Page images
PDF
EPUB

sensiblement empreinte, et où le sacré caractère de la vertu l'emporte plus sensiblement sur l'élévation du génie. »

1

Le quatrième acte de Mahomet est seul un chefd'oeuvre. Il unit au degré le plus éminent la force théâtrale , le pathétique et la terreur. Séïde poussé au meurtre par un ordre qu'il croit émané du ciel, retenu par la nature qui se révolte et crie dans son sein; excité par un amour incestueux à un assassinat parricide, et retrouvant son père au moment qu'il vient de l'immoler; un tel spectacle n'eût été qu'horrible si la pitié et l'attendrissement n'avaient soulagé par des larmes les impressions d'horreur et d'effroi qu'il produit dans toutes les âmes. La difficulté vaincue dans l'exécution ajoute aux beautés hardies d'une conception si fortement tragique. Le cinquième acte , a-t-on dit , est inférieur au quatrième, et cela est vrai. Ce défaut, si c'en est un, Racine, le plus parfait de nos poètes, ne l'a point évité dans plusieurs de ses belles Tragédies; et peut-être le cinquième acte de Phèdre ne tient-il pas tout ce que le quatrième avait promis. Voltaire, le plus souvent, n'a rien d'aussi théâtral que son cinquième acte , rien d'aussi sublime ou d'aussi déchirant. Si le dénouement de Mahomet n'est pas sous ce rapport aussi heureux que celui d'Alzire, il n'est pas vrai , comme on l'ajoute, que le cinquième acte soit languissant, et surtout qu'il soit presque inutile. Ne servirait-il au Poète qu'à pénétrer plus avant dans les profondeurs de l'âme et du caractère de Mahomet, c'en serait assez pour qu'il ne fût pas indigne de couronner cette admi

[ocr errors]

rable Tragédie. Je m'étonne que M. de la Harpe , dont j'ai souvent adopté les opinions sur quelques-uns des chefs-d'oeuvres de Voltaire , dont l'analyse est une des brillantes parties de son Cours de littérature, ait cru voir une invraisemblance choquante dans le ressort que fait jouer l'auteur de Mahomet pour amener son dénouement. N'est-il.pas dans l'ordre des choses possibles, que le poison agisse sur Séïde en présence de Mahomet? N'est-il pas très-vraisemblable que Mahomet se serve de sa mort pour répandre la terreur dans cette populace ignorante ? Sans doute Mahomet eût trouvé d'autres voies pour appaiser la sédition : mais la promptitude et la dextérité avec laquelle il met en cuvre le premier moyen que lui offre le hasard, ne caractérisent-elles pas cet esprit d'audace et d'imposture dont le règne est fondé sur l'erreur ? Ce trait de génie est dans Mahomet un trait de caractère. Que la mort soudaine de Seïde paraisse un coup du ciel à ce peuple assemblé en tumulte et livré aux superstitions ; que ce spectacle et l'éloquence, l'ascendant de Mahomet, le frappent d'une terreur religieuse , et le glacent au milieu de ses fureurs , mille exemples dans l'his toire attestent la vraisemblance d'une pareille révolution.

On a relevé dans Mahomet quelques invraisemblances peut-être plus réelles. Mais , quoi qu'il en soit, Mahomet me paraît de tous les ouvrages dramatiques de Voltaire, celui qui donne la plus haute idée de celte tête vaste et profonde ; et il est bien peu de chefsd'ouvres, même plus parfaits, qui méritent de lui être comparés.

Le style est comme les autres parties de l'ouvrage , il y a des négligences fréquentes , il y a même de vrais défauts : moins neuf, moins éblouissant que celui d'Alzire, moins ferme et moins soutenu que celui de la Mort de César , moins flexible et moins passionné que celui de Zaïre, mais plein de force et de nerf, il réunit quelquefois le sublime de profondeur dans les pensées au sublime d'énergie dans l'expression.

Je me suis beaucoup étendu sur Mahomet, parce que Mahomet n'appartient qu'à Voltaire ; qu'il n'y a rien, absolument rien qui ressemble à cet Ouvrage, dans aucun des tragiques qui l'avaient précédé. Mahomet est tout Voltaire ; c'est son génie particulier, c'est son âme toute nue qu'il dévoile dans cet ouvrage, et ce sont les objets habituels de sa pensée qu'il y transporte au théâtre. Je m'arrêterai

peu, contraire, sur Mérope parce qu'elle porte bien moins ce caractère d'originalité, et cette empreinte d'un génie créateur.

[ocr errors]

au

on

Mérope est une pièce grecque autant par le plan que par le sujet, autant par l'exécution que par le plan. L'esprit des Anciens paraît animer toute la pièce ; et

la croirait l'ouvrage d'un des grands tragiques d'Athènes, si un art plus délicat dans l'observation des convenances théâtrales n'y décelait quelquefois une main plus moderne. La simplicité de l'action est attique ; l'action pleine , rapide et sans vides , annonce le tragique français. C'est la plus parfaite des Tragédies de Voltaire. Ici , la perfection est dans tout , dans les moyens et dans les effets, dans l'intrigue, dans les

caractères et dans le dialogue : la plus exacte vraisemblance ajoute encore à la beauté des plus tragiques situations. La principale était donnée par les Anciens , et Voltaire s'est aidé encore de la Mérope italienne de Maffey : mais avec quel art il embellit ce qu'il imite , et combien ce qu'il ajoute embellit ce qu'il a imité ! Le récit du cinquième acte me parait être le chef-d'oeuvre de cette sorte de narrations; le feu , le tumulte , le désordre éloquent des mouvemens, des tours, des images , en feront à jamais un modèle de la plus inimitable

perfection. Le spectacle que présente le dénouement lorsque Mérope harangue le peuple de Messènes, en montrant d'un côté le corps sanglant de Polifonte , et de l'autre son fils qui accourt armé de la hache dont il a frappé le tyran, ce spectacle rappelle encore cet Art si souvent employé par Voltaire , de frapper les sens pour ébranler avec plus d'empire l'imagination, art trop négligé avant lui, même par nos grands maîtres, et qui n'avait paru durant l'autre siècle au plus haut degré de perfection, que dans le cinquième acte de Rodogune et dans celui d'Athalie.

Voltaire, dans Sémiramis, voulut hasarder sur notre scène un spectacle bien plus extraordinaire. Je ne parle point de cette décoration dont la pompe était jusqu'alors inconnue, mais de l'apparition de l'Ombre de Ninus, au moment où les États sont assemblés, où Sémiramis ya nommer dans son fils qu'elle ne connaît

pas , le successeur de son époux. Ce genre de merveilleux n'était pas dédaigné des Anciens, mais il n'osait parmi nous se montrer dans la Tragédie. Voltaire , qui såyait

profiter de tout , prit dans Hamlet de Sakespeare , l'idée de l'Ombre de Ninus. D'excellens critiques, il est vrai, donnent encore la préférence à ce Spectre qui, dans Hamlet, toujours invisible et toujours présent à la conscience effrayée de ce Prince, inspire bien plus de terreur que l'apparition de Ninus, Mais où la terreur vraiment tragique, c'est-à-dire, mêlée au pathétique et à la pitié, s'est- elle montrée sur la scène avec plus de grandeur et d'énergie que dans le quatrième acte de Sémiramis , quand cette Reine se traine sanglante aux bords de la tombe de son époux, implorant, contre son meurtrier , le secours de son meurtrier lui-même , le secours d'un fils qui vient d'immoler sa mère au moment qu'il croyait la venger,

Le rôle de Sémiramis faite pour commander àux hommes, et ne cédant qu'à la vengeance du ciel et aux terreurs du remords , est encore au-dessus de cette combinaison si éminemment théâtrale : et la pompe, la magnificence du style y répandent'un nouvel éclat. C'est la magie poétique de ce style qui fait oublier le vide , j'ai presque dit la nullité de l'action durant les premiers actes. On assure , et je le crois, que Voltaire s'était proposé pour modèle la poésie de style d'Athalie.

Ce n'est pas seulement pour la poésie que Voltaire se choisit un modèle dans Oreste. Il, se fait gloise d'imiter Sophocle ; et quelquefois il l'embellit par d'heureux développemens ; quelquefois encore il l'enrichit par des conceptions nouvelles. Alors l'admiration se partage entre les beautés de Sophocle mises en oeuvre par le génie de Voltaire , et les beautés que

[ocr errors]
« PreviousContinue »