Page images
PDF
EPUB

Qu'ils charment de Senlis le poète idiot, 1
Ou le sec traducteur du français d'Amyota;
Pourvu qu'avec éclat leurs rimes débitées
Soient du peuple, des grands, des provinces goûtées;
Pourvu qu'ils puissent plaire au plus puissant des rois; 5
Qu'à Chantilly: Condé les souffre quelquefois,
Qu'Enghien en soit touché; que Colbert et Vivonne, 4
Que La Rochefoucauld, Marsillac, et Pomponne, 5
Et mille autres qu'ici je ne puis faire entrer,
A leurs traits délicats se laissent pénétrer?
Et, plût au ciel encor, pour couronner l'ouvrage,
Que Montausier voulût leur donner son suffrage!

C'est à de tels lecteurs que j'offre mes écrits;
Mais, pour un tas grossier de frivoles esprits,
Admirateurs zélés de toute æuvre insipide,

15 Que, non loin de la place où Brioché? préside Sans chercher dans les vers ni cadence ni son, Il s'en aille admirer le savoir de Pradon!

IO

1 Le «poète idiot» était Linière; voir note 2, p. 103.

2 L'Abbé Tallemant, frère de Tallemant-des-Réaux, avait traduit Amyot, premier traducteur français de Plutarque.

3 Le grand Condé et son fils, le duc d'Enghien, avaient leur château à Chantilly.

4 Colbert, ministre des Finances de Louis XIV. Vivonne, voir ci-dessus Passage du Rhin, note 2 p. 94.

5 La Rochefoucauld, auteur des Maximes, voir chap. X. Marsillac, fils de La Rochefoucauld. Marquis de Pomponne, ministre de Louis XIV.

6 Duc de Montausier, époux de Julie d'Angennes et gouverneur du Dauphin.

? Célèbre joueur de marionettes, logé près de la salle Rue Guénégand, où les comédiens du Palais-Royal s'étaient réfugiés après la mort de Molière. C'est là que Pradon fit jouer sa Phèdre, tandis que celle de Racine se joua à l'Hôtel de Bourgogne.

CHAPITRE QUATRE

QUERELLE DES ANCIENS ET DES MODERNES

(La Renaissance avait renié la littérature française antérieure au xvie siècle, et professé une admiration enthousiaste pour les auteurs grecs et latins. Le xviie siècle hérita de ce culte pour les «Anciens.) Cependant peu à peu, conscients de la valeur des écrivains du temps, on protesta contre cette tendance classique. Après bien des escarmouches la guerre éclata. Le signal fut donné le 26 janvier 1687 à une séance de l'Académie française. Charles Perrault (1628-1703) l'auteur des Contes de fées, y lut un poème, Le siècle de Louis le Grand (632 vers) où il dit nettement que les auteurs «modernes» sont comparables et même supérieurs aux «anciens.). Tout Paris prit feu. Perrault écrivit alors un ouvrage en prose où il expose longuement sa thèse: Parallèles des Anciens et des Modernes (1688–1696) parallèles qui sont toujours en faveur des modernes.

Boileau à son tour reprit la plume (1693) pour affirmer une fois encore ses vieilles croyances littéraires. Il écrivit (1693) ses Réflexions critiques sur quelques passages du rhéteur Longin — dont il avait été déjà le traducteur (1674) — et dont la septième nous intéresse surtout. Il reprocha surtout à Perrault sa prétention de juger des beautés poétiques d'Homère et de Platon alors que Perrault ne savait pas le grec.)

I. CHARLES PERRAULT

1628–1703

Jake

1. Le siècle de Louis-le-Grand, 26 janvier 1687

La belle antiquité fut toujours vénérable,
Mais je ne crus jamais qu'elle fût adorable.
Je vois les anciens sans plier les genoux;
Ils sont grands, il est vrai, mais hommes comme nous;
Et l'on peut comparer, sans crainte d'être injuste,

5

ΙΙο

5

Le siècle de Louis au beau siècle d'Auguste.
En quel temps sut on mieux le dur métier de Mars?
Quand d'un plus vif assaut força-t-on des remparts?
Et.quand vit-on monter au sommet de la gloire
D'un plus rapide cours le char de la victoire?
Si nous voulions ôter le voile spécieux
Que la prévention nous met devant les yeux,
Et, lassés d'applaudir à mille erreurs grossières,
Nous servir quelquefois de nos propres lumières,
Nous verrions clairement que sans témérité
On peut n'adorer pas toute l'antiquité,
Et, qu'enfin, dans nos jours, sans trop de confiance,
On lui peut disputer le prix de la science.

IO

15

Platon, qui fut divin du temps de nos aïeux,
Commence à devenir quelquefois ennuyeux ...
Chacun sait le décri du fameux Aristote,
En physique moins sûr qu'en histoire Hérodote.
Ses écrits qui charmaient les plus intelligents,
Sont à peine reçus de nos moindres régents ..

20

Non,

ce n'est

Père de tous les arts, à qui du dieu des vers Les mystères profonds ont été découverts, Vaste et puissant génie, inimitable Homère, D’un respect infini ma muse te révère.

pas

à tort que tes inventions
En tout temps ont charmé toutes les nations ...
Cependant, si le ciel favorable à la France,
Au siècle où nous vivons eût remis ta naissance,
Cent défauts qu’on impute au siècle où tu naquis
Ne profaneraient pas tes ouvrages exquis.
Tes superbes guerriers, prodiges de vaillance,

25

30

Prêts de s'entrepercer du long fer de leur lance
N'auraient pas si longtemps tenu le bras levé;
Et lorsque le combat devrait être achevé,

Ennuyé les lecteurs d'une longue préface,
5 Sur les faits éclatants des héros de leur race

Ménandre, j'en conviens, eut un rare génie
Et, pour plaire au théâtre, une adresse infinie.
Virgile, j'y consens, mérite des autels;

Ovide est digne encor des honneurs immortels.
10 Mais ces rares auteurs qu'aujourd'hui l'on adore,

Étaient-ils adorés quand ils vivaient encore?.
Les Régniers, les Maynards, les Gombaulds, les Mal-

herbes,
Les Godeaux, les Racans dont les écrits superbes,

En sortant de leur veine et dès qu'ils furent nés, 15 D’un laurier immortel se virent couronnés!

Combien seront chéris par les races futures
Les galants Sarrasins? et les tendres Voitures,
Les Molières naïfs, les Rotrous, les Tristans 3

Et cent autres encor, délices de leur temps! 20 Mais quel sera le sort du célèbre Corneille,

Du théâtre français l'honneur et la merveille
Qui sut si bien mêler aux grands événements
L'héroïque beauté des nobles sentiments! ...

i Gombauld (1580-1666) ... Godeau (1605–1672), tous deux membres du groupe d'amis qui se réunissaient chez Conrart, et devinrent des membres fondateurs de l'Académie; et tous deux habitués de l'Hôtel de Rambouillet. Le premier, auteur du drame pastoral, Amarante (voir aussi l'Amarante de la Guirlande de Julie); le second, évêque de Vannes, auteur de Saint-Paul, poème religieux.

2 Sarrasin (1603-1664), habitué du salon de Mlle de Scudéry, considéré comme un rival de Voiture pour la grâce de son style.

3 Tristan (1601-1665), auteur de tragédies (Mariane, Mort de Sénèque, Mort de Crispe, etc.) et d'un roman, Page disgracié.

5

Tout art n'est composé que de secrets divers
Qu'aux hommes curieux l'usage a découverts,
Et cet utile amas des choses qu'on invente
Sans cesse, chaque jour, ou s'épure ou s'augmente.
Ainsi les humbles toits de nos premiers aïeux
Couverts négligemment de joncs et de glayeux!
N'eurent rien de pareil'en leur architecture
A nos riches palais d'éternelle structure.
Ainsi le jeune chêne en son âge naissant
Ne peut se comparer au chêne vieillissant,
Qui, jetant sur la terre un spacieux ombrage,
Avoisine le ciel de son vaste branchage.

[ocr errors]

2. Parallèles des Anciens et des Modernes, 1688–1696

Extrait de la PRÉFACE

Rien n'est plus naturel ni plus vraisemblable que d'avoir beaucoup de vénération pour toutes les choses qui, ayant un vrai mérite en elles-mêmes, y joignent encore celui 15 d'être anciennes. C'est ce sentiment si juste et si universel qui redouble l'amour et le respect que nous avons pour nos ancêtres et c'est

par


que

les lois et les coutumes se rendent encore plus authentiques et plus inviolables. Mais, comme ç'a toujours été le destin des meilleures 20 choses de devenir mauvaises par leurs excès et de le devenir à proportion de leur excellence, souvent cette vénération si louable dans ses commencements s'est changée dans la suite en une superstition criminelle et a passé même quelquefois jusqu'à l'idolâtrie. Des Princes ex- 25

1 Glayeux = glaïeuls.

« PreviousContinue »