Lettres de Madame de Sévigné: de sa famille, et de ses amis. Édition ornée de vingt-cinq portraits dessinés par Devéria, augmentée de plusieurs lettres inédites, des cent cinq lettres publiées en 1814 par Klostermann, des notes et notices de Grouvelle, et des réflexions de l'abbé de Vauxelles

Front Cover
 

What people are saying - Write a review

We haven't found any reviews in the usual places.

Selected pages

Other editions - View all

Common terms and phrases

Popular passages

Page 57 - celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui
Page 43 - C'est de lui que nous vient cet art ingénieux De peindre la parole et de parler aux yeux; Et par les traits divers de figures tracées, Donner de la couleur et du corps aux pensées.
Page 417 - C'est une erreur de croire qu'il y ait dans le monde une autorité humaine, à tous les égards, despotique ; il n'y en a jamais eu, et il n'y en aura jamais : le pouvoir le plus immense est toujours borné par quelque coin.
Page 32 - ... approcher. Après avoir ri de toutes ces figures, et nous être persuadés que voilà ce qui s'appelle des esprits , et que notre imagination en est le théâtre , nous nous en revînmes sans nous arrêter, et sans avoir senti la moindre humidité. Ma...
Page 32 - ... mille coquecigrues, des moines blancs et noirs, plusieurs religieuses grises et blanches, du linge jeté par-ci, par-là ; des hommes noirs, d'autres ensevelis tout droits contre des arbres, de petits hommes cachés qui ne montraient que la tête, des prêtres qui n'osaient approcher.
Page 352 - M. de Vardes le reconnut et le salua. Le roi lui dit en riant : « Vardes, voilà une sottise, vous savez bien qu'on ne salue personne devant moi. » M. de Vardes, du même ton : « Sire, je ne sais plus rien, j'ai tout oublié ; il faut que Votre Majesté me pardonne jusqu'à trente sottises. — Eh bien, je le veux, dit le roi : reste à vingt-neuf.
Page 169 - Madame la dauphine disait l'autre jour en admirant Pauline de Polyeucte : Eh bien, voilà la plus honnête femme du monde qui n'aime point du tout son mari.
Page 292 - Curiace , notre ami prend sur lui , pour ne jamais blesser la gloire , et moi je demande la permission à la gloire de prendre un peu sur elle pour me donner de la paix et de la tranquillité. On se trouve fort soulagé quand on a mis sur une feuille de papier tout ce qu'on a sur le cœur. J'ai lu la lettre de M. de Roussillon et votre réponse avec un plaisir extrême ; je les ai admirées chacune selon son mérite. Notre ami en a été ravi comme moi. Il n'ya pas un mot dans la vôtre qui ne porte...

Bibliographic information