Page images
PDF
EPUB

CALMANN LÉVY, ÉDITEUR

EUVRES COMPLÈTES

DE

S T E N D HAL

(HENRY BEYLE)

Format grand in-18

1 vol. 1 1 1

.

L'ABBESSE DE CASTRO
ARMANCE.
LA CHARTREUSE DE PARME. Nouvelle édition
CHRONIQUES ET NOUVELLES .
CORRESPONDANCE

INÉDITE. Introduction de P.
Mérimée et Portrait.
DE L'AMOUR.
HISTOIRE DE LA PEINTURE EN ITALIE.
MÉLANGES D’ART ET DE LITTÉRATURE.
MÉMOIRES D'UN TOURISTE. Nouvelle édition.
NOUVELLES INÉDITES
PROMENADES DANS ROME. Nouvelle édition .
RACINE ET SHAKSPEARE. Nouvelle édition.
ROMANS ET NOUVELLES
ROME, NAPLES ET FLORENCE. Nouvelle édition
LE ROUGE ET LE NOIR. Nouvelle édition
VIE DE NAPOLÉON.
VIE DE ROSSINI. Nouvelle édition.
VIES DE HAYDN, DE MOZART ET DE MÉTASTASE. Nou-

velle édition entièrement revue

[merged small][merged small][merged small][ocr errors]
[blocks in formation]

Poleures complètes , v.4
HISTOIRE

89280
LA PEINTURE

DE

[merged small][merged small][merged small][merged small][merged small][ocr errors]

PARIS
CALMANN LÉVY, ÉDITEUR
ANCIENNE MAISON MICHEL LÉVY FRÈRES
3, RUE AUBER,

3

[ocr errors][merged small]
[ocr errors][merged small][merged small]

A SA MAJESTÉ

:

NAPOLÉON LE GRAND

EMPEREUR DES FRANÇAIS

RETENU A L'ILE DE SAINTE-HÉLÈNE

Sire,

Je ne puis dédier plus convenablement l'Histoire de la peinture, écrite en langue française, qu'au grand homme qui avait donné à la patrie ce beau musée qui n'a pu exister dès qu'il n'a plus été soutenu par sa main puissante. L'avoir tout entier n'était peut-être pas nécessaire, le perdre ainsi est le combie de l'avilissement. Et comme, dans mon système, avec des cæurs avilis on peut bien faire des érudits, mais non des artistes, il est à craindre que la France n'ait perdu, avec le plus grand homme qu'elle ait jamais produit, son école naissante.

Dans des circonstances plus heureuses pour la patrie et pour vous, Sire, je ne vous aurais point fait de dédicace : votre gloire corrigeait tout; mais je trouvais détestable votre système d'éducation. Aussi, au jour du danger vous n'avez plus trouvé que des âmes faibles parmi vos favoris, et les Carnot, les Thibaudeau, les Flaugergues, sont sortis des rangs de ceux que vous n'aimiez pas.

Malgré cette faute, qui a été plus nuisible à vous qu'à la patrie, l'équitable postérité pleurera la bataille de Waterloo, comme ayant reculé d'un siècle les idées libérales. Elle verra que l'action de créer exige de la force, et que sans les Romulus, les Numa ne pourraient exister. Vous avez étouffé les partis pendant quatorze ans, vous avez forcé le Chouan et le Jacobin à être Français, et ce lom, Sire, vous l'avez porté si haut, que tôt ou tard ils s'embrasseront au pied de vos trophées. Ce bienfait, le plus grand que la nation put recevoir, assure à la France une immanquable liberté.

Puisse le ciel, Sire, vous accorder des jours assez longs pour voir la France heureuse par la constitution que la dernière de vos Chambres des communes lui a léguée 4. Alors, Sire, elle vous pardonnera le seul acte de faiblesse qu'elle ait à vous reprocher : de n'avoir pas saisi la dictature après Waterloo, et d'avoir désespéré du salut de la patrie.

Alors la postérité, redevenue impartiale, hésitera seulement si elle doit placer votre nom à côté ou au-dessus de celui d'Alexandre, et vos plats ennemis ne seront connus que par le bonheur qu'ils auront eu d'être vos ennemis. Je suis avec le plus profond respect,

Sire,
De Votre Majesté Impériale et Royale,

Le très-humble et très-obéissant serviteur
et S.
par

mes veux.
LE SOLDAT QUE VOUS PRITES A LA

BOUTONNIÈRE A GOERLITZ.

Bon mouvement; si vous doutez de votre histoire, rassurez

vous.

1 Il s'agit de la déclaration de la Chambre des représentants, délibérée dans la séance du 6 juillet 1815, et portée au quartier général des souverains alliés par cing commissaires.

Cette déclaration énergique portait les signatures de MM. Lanjuinais, président; – Dumolard, Bédoch, Clément (du Doubs), Hello, secrétaires de la Chambre. Le 8 juillet 1815, la Chambre fut fermée sur l'ordre de Louis XVIIT,

(R. C)

« PreviousContinue »