Oeuvres complètes, Volume 4

Front Cover
Calmann Lévy, 1883

From inside the book

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Contents

Du goût français dans les arts voir des défauts dans
72
ils ny trouvent jamais sacrifice de de lintérêt propre à quelque sentiment généreux
77
Esprit public à Florence amour furieux pour la
83
De la sculpture à Florence Ghiberti et Donatello
86
Paolo Ucello et la perspective
87
Masaccio premier homme de génie
89
Suite de Masaccio
91
Définition Ce que cest que grandiose style ton gé néral
92
De la peinture après Masaccio
95
Vie de frère Philippe aventures romanesques
97
André del Castagno assassine le premier peintre lhuile
100
Invention de la peinture à lhuile par Jean de Bruges duquel il y a deux tableaux au Musée royal
101
La chapelle Sixtine Sixte IV y appelle en 1474
105
Prédécesseurs immédiats des grands hommes
108
État des esprits en 1500 on appelait beau ce qui était fidèlernent imité le beau idéal eût passé pour incorrection Corruption triste et cruelle de lÉcosse ...
110
Revue
116
Les cinq grandes écoles Ib Chap XXXIII Épreuve sous la statue dIsis
117
Le véritable artiste toujours fou souvent ridicule Ib CHAP XXXV Caractères des peintres de Florence bon dessin style minutieux peu de beauté point ...
122
La fresque à Florence
124
Différence entre Florence et Venise
125
Léonard tils naturel dun notaire de la république CHAP XXXIX Les époques de sa vie
129
Ses premiers ouvrages
130
Des trois styles de Léonard
131
Léonard à Milan
132
Vie privée de Léonard à la cour de Milan
133
Léonard au couvent des Grâces Il peint le dernier repas de Jésus avec les apôtres
137
Exécution de ce chefdoeuvre
141
Époque où le Cenacle fut fait
142
Bandello conte la manière de peindre de Vinci O
146
Malheurs du tableau de la Cène
148
On le restaure il nen reste presque plus rien
150
Journal dun voyageur
151
De la vérité historique triomphe des pédantesques
154
Chute de Ludovic le protecteur de Léonard
155
ton de la bataille dAnghiari
158
le que dans lhistoire
161
Léonard à Rome Madones de lErmitage Le Vinci précurseur du Corrége dans le clairobscur
164
Léonard et Raphaël
167
Léonard bon sculpteur
168
Léonard voit les rapports du physique et du moral de lhomme fondements de toute bonne philosophie
169
Pour être aussi célèbre que Bacon il na manqué à Léonard que dimprimer
171
Léonard suit François jer en France
174
Testament et mort de Vinci
176
Lon ne peut courir la chance dêtre grand quen sap pliquant à une seule chose
177
Que dans ce qui plaît nous ne pouvons aimer que ce qui nous plaît Les jugements des grands artistes les uns sur les autres ne sont que des certificats d...
178
Histoire du beau
186
Le flegmatique du sens intérieur et de M Schleghel
217
Tempéraments athlétiques et nerveux les saintes
228
Que la vie active ôte la sympathie pour les arts
249
Quil ny a point de vraie grandeur sans sacrifice
312
Lart didéaliser repáraît après quinze siècles
319
Chapelle Sixtine
330
Suite de la Sixtine
333
En quoi précisément MichelAnge diffère de lantique
335
Froideur des arts avant MichelAnge
338
Suite de la Sixtine prophètes
339
Effet de la Sixtine lexpression de tout ce qui peut ments de la religion catholique
343
Sous Léon X MichelAnge est neuf ans sans rien faire
344
Dernier soupir de la liberté et de la grandeur floren tines Jésus roi
346
Statues de saint Laurent C
351
Fidélité de MichelAnge au principe de la terreur Époques de la découverte des statues antiques
352
Malheur des relations avec les princes
355
Le Moïse à SanPietroinVincoli
358
Suite du Moïse
359
Le Christ de la Minerva la Vittoria de Florence Ib Chap CLXVII Mot de MichelAnge sur la peinture à lhuile
361
Le Jugement dernier Ib CHAP CLXIX Suite du Jugement dernier proportions coloris cri tiques
367
Suite du jugement dernier Les défauts de Michel Ange sont lopposé de ceux de lécole française
370
Jugements des étrangers sur MichelAnge
371
Influence du Dante sur MichelAnge
374
Fin du Jugement dernier
377
Les deux fresques de la chapelle Pauline
378
Manière de travailler
379
Tableaux de MichelAnge C
380
MichelAnge architecte
383
Histoire de saint Pierre
385
Un grand homme en butte à la médiocrité
388
Caractère de MichelAnge
393
Suite du ca tère de MichelAnge
395
Lesprit invention du dixhuitième siècle
397
Honneurs rendus à la cendre de MichelAnge
400
Le goût pour MichelAnge renaîtra révolution de la poésie anglaise Pope et lord Byron 0
401
Épilogue Cours de cinquante heures
407
Les meilleures estampes
409
vaut infiniment mieux ne pas voir ce qui est que de voir sur parole
411
Circonstances du traité de Tolentino
413
Table chronologique des artistes les plus célèbres
414
Artistes vivants
421
Compositeurs célèbres
422
Compositeurs vivants
423
Liste des peintres les plus remarquables des cinq écoles
424
Note pour la page 80
426
De la décence des mouvements chez les Grecs
431

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 118 - This guest of summer, The temple-haunting. martlet, does approve, By his lov'd mansionry, that the heaven's breath Smells wooingly here : no jutty, frieze, Buttress, nor coigne of vantage, but this bird Hath made his pendent bed, and procreant cradle : Where they most breed and haunt, I have observ'd, The air is delicate.
Page 182 - De là l'inanité des disputes sur Racine et Shakespeare, sur Rubens et Raphaël. On peut tout au plus s'enquérir, en faisant un travail de savant, du plus ou moins grand nombre d'hommes qui suivent la bannière de l'auteur de Macbeth ou de l'auteur d'Iphigénie.
Page 242 - To remark the folly of the fiction, the absurdity of the conduct, the confusion of the names and manners of different times, and the impossibility of the events in any system of life, were to waste criticism upon unresisting imbecility, upon faults too evident for detection, and too gross for aggravation.— JOHNSON.
Page 213 - ... qui se manifeste dans les impressions. L'aisance des fonctions donnera un grand sentiment de bien-être; les idées seront agréables et brillantes, les affections bienveillantes et douces. Mais les habitudes auront peu de fixité : il y aura quelque chose de léger et de mobile dans les affections de l'âme; l'esprit manquera de profondeur et de force : en un mot, ce sera le tempérament sanguin des anciens, avec tous les caractères qu'ils lui prêtent dans leurs descriptions.
Page 180 - De là tant de ces tableaux qui embarrassent les jeunes amateurs aux expositions, ils ne savent qu'y blâmer; y blâmer, serait inventer. , Le comble de l'abomination, c'est que ces artistes perroquets font respecter leurs oracles comme s'ils partaient directement de l'observation de la nature. La Harpe a appris la littérature à cent mille Français, dont il a fait de mauvais juges, et étouffé deux ou trois hommes de génie, surtout dans la province. Le talent vrai, comme le Vismara, papillon...
Page 43 - Platon remerciait le ciel de ce qu'il était né du temps de Socrate ; et moi, je lui rends grâces de ce qu'il m'a fait naître dans le gouvernement où je vis, et de ce qu'il a voulu que j'obéisse à ceux qu'il m'a fait aimer.
Page 251 - La beauté est l'expression d'une certaine manière habituelle de chercher le bonheur; les passions sont la manière accidentelle. Autre est mon ami au bal, à Paris, et autre mon ami dans les forêts d'Amérique.
Page 8 - Torchill, de me trancher la tête le plus prestement qu'il te sera possible, car c'est une question que nous avons souvent agitée à Julin, de savoir si l'on conserve quelque sentiment après avoir été décapité ; c'est pourquoi je vais prendre ce couteau d'une main : si, la...
Page 169 - Probablement Léonard approcha d'une partie de la science de l'homme, qui même aujourd'hui est encore vierge : la connaissance des faits qui lient intimement la science des passions, la science des idées et la médecine. Le vulgaire des peintres ne considère dans les larmes qu'un signe de la douleur morale.
Page 232 - L'action musculaire est plus faible ; les fonctions qui demandent un grand concours de mouvements languissent. En même temps, on observe que les impressions se multiplient, que l'attention devient plus soutenue, que toutes les opérations qui dépendent directement du cerveau, ou qui supposent une vive sympathie de quelque autre organe avec lui, acquièrent une énergie singulière.

Bibliographic information