publia trois volumes; mais il les retira prudemment, après en avoir distribué un très-petit nombre d'exemplaires. L'auteur de la Théorie des Lois aurait dů imiter cet exemple : il est connu par des paradoxes. de tout genre ; et l'on doit

peu

s'étonner s'il se présente toujours comme l'antagoniste de Grotius, de Puffendorf et de Montesquieu. La Lettre d'Helvétius, et celle de Saurin, sur l'Esprit des Lois, méritaient plus d'attention et en obtinrent davantage ; elles ont été insérées dans une édition de Montesquieu.

Boulanger de Rivery , après avoir réfuté dans une Apologie de l'Esprit des Lois, les deux volumes de l'abbé de la Porte , fit le même hònneur au livre da l'abbé de Bonnaire , qui le méritait encore moins. Un négociant de Bordeaux fit paraître une autre Réponse aux critiques de la Porte. Elle a été réimprimnée dans quelques éditions des Lettres de Montesquieu, que l'on soupa çonna faussement d'y avoir participé. Mais la meilleure.

Défense de l'Esprit des Lois, est la réfutation que Montesquieu daigua faire lui-même du plus acharné de ses détracteurs, et à laquelle La Beaumelle a depuis ajouté une Suite, qui ne fut guère lue dans le tems , et ne l'est plus du tout aujourd'hui,

[ocr errors]

Voltaire , après avoir aussi défendu l'auteur de l'Esprit des Lois, dans une Lettre charmante, pleine de raison et d'esprit, après avoir donné à ce grand ouvrage le magnifique éloge que j'ai rapporté dans le texte de ce discours , en a fait lui-même une critique , où il se résume ainsi : ce Après avoir vu qu'il y a des erreurs » comme ailleurs, dans l'Esprit des Lois; après que » tout le monde est convenu que ce livre manque

de méthode, qu'il n'y a nul plan, nul ordre, et qu'après » l'avoir lu, on ne sait guère ce qu'on a lu , il faut » rechercher quel est son mérite , et quelle est la cause » de sa grande réputation.

» C'est premièrement qu'il est écrit avec beaucoup » d'esprit , et que tous les autres livres sur cette ma» tière sont ennuyeux. C'est pourquoi nous avons déjà » remarqué qu'une dame, qui avait autant d'esprit que » Montesquieu , disait que son livre était de l'esprit » sur les Lois. On ne l'a jamais mieux défini. » (Quest. sur l'Encycl., tome 1, art. Esprit des Lois.)

On lit, dans le même ouvrage : ( tom. II, art. Art poétique) « L'auteur des Lettres Persanes , si aisées » à faire , et parmi lesquelles il y en a de très-jolies , >> d'autres très-hardies, d'autres médiocres, d'autres >> frivoles, etc. >>

« PreviousContinue »